fbpx

Kaolack


Un élève en classe de terminale au lycée de la commune de Wack Ngouna (Kaolack) a été tué par la foudre à hauteur du village de Keur-Oumar-Oumi lundi soir, après de fortes pluies accompagnées de vents forts dans cette partie du centre du Sénégal, a appris l’APS de l’adjoint au maire.

 

« Ce lundi, vers les coups de 18 heures 10 minutes, à l’occasion de fortes pluies accompagnées de rafales de vents et de coups de tonnerre, un jeune élève de la classe de terminale du lycée de Wack Ngouna a perdu sa vie », a renseigné l’adjoint du maire de Wack Ngouna, Ibrahima Sall.

 

Il a précisé que la victime était partie assister à un baptême d’un de ses parents dans le village de Pandé-Sader. 

 

« Elle avait été chargée par son oncle de déposer une dame qui était venue assister à cette cérémonie à Wack Ngouna. C’est à son retour, à hauteur du village de Keur-Oumar-Oumi, que le garçon qui détenait un téléphone portable a été tué par la foudre », a expliqué M. Sall.

 

« Le corps de la victime a été déposé à la morgue de l’hôpital régional de Kaolack », a fait savoir Ibrahima Sall, rappelant que cette même victime était élève en classe de terminale et était âgé de 18 ans. 

 

« Le garçon avait garé sa moto qu’il conduisait sous un arbre et, c’est là où il a perdu la vie », a encore regretté l’adjoint du maire de Wack Ngouna.

 

Ibrahima Sall a saisi cette occasion pour plaider pour l’installation de paratonnerres dans les zones rurales afin de préserver la vie des populations.

 

C’est aux alentours d’ une heure  (1 h ) et 2 h du matin qu’un violent incendie s’est déclaré au marché central de Kaolack. Plus précisément à la rue Caniveau de Gaulle.  Les soldats du feu on lutter pendant plus d’un tour d’horloge pour maîtriser les flammes.

Pour le moment, les causes du sinistre restent méconnues et seul une enquête détaillée  pourrait déterminer les pertes exactes de l’incendie qui a ravagé le bâtiment R+1 du marché.
Cependant, le capitaine de Sapeur-Pompier, Sada Dia, qui s’est présenté avec son équipe dès les premières minutes du sinistre, demande à relativiser ces dégâts.

Selon lui, le feu a été bien maîtrisé. « C’était un feu qui intéressait un bâtiment R+1. Il abritait 5 dépôts à l’étage et un magasin au rez-de chaussé. Les dégâts sont très importants au regard de l’état du bâtiment. Mais un feu de marché, si on parvient à le maintenir à son volume initial sans aucun des voisins du sinistre soient atteints, je crois que l’on peut relativiser les dégâts », a déclaré Sada Dia.

Poursuivant, il note : « si l’on met plusieurs produits à la fois, les fumées seront difficiles à maîtriser, la visibilité n’est pas forcément bonne. On intervient dans un environnement où l’électricité est coupée pour des mesures de sécurité. Les conditions de stockages font que c’est très difficile », a réagi le capitaine Dia.

 

 

 

 

 

 

 

La guerre du trafic de faux médicaments est à son apogée. Cependant, les trafiquants ont tout de même perdu cette dernière bataille au front dans la région de Kaolack la la zone centre du Sénégal.

En effet, La Brigade commerciale des Douanes de Keur AYIP ( Kaolack) a effectué ce vendredi 08 Mai une saisie record de plusieurs tonnes de faux médicaments. Informe le bureau des Relations publiques et de la Communication de la douane (DGD) dans un communiqué reçu.

La valeur de cette saisie est estimée à 1 564 118 740 de francs Cfa compte non tenu des 649 kg de comprimés testés positif à la morphine pure dont la valeur reste à déterminer » nous renseigne le même document.

 Cette saisie, rocambolesque, a été faite sur un camion frigorifique en provenance de la Gambie. Les médicaments étaient cachés sous des caisses de poissons congelés.

L’ecor a été effectué en présence de Responsables du Syndicat national des pharmaciens privés et de Représentants des Associations consuméristes », précise la source.

La douane réaffirme sa détermination à combattre le trafic des faux médicaments qu’elle considère comme une criminalité transfrontalière et réitère son appel à plus de collaboration des populations. Avise le bureau des Relations publiques et de la Communication de la douane (DGD) dans un communiqué reçu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce sont nos confrères d’Africa7 radio (90.7) qui ont Relayé l’information.
En effet, deux accidents mortels se sont produits dans la journée d’aujourd’hui. Au total 5 personnes ont perdu la vie dans la circulation entre 12h et 15h.

Le premier accident s’est produit ce matin à Kaolack dans la commune de sibassor. Une collision entre une voiture particulière, une charrette et un taxi a fait 10 victimes dont 3 morts et 7 blessés graves.

Puis tout à l’heure ,en début d’après-midi un autre accident est survenu à l’entré de Niague, sur la route du Lac Rose. Le choc a également ôté la vie de deux personnes.

D’après les sources obtenues par nos confrères de africa7 radio (90.7), C’est un mini-car qui a dérapé sur une moto supportant deux individus. Les corps sans vie ont été évacués par les éléments des sapeurs pompiers.

 

Voici les images de l’accident de Sibassor !

 


La subdivision des douanes de Kaolack (centre) annonce avoir saisi entre dimanche et mercredi, près d’une tonne de chanvre indien dans les localités de Diaglé, Latmingué et Santhie Mor Mbaye.

 

« Entre vendredi et dimanche, la brigade mobile de Kaolack avait mis la main sur huit colis de chanvre indien dans les localités de Diaglé et Latmingué, soit 400 kilogrammes d’une valeur de trente-deux millions de francs CFA », a détaillé un responsable des douanes de Kaolack.

 

Mercredi, « la brigade mobile de Nioro a fait une saisie de neuf colis de chanvre indien d’un poids de 450 kilogrammes d’une valeur de 36 millions de francs CFA, dans le secteur de Santhie Mor Mbaye », a-t-il ajouté.

Un grave accident de la circulation s’est produit ce jeudi matin, vers les coups de 8 heures entre les régions de Kaffrine et Kaolack, à hauteur du village de Diakhaté.

Le bilan provisoire fait état d’au moins 7 morts sur le coup, et 19 blessés dont 9 grièvement, selon les informations livrées par les sapeurs-pompiers, et rapportées par la Rfm.

A l’origine du sinistre, un choc entre un minicar et un camion. Les victimes sont acheminées à l’hôpital.

Nous y reviendrons.

Le ministre de l’intérieur est attendu à Médina Baye. Aly Ngouille Ndiaye va représenter le gouvernement à l’occasion de la cérémonie officielle du Gamou.
Il sera reçu par le vice-khalife, Serigne Mahi Ibrahima Niass, ainsi que le porte-parole du khalife général de Médina Baye, Cheikh Mahi Cissé, l’imam de la grande mosquée, Cheikh Ahmed Tidiane Aliou Cissé, les fils et petits-fils de Baye Niass etc…Autres articles

Vingt neuf personnes seront attraites ce lundi 08 juillet devant la barre du tribunal de grande instance de Kaolack lors de l’ouverture de la session de la chambre criminelle qui aura lieu du 08 au 15 juillet 2019. 

Les différentes affaires inscrites au rôle sont énumérées comme suit : Incendie volontaire, association de malfaiteurs, coups et blessures volontaires, vols en réunion commis la nuit, trafic intérieur de chanvre indien etc. 

Le nommé Badara Thiam sera attrait en premier à la barre et Abdourahmane Dieng fermera la marche le 15 juillet prochain..

Dans la Région douanière Centre, des éléments de la Subdivision des Douanes de Kaolack ont intercepté dans la nuit du samedi 29 au dimanche 30 juin, une Peugeot 505 berline bourrée de faux médicaments et contenant de la drogue. La prise a été effectuée au cours d’une opération montée par le Chef de Subdivision Mame Assane Cissé et les agents des Douanes Mohamet Ndao et Mounirou Ndiaye.  

Elle s’est déroulée entre 23 et 4 heures dans le rayon Gniby et Guiguinéoau nord, et Kaffrine et Ngandaau Sud. 
Résultats de l’opération: 5Kg d’amphétamine, une drogue très prisée et conditionnée en comprimés ont été découverts cachés dans la cargaison de faux médicaments. Ces médicaments sont composés de flacons de paracétamol sirop, de boîtes de Diclofenac, de Diclopara forte, de paracétamol comprimés 500, de pearieactin, et d’aphrodisiaques (powerga 100, puregrey 100).  
La valeur des médicaments est estimée à 11 millions et celle de l’amphétamine à 229 586 000 Francs CFA. 
Certes, cette saisie est de loin incomparable à celle effectuée au Port de Dakar point de vue retentissement, mais elle a toute son importance dans le modus operandi de ce commerce de la mort. Un faux médicament utilisé est un poison potentiel avec son lot de souffrances, de morts et de détresse sociale.  
Ces médicaments sont souvent vendus à des personnes vulnérables ou démunies par le système du commerce en détail autour des marchés hebdomadaires, des gares routières et des zones enclavées surtout pendant l’hivernage. L’instinct de survie, combiné à un manque de moyens conduit souvent à des attitudes tendant à orienter certaines personnes à acheter le comprimé sur le marché parallèle. 
Les ressorts d’un commerce dangereux 
La cible de ce commerce de produits dangereux est donc scientifiquement établie et les trafiquants tentent vaille que vaille à créer une proximité géographique avec elle. Elle est généralement composée de nos vaillants producteurs ruraux ou péri-urbains ou mêmes habitants des villes de l’intérieur qui sont en expansion. Si l’on considère le pourcentage de ruraux essentiellement tournés vers le secteur de l’agriculture et leur apport dans le Produit Intérieur Brut, on comprend aisément pourquoi cette couche doit être protégée contre les marchands de la mort.  
Pis, ces produits sont consommés par ignorance ou mauvaise influence.  
Pour donner l’exemple de pearieactin,  que certaines dames utilisent pour avoir une rondeur de forme, non seulement le produit coûte cher (18000 francs CFA, la boîte) mais il fait des ravages en terme de maladies cardiovasculaires et de dérèglement hormonal.  
C’est tout le sens du combat ardu que les premières lignes de la Douane mènent contre ce fléau. 
De la réorganisation des services douaniers 
Les résultats qui se dessinent et se confirment au jour le jour, sont le fruit d’une réorganisation des services douaniers, du renforcement de la surveillance et du contrôle, d’une plus grande collaboration avec les autres Forces de Défense et de Sécurité ainsi que de l’engagement et l’abnégation de tous les agents de l’Administration des Douanes où qu’ils se trouvent sur le territoire national. 
Le Bureau des Relations publiques et de la Communication de la Douane 


La

C