fbpx

TRAFIC DE FAUX MÉDICAMENT: LE CERVEAU DE LA BANDE PASSE AUX AVEUX

L’actualité de cette fin de semaine a été marquée  par une sordide histoire de trafic de faux médicaments. En effet les éléments de la sûreté urbaine on mis la main sur une grosse cargaison du produit prohibée  impliquant un pharmacien sénégalais.

Lor de son audition, le présumé cerveau de la bande un ressortissant de la république de Chine dénommée Zang Hai Dong déclare aux enquêteurs: « j’ avoue que j’ai commencé à commercialiser les deux conteneurs de  médicaments, parce que la date de péremption approchait ». Il reconnaît en ces termes  les faits qui lui sont reprochés  dans l’affaire des médicaments saisis à la Patte d’Oie.

Poursuivant son récit il déclare que:« Pour la commercialisation des médicaments, nous avons accompli toute la procédure nécessaire en la matière et les dossiers ont été déposés à la Direction de la Pharmacie et du Médicament mais l’autorisation n’est pas encore sortie », a-t-il affirmé . Avant d’ajouter: « nous avons commencé à commercialiser les médicaments parce qu’il avait déjà un stock de deux containers et que la date de péremption s’approchait. « Ce serait un énorme manquer à gagner si je ne parvenais pas à les écouler au niveau des hôpitaux, centres de santé, cliniques ».

Le  pharmacien Docteur Aliou Bâ arrêté dans cette affaire se lave à grande eau et accuse son patron Zang Hai Dong.
Interrogé dans l’enquête , Bâ enfonce son patron en soutenant que les produits mis en cause ont été importés à son insu par ses collègues chinois. 
Il a confié aux enquêteurs que la société a débuté la commercialisation des médicaments depuis le mois de mai 2020, durant la période du Covid. »

Par ailleurs, le pharmacien percevait un gros salaire mensuel de 1,5 millions par mois, de son patron chinois Zang Hai Dong,

 Les mis en cause seront déférés devant le parquet ce lundi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *