VISITE DE SADIO MANÉ À L’UNIVERSITÉ TRANSFORMÉE EN FRONT : LA PRESSE PIÉTINÉE

Venus en masse pour voir leur idole , le bonheur et l’impatience de voir le sociétaire de Liverpool se lisaient facilement sur le visage de ces Étudiants pourtant en période d’examens.

Tout se passait bien, on chantait, dansait rien ne présageait une tournure violente, jusqu’à ce que les pensionnaires du temple du savoir n’en puissent plus à leurs pieds, fatigués d’une attente de plus de trois heures de temps , il commencent par rappeller à l’assistance que le temps passait .

Jusqu’à 18h 30 rien n’est fait , l’enfant de BAMBALIE non plus n’est toujours pas aperçu pour un rendez-vous qui a été fixé à 17h , frustrés , une bousculade et des hués d’indignation surgirent en guise de réponse au désagrément qui leur a été causé.

Face à une sécurité incapable qui fini de céder à la pression de la foule, ils finirent par franchir le peu de barrières qui les séparaient de la Tribune officielle crée par l’occasion devant les locaux de la Direction du centre des œuvres universitaires de Dakar.

Journalistes , membres de la délégation nul n’est épargné, ainsi commença un bombardement de Pierres à l’aveuglette.

Face à une foule plus qu’agressive , et ne pouvant pas compter sur cette sécurité dont la majorité semble avoir qu’une masse de muscles qui ne serve qu’a malmener d’innocents Journalistes venus faire leur travail, la Presse était entre le marteau et l’enclume.

Les chaises abandonnées par les officiels étaient finalement les seules issues de secours sur lesquels les hommes et femmes de médias pouvaient compter.

Servant de boucliers contre les pierres qui venaient de partout, ces chaises servaient même par moment d’armes pour ces agents du Coud qui ont finis par se donner en spectacle entre eux même au vu et au regard de tout le monde .

Ce fut le sauve qui peut, du pure bordel, chacun pour soi , la sécurité pour la presse étrangère et les dirigents du coud.

C’est après plus d’un quart d’heure de combat que le  » Golden boye du Football sénégalais  » fit son apparition pour une poignée de secondes à ses risques et périls avant de retourner dans le bâtiment dont la deventure était submergé de cailloux.

Affaire d’atténuer la tension qui régnait sur les lieux, mais sans impact , car dès son retour dans les locaux, l’affaire recommença de plus belle,

Ces fans déjà sous l’emprise de la colère n’en décolèrent point et une pluie de Pierres digne d’une nuit de tornade reinstalla la panique à l’Ucad .

Affaire à suivre……
IBRAHIMA KHALIL DIENG
( Envoyé Special d’Africa7 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram did not return a 200.