fbpx

etats unis

Les 151.200 doses de Johnson and Johnson offertes au Sénégal font partie de l’engagement des États-Unis à fournir, dans un premier, au moins 15 des 80 millions de vaccins globalement à l’Afrique.

Le gouvernement américain a coordonné avec l’Union africaine et le Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique), de manière étroite, les allocations par pays.

Dans un communiqué, l’ambassade des Etats-Unis à Dakar explique que ce don permettra de protéger le peuple sénégalais des ravages du Covid-19 et de commencer à lever les obstacles à la reconstruction de l’économie sénégalaise. 

« Alors que nous continuons à lutter contre la pandémie de Covid-19 chez nous et que nous travaillons à mettre fin à la pandémie dans le monde entier, le président Biden a promis que les États-Unis seraient un arsenal de vaccins pour le monde », souligne la représentation diplomatique américaine. 

Elle ajoute que comme l’a déclaré le président Biden, « depuis le début de ma présidence, nous avons été clairs sur le fait que nous devons nous attaquer à ce virus au niveau mondial également.  Il s’agit de notre responsabilité – notre obligation humanitaire de sauver autant de vies que possible – et de notre responsabilité envers nos valeurs. Nous allons contribuer à sortir le monde de cette pandémie, en travaillant aux côtés de nos partenaires à travers le monde ».

L’USAID a fourni au Sénégal plus de 4,7 milliards f cfa (8.132.000 dollars) pour ralentir la propagation du virus, atténuer son impact, renforcer les efforts de surveillance de la maladie, améliorer les soins aux personnes touchées et ouvrir la voie à des campagnes de vaccination de masse.

Trois jours après que le président haïtien Jovenel Moïse a été criblé de balles chez lui, les autorités du pays ont indiqué ce vendredi 9 juillet avoir demandé aux États-Unis et à l’ONU l’envoi de troupes afin de sécuriser des sites stratégiques de peur qu’ils ne soient sabotés. Le mystère reste entier sur l’assassinat du président.

Les ports, les aéroports, les terminaux pétroliers – ces infrastructures vitales, peuvent elles devenir la cible de mercenaires qui veulent créer la confusion et semer le chaos ? Le gouvernement haïtien le craint et souhaite l’arrivée de troupes américaines et de l’ONU pour les sécuriser.

« Après l’assassinat du président, nous avons pensé que les mercenaires pourraient détruire quelques infrastructures afin de créer le chaos dans le pays. Au cours d’une conversation avec le secrétaire d’État américain et l’ONU, nous avions fait cette requête », a affirmé Mathias Pierre, ministre chargé des questions électorales.

Le département d’État américain a confirmé, par la voix d’un porte-parole, que le gouvernement haïtien avait « demandé une aide sécuritaire et en matière d’enquête ». « Nous restons en contact régulier avec les responsables haïtiens pour discuter de la manière dont les États-Unis peuvent aider », selon le département d’État.

Une source diplomatique à l’ONU avait plus tôt indiqué que les autorités haïtiennes avaient bien fait cette demande en vue de protéger l’aéroport et les installations pétrolières, mais qu’une résolution du Conseil de sécurité était nécessaire à cet effet.

Sans confirmer l’arrestation de ressortissants américains, les États-Unis ont dit qu’ils allaient envoyer des responsables du FBI et de la Sécurité intérieure à Port-au-Prince « aussi vite que possible ». Leur mission sera de participer à l’enquête sur le terrain.

Paralysées pendant plusieurs jours, Port-au-Prince et les zones avoisinantes se sont réveillées vendredi dans un calme apparent et précaire, a constaté l’AFP sur place. Les transports en commun, les banques, les pompes à essence, les commerces de rue et l’administration publique recommençaient à fonctionner, les gens se bousculant dans les supermarchés pour s’approvisionner en produits de première nécessité.

 

Ce vendredi, l’Equipe Nationale du Sénégal de Basket des moins de 19 ans s’est lourdement incliné en quart de finale de la Coupe du Monde de la catégorie, qui se tient actuellement en Lettonie (58-88). Après avoir réussi la prouesse d’atteindre le tableau des huit meilleures équipes pour la première de l’histoire, le Sénégal n’a absolument rien pu faire face à l’ogre des Etats-Unis, mais a vu quelques de ses individualités briller.

Khalifa Ababacar Diop époustouflant

Dans les rangs du Sénégal, la grande adversité devant n’a pas du tout empêché le numéro 8 de l’équipe de Parfait Adjivon de signer une performance gigantesque. Tout bouillonnant, le pensionnaire d’Herbalife Gran Canaria de la Liga ACB espagnole a terminé la partie avec une excellente note, la meilleure dans la rencontre. En effet, avec 34,43 minutes sur le parquet, il a marqué 20 points, récupéré 12 rebonds et délivré trois passes décisives.

Babacar Sané encore au rendez-vous 

Comme lors du huitième de finale Lettonie, Babacar Sané a encore montré de sa justesse devant la raquette. Derrière son partenaire Khalifa Ababacar Diop (20), Jaden Ivey (12), Michael Miles (11) et Kenneth Lofton Jr (11), il a été le cinquième meilleur scoreur de la partie a égalité avec l’Américain Chet Holmgren (10). De plus, il a réussi à récupérer deux rebonds et délivrer deux passes décisives.

Baye Abdou Ndongo, la confirmation 

Moins vu lors des trois premières rencontres, le pensionnaire du St. Mary’s Academy (USA) a confirmé la belle forme vue en lui lors du huitième de finale contre la Lettonie où il avait gratifié 12 points, 11 rebonds et 3 passes décisives. Ce vendredi, il a réussi cinq paniers, récupéré sept rebonds et délivré cinq passes décisives en 30 minutes.

La recrudescence de la violence au pays de l’oncle Sam a encore fait des siennes. Cette fois-ci, deux sénégalais en ont encore fait les frais. Il s’agit d’Abdoulaye Diallo, 24 ans, et d’Abass Mbaye, 29 ans qui viennent croître la listes loin d’être exhaustive des sénégalais tués aux USA.
Les deux victimes ont péri, dimanche dernier, lors d’une fusillade, à Providence (États-Unis).

Selon le quotidien Les Échos qui donne l’information, ils auraient reçu des balles perdues. Pour le moment, il n’y a aucune arrestation. 

Abass Mbaye est arrivé aux États-Unis, il y a seulement une semaine. Il a un jumeau nommé Ibrahima Mbaye qui vit au Togo.

Dix personnes au total, dont un policier, ont été tuées dans une fusillade survenue lundi après-midi dans un supermarché de la ville américaine de Boulder, dans le Colorado, a déclaré lundi la cheffe de la police de la ville.

Les identités des victimes n’ont pas été dévoilées hormis celle du policier abattu, Eric Talley, 51 ans, qui « a été le premier à arriver » au supermarché King Soopers où des coups de feu avaient été signalé. « Il a été mortellement touché par balle », a déclaré la cheffe de la police Maris Herold lors d’une conférence de presse, en saluant son « action héroïque ». 

Un suspect, blessé lors de l’intervention de la police, a été arrêté, a précisé le procureur. Michael Dougherty a promis « justice » à toutes les victimes, « des gens qui vivaient leur vie, qui faisaient leurs courses, et dont les vies ont été tragiquement brisées par le tireur ».

Des images diffusées en direct lors de la vaste opération de police autour du supermarché King Soopers ont montré une personne, un homme blanc seulement vêtu d’un short de sport, en train d’être escorté par des policiers hors du magasin. L’homme avait les mains menottées dans le dos et semblait blessé à la jambe, avec des traces de sang.

La police n’a pas identifié le suspect et n’a apporté aucune précision sur ses motivations ni sur ce qui l’avait amené dans le supermarché. L’enquête s’annonce longue et compliquée et les constatations et relevés sur les lieux de la fusillade vont encore durer plusieurs jours.

Selon des médias américains, l’homme était équipé d’un fusil d’assaut de type AR-15, arme très populaire aux Etats-Unis et qui a souvent été utilisée par des auteurs de tueries de masse dans le passé.

Comme après chaque tragédie de ce type, le débat sur une plus stricte législation sur les armes est relancé, rapporte notre correspondante à Wahsington, Anne Corpet. « Le sénat doit et va agir pour tenter de mettre fin à cette épidémie de violence armée » a déclaré Chuck Shumer le chef de la majorité à la chambre haute.

La ville de Boulder avait interdit les armes d’ assaut et les chargeurs à grande capacité en 2018 à la suite de la fusillade au lycée de Parkland, en Floride. Mais un juge du tribunal de district a décrété il y a dix jours que cette décision était inapplicable, car non conforme à la loi du Colorado. Il s’agit de la septième tuerie de masse dans cet Etat depuis la fusillade du lycée de Colombine en 1999.


Le très virulent Ousmane Toukara serait en détention aux Etats-Unis. Les véritables raisons de cette arrestation sont encore inconnues, même si certains sites d’information générale  annoncent une plainte de l’Etat du Sénégal pour menace de mort et terrorisme contre l’activiste.

Après recoupement d’informations fournies par une source de senego, on trouve mentionné sur le Site Web officiel du Département de la sécurité intérieure le nom de Ousmane mentionnant sa détention à l’installation correctionnelle du Comté d’Huston (Voir photos)

 


Selon des sources , il est reproché à Ousmane Tounkara des appels à brûler les maisons d’autorités lors des dernières manifestations survenues au Sénégal”, peut-on lire sur seneweb. L’activiste serait mis en prison  depuis le 09 mars dernier.

 

Donald Trump révolutionne la fête nationale américaine. Le président entend se placer au centre d’un événement traditionnellement censé célébrer l’unité du pays. Donald Trump prévoit de faire un discours sur les marches du Lincoln Memorial et fait venir des tanks dans les rues de la capitale fédérale. Ce qui suscite des grincements de dents.

Des chars d’assaut dans les rues, des avions de combat dans le ciel, et un discours du président à l’endroit même où Martin Luther King avait enflammé la foule avec son célèbre « I had a dream ».

Le programme de la fête de l’indépendance tranche avec le déroulé habituel de la journée, qui s’étire normalement dans un esprit bon enfant autour des fanfares et des feux d’artifice, sans aucune intervention politique.

Dans un tweet ce mercredi, Donald Trump promet un 4 juillet « vraiment grand », « Ce sera le spectacle de toute une vie ! », écrit -il.

Mais Donald Trump a été fasciné par le défilé du 14 juillet auquel il a assisté en 2017 et entend apparaître comme le grand ordonnateur d’une journée exceptionnelle. Quitte à piocher 2,5 millions de dollars dans le budget des parcs nationaux et susciter la colère des démocrates.

Julian Castro, candidat aux primaires et ancien ministre de Barack Obama, réagit : « Il dépense cet argent pour gonfler son ego avec une parade qui tourne essentiellement autour de lui, et offre des tickets d’entrée aux plus gros donateurs du Parti républicain. Quelle perte d’argent ».

Des contre-manifestations auront lieu. Le ballon Baby Trump devrait flotter au-dessus de Washington. Mais pas au-dessus du Mall, et le président ne pourra pas l’apercevoir.

Rfi

Actuellement 60% des immigrés légaux entrent dans le pays grâce à leurs liens familiaux et seulement 12% en raison de leurs compétences et le président veut inverser la tendance. Il préconise aussi un renforcement de la sécurité à la frontière et souhaite renforcer les procédures pour s’assurer de la légitimité des demandes d’asile.

« Les Américains peuvent avoir une confiance totale : avec ce plan la sécurité à la frontière sera totalement assurée », entame Donald Trump. Une promesse récurrente du président, qui entend aussi réformer complètement le système d’immigration légale pour favoriser l’arrivée de travailleurs qualifiés. Donald Trump.

Source RFI