fbpx

VIOLENCE À L’UCAD: ENTRE EXCLUSION DÉFINITIVE OU TEMPORAIRE L’ADDITION EST SALÉE

Comme promis le Conseil de discipline de l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) à procéder hier à une multitude de sanctions à l’endroit des étudiants concernés ou impliqués dans des actes de violence notés récemment au sein du campus. Et le peu qu’on puisse dire est  que le conseil n’y est pas allé de main morte.

En effet la sentence tombée 88 étudiants ont été visés par l’instance pour des faits de violences dans le campus.

La plus lourde peine a été infligée à un étudiant en Licence 2 à la Faculté de Droit, exclu de façon perpétuelle.

89 étudiants ont été entendus. Entre autres sanctions prises par le Conseil, sept étudiants ont été suspendus pour une durée de 5ans. Les concernés sont deux étudiants en master : l’un (Boucar Diallo) en master 1 à la faculté des Lettres et l’autre (Sidy Diop) en M2 à la faculté de droit. Les 5 autres étudiants sont tous en licence2 à la faculté de Droit. Il s’agit de Pape Abdoulaye Touré, Walter Charles Mendy, Moussa Guèye, Mamadou Keïta et Lamine Touré.

Sont exclus pour une durée de 2ans 37 étudiants. Et leur particularité est qu’ils sont tous des pensionnaires de la faculté de Droit.
Toujours dans le cadre des sanctions, 9 étudiants ont été réprimandés, alors que 21 autres ont bénéficié d’une relaxe.

Le conseil a aussi décidé de suspendre les inscriptions de 10 étudiants, tous de la faculté de Droit, en attendant leur audition.

Cette décision marque ainsi la volonté des autorités de l’Ucad de mettre fin à l’impunité afin de combattre la violence à dans l’espace universitaire.

Par ailleurs un des étudiants prénommé Papa Abdoulaye Touré qui a été visé par la sanction n’a pas tardé à exprimer son désarroi et a clamé son innocence face à cette décision.
En effet l’étudiant en 2e année de droit a été exclu pour 5 ans , une lourde peine pour l’ex apprentie juriste.

Sur sa page facebook, il a écrit, juste après la publication de la liste des étudiants sanctionnés : « Je le jure devant Dieu et les Hommes que je ne suis jamais mêlé ni de près ni de loin à un quelconque acte de vandalisme ou de violence à l’Ucad comme nulle part ailleurs ».

Le collectif Nio Lank, qui le soutient, compte attaquer cette décision. La plateforme avait dénoncé une décision politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *