fbpx

VOL ET VENTE DE KITS DESTINÉS AUX INSUFFISANTS RÉNAUX: COMMENT LE SERGENT IBRAHIMA DIENG EST TOMBÉ

Le sergent Ibrahima Dieng, cité dans l’affaire du « vol de matériel d’hémodialyse à l’hôpital militaire de Ouakam », a été placé sous mandat de dépôt, mardi 9 février dernier. Le mis en cause, en service à l’Etablissement des matériels, de la mobilisation et du ravitaillement sanitaire (Emms) des armées, a été arrêté en flagrant délit.

Libération, qui revient sur les circonstances de son arrestation, révèle que son interpellation a été possible grâce à des techniques d’infiltration des enquêteurs de la Section de recherches (Sr). 

Le journal informe que la Sr a été saisie, il y a deux mois, par le ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr à propos d’un trafic supposé de matériels médicaux destinés aux malades du rein. 

En effet, suite à une rupture de stock au niveau national, le ministre a passé de nouvelles commandes de kits d’hémodialyse. Lors de la réception des nouveaux matériels pour l’hémodialyse, Abdoulaye Diouf Sarr a constaté qu’il y avait des produits nouvellement fournis et qui l’ont déjà été par le passé. Ce qui veut dire que des kits déjà acheté par l’Etat sont manifestement détournés et réinjectés dans le circuit de commercialisation. 

Le vol a été découvert, selon la même source, grâce à une dame du nom de A.C. Dioum dont la structure à l’exclusivité de la marque B. Braun, une marque de kits pour le traitement de l’insuffisance rénale. Soupçonnant un trafic, elle a procédé à une vérification à travers les codes-barres du nouveau matériel qu’elle a acquis par l’intermédiaire d’une déléguée médicale. Ce qui confirme ses soupçons. 

Alerté, le ministère de la Santé a actionné la Sr qui, pour mettre fin à ce trafic supposé, a mis en place un dispositif.

Les éléments de la Sr ont d’abord mis la main sur la déléguée médicale qui déclare avoir fait connaissance du sergent Ibrahima Dieng via un groupe WhatsApp. Ce dernier lui a fait trois livraisons en une semaine. Soulignant qu’elle ne savait pas que le produit été interdit de vente. 

Arrêté, le sergent Ibrahima Dieng est passé aux aveux. Selon le quotidien, il a remis aux enquêteurs 5,8 millions F Cfa et un véhicule de marque Peugeot 5008 de couleur blanche qu’il dit avoir acheté avec les fonds provenant de la vente des produits dérobés. En sus du un million F Cfa retrouvé par devers lui lors de son arrestation 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *