fbpx

VERS UNE ’’REPRISE IMMÉDIATE’’ DU TRANSPORT SUR LE CORRIDOR DAKAR-BAMAKO

Le Sénégal et le Mali ont convenu d’une reprise immédiate du trafic routier entre leurs deux pays et ont recommandé la redynamisation des comités nationaux de facilitation et d’assistance sur le corridor Dakar-Bamako, a-t-on appris de la partie sénégalaise.

Ces recommandations font partie des nombreux points sur lesquels les deux pays se sont accordés, en vue d’une « meilleure gouvernance du corridor Dakar-Bamako ».

Des délégations ministérielles malienne et sénégalaise se rencontrées à ce sujet, mardi, à Dakar, suite à l’interruption du trafic routier entre Dakar et Bamako, consécutive à un accident survenu le 15 août dernier à Kaolack, ville du centre du Sénégal.

Quatre morts et deux blessés graves ont été enregistrés dans cet accident qui a également provoqué de graves incidents.

Des jeunes principalement s’en sont pris à des camions immatriculés au Mali après ce drame.

Dans le cadre de leur « volonté commune » de « renforcer les relations de bon voisinage et de coopération en matière de transport et de transit routiers », les deux parties ont donc tenu une rencontre à Dakar aux sphères ministérielles de Diamniadio.

La rencontre a été présidée par le ministre Mansour Faye (Transports terrestres et Désenclavement) et sa collègue du Mali Dembélé Madina Sissoko, en charge des Transports et des Infrastructures.

Selon le communiqué conjoint publié à l’issue de la rencontre, les deux parties ont convenu de « redynamiser les comités nationaux de facilitation et d’assistance sur le corridor Dakar-Bamako » et de « reprendre immédiatement le trafic routier entre le Mali et le Sénégal ».

Elles ont également recommandé « la construction et la mise en service des aires de repos et de stationnement sur le corridor Dakar-Bamako », de même les deux parties ont convenu d’améliorer « la fluidité du trafic, en veillant au respect des normes de sécurité routière et du dispositif communautaire en matière de limitation de postes de contrôle, afin de lutter contre les tracasseries ».

Les deux délégations ont « recommandé aux acteurs de faire preuve de plus de responsabilité dans l’exercice de leurs activités et, notamment, de veiller au strict respect des dispositions du code de la route ».

Concernant l’accident survenu à Kaolack, « les deux ministres expriment leur solidarité et déplorent les débordements notés de part et d’autres ». 

Ils demandent par ailleurs aux acteurs du transport et aux populations de « travailler à la reprise normale du trafic routier inter-Etats entre Dakar et Bamako ».

Les deux ministres expriment en outre « l’engagement des deux Etats à faire respecter l’ordre public et invitent les personnes impactées à faire recours, si besoin, aux voies légales ». 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *