fbpx

UNE NOUVELLE DROGUE FAIT FUREUR À DAKAR : LE PROTOXYDE D’AZOTE

C’est une pratique similaire à la toxicomanie qui lui donne ce titre de « nouvelle drogue ». En réalité il s’agit du protoxyde d’azote, surnommé «gaz hilarant» qui séduit de plus en plus la jeunesse sénégalaise.

Selon le journal L’Observateur qui, cette forme de drogue est désormais plébiscitée au Sénégal .

Le protoxyde d’azote est accessible en vente libre. On le trouve par exemple dans les cartouches qui permettent de faire fonctionner un siphon à chantilly. Dans les grandes surfaces les magasins et supérette ce produit est soigneusement rangé au rayon cuisine.

Mais ce gaz est détourné de son premier usage, pour être utilisé comme gaz hilarant. Les jeunes qui font cela utilisent un ballon de baudruche, qu’ils remplissent de gaz, avant de l’inhaler. Le gaz provoque alors fou-rires, sensation de planer, et des effets similaires à l’ivresse pendant quelques minutes.

Cela peut aller de la détresse respiratoire à l’arrêt cardiaque pour les consommateurs qui ont une pathologie du cœur. Mais cela peut aussi atteindre les neurones avec des troubles de la marche ou de la compréhension, et même la paralysie de certains membres. Dans certains cas, le consommateur doit être hospitalisé.

Le produit  sert également d’anesthésiant dans la médecine, mélangé à de l’oxygène.

La drogue est vendue à 12 000 Fcfa le ballon et 40 000 Fcfa les 10 petites bonbonnes.

Un jeune de 32 ans, issu d’un milieu aisé, en prenait jusqu’à 100 bonbonnes par jour.

Il était interné au Centre de prise en charge intégrée des addictions de Dakar (CEPIAD).

Une forte consommation qui lui a causé des troubles neurologiques.

Il a perdu la fonctionnalité de ses membres inférieurs et ressent une énorme difficulté à marcher.

Même désintoxiqué, le patient peut être déficitaire sur le plan neurologique.

Vidé dans un ballon de baudruche puis inhalé, le protoxyde d’azote provoque instantanément «une sensation d’euphorie avec fou rire».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *