fbpx

Démenti

Nos confrères du journal l’Observateur avait titré dans leur parution d’hier «je ne désignerai personne ». Ce sont des mots qu’ils auraient  prêtés  au leader de Taxawu Sénégal Khalifa Ababacar Sall. Selon le journal ce dernier n’apporte son soutien à aucun candidat pas même son acolyte Barthélemy Dias pour la mairie de Dakar. Des propos que l’ancien 1er magistrat de la capitale ballé d’un revers de la main.

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook  Khalifa Sall dément fermement la publication du journal de youssou Ndour repris par les sites internet. À cela le leader de Taxawu Sénégal ajoute « Concernant les élections locales, je réaffirme notre volonté d’y participer à travers une grande coalition de l’opposition et dans toutes les circonscriptions électorales ».

Voici la déclaration qu’a publiée Khalifa Sall sur sa page Facebook pour démentir les informations publiées par le dit journal et les sites internet.

« COMMUNIQUÉ

Dans sa livraison du mercredi 26 mai 2021, le journal l’observateur fait état d’une position que j’aurais prise concernant le choix des candidats de la coalition Taxawu Sénégal, particulièrement à Dakar.

Je tiens à préciser à l’opinion nationale et internationale, aux militants et sympathisants de notre coalition et aux citoyens qu’une telle information est fausse et ne relève pas de moi. Je n’ai accordé ni interviews ni audiences au cours desquelles ces questions ont été évoquées.

Concernant les élections locales, je réaffirme notre volonté d’y participer à travers une grande coalition de l’opposition et dans toutes les circonscriptions électorales. Comme par le passé, Taxawu Sénégal en rapport et en accord avec ses alliés, trouvera aux termes de concertations franches et sincères, les meilleures formules pour créer, partout, des équipes crédibles pour porter notre projet de développement local ».

Ce pendant quelques questions nous brûlent les lèvres .

Entre autre, quel sera le futur des relations entre Barthélemy Dias et Khalifa Sall?

Y’a t-il eu concertation entre les deux?

Est-ce la fin du duo Khalifa / Barth ?

Quand soit il seul l’avenir nous dira !

 

 

 

Le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique, par la voix de son responsable de la communication, a démenti l’information faisant état de la fixation du montant de la caution pour les élections locales de 2022 à 10 millions de francs Cfa.

En effet, un communiqué avait été  attribué au ministère de l’Intérieur fixant la caution pour les élections locales à 10 millions F Cfa pour chaque type d’élection et par chaque liste, quel que soit le nombre de départements ou de commune où la liste de candidats se présente a été relayé par plusieurs sites, avant d’être démenti par la cellule de communication de Antoine Félix Diome. 


Dans une note relayée par le journal Le Soleil, Maham Ka déclare : « J’ai noté, depuis un moment, la circulation d’informations faisant état d’un supposé communiqué du Ministère de l’Intérieur relatif à la fixation du montant de la caution des prochaines élections ». Et de préciser que « cette information est totalement fausse ».  Lance-t-il et ajoute que «le moment opportun, ce sont les canaux de communication officiels du ministère qui seront utilisés.» Dans ces élections prévues le 23 janvier 2022, l’une des constantes est qu’il y aura une caution pour quiconque veut présenter une liste.

Des questions réglées par l’article 243 du code électoral pour les élections départementales et l’article 279 pour les élections municipales. Le ministre de l’Intérieur a un délai de 150 jours avant le scrutin pour fixer la caution. Babacar Fall, expert électoral dans L’Observateur : «Le code dit que 150 jours avant les élections locales, le ministre reçoit et échange avec les partis politiques pour la fixation de la caution. Cette consultation n’a pas un caractère obligatoire ou contraignant pour le ministre. Il s’agit juste de rencontrer les partis politiques, un représentant du ministère des Finances pour émettre des avis. Un fois les avis recueillis, le ministre, dans le secret de son bureau, décide de la fixation du montant. Il n’y a pas de somme fixe. La caution peut varier d’une élection à une autre.» 

 

Avant de quitter le gouvernement, le ministre de l’Intérieur d’alors, Aly Ngouille Ndiaye avait entamé des discussions avec les partis politiques et sur cette base, il avait fixé le montant de la caution pour chaque type d’élection, départementale et municipale à dix millions F Cfa. Mais, son successeur Antoine Diome n’est pas tenu de fixer la même somme. Ce qui reste inchangé, puisque dans le code électoral, la condition est générale pour chaque liste de parti ou regroupement citoyen.

Pour rappel, à la date du vendredi 14 mai 2021, beaucoup de sites d’information ont repris la publication de nos confrères d’E-medias annonçant qu’ »en application des articles L.243 et L.279 du Code électoral, le montant de la caution en vue de la participation aux élections départementales , d’une part , et aux élections municipales, d’autre part, est fixé à dix (10) millions (10.000/000) de francs CFA, pour chaque type d’élection et par chaque liste quel que soit le nombre de départements ou de commune où la liste de candidats se présente ».

« Cette somme est à verser à la Caisse des Dépôts et Consignations par le mandataire au nom d’un parti politique légalement constitué, d’une coalition de partis politiques légalement constitués ou d’une entité regroupant des personnes indépendantes », ajoutent nos confrères.

 

 

 

 

 

 

             

 

La police nationale a réagi à l’incident dans lequel un supposé policier a été malmené par la population du quartier Alassane Mbao de Yeumbeul sud, dans la banlieue dakaroise, dimanche soir, après qu’il ait « tranché la main d’un jeune homme pour violation du couvre-feu ». Elle précise qu’elle n’est mêlée ni de loin ni de prêt à cette affaire.

Dans un communiqué lu par la Rfm qui avait donné l’information ce lundi matin, la police souligne « qu’il s’agit d’un appel téléphonique que la Brigade des recherches de la police de Yeumbeul sud a reçu. Cet appel informe qu’un groupe de jeunes étaient présents dans un « Tangana » vers les coups de 23 heures, dans la nuit d’hier (dimanche) à aujourd’hui (lundi). Une présence en plein couvre-feu, donc en porte-à-faux avec la loi ».La police de poursuivre : « après cet appel, des éléments de la brigade de recherches de Yeumbeul Sud, se sont déportés sur les lieux, lorsque les limiers sont arrivés, ils ont trouvé sur place neuf (9) jeunes qui s’étaient déjà bagarrés et séparés par les riverains. Un parmi eux blessé, a été évacué d’urgence par une bonne volonté à l’hôpital ».

Précisant que « le blessé a quitté l’hôpital ce lundi matin ». La police d’informer que « les neuf (9) autres jeunes ont été arrêtés et placés en garde à vue au commissariat de Yeumbeul Sud ».

Une enquête est ouverte sur cette affaire.