fbpx

Convocation

­

Le leader du Pastef, Ousmane Sonko, est attendu  au palais de Justice, ce soir, à 17 h. D’après son avocat, Me Khoureyssi Ba, c’est le juge du 1er cabinet, Samba Sall, qui se chargera désormais du dossier, dans le cadre du dossier de viols et de menaces de mort. Ce, après que le juge du 8e cabinet, Mamadou Seck, se sois désisté de son propre chef du dossier. Conséquence, c’est le juge du 1er cabinet qui hérite du dossier.

Selon toujours la robe noire, le leader du Pastef « consent à comparaître s’il est mis fin à la garde à vue notifiée hier, suite à sa capture au niveau de la stèle Jean Mermoz et qu’il subit toujours dans les locaux de la Section de recherches de Colobane « .

­

Compte tenue de  la situation actuelle du pays, beaucoup de chaînes de télévision on proposé un plateau spécial sur l’affaire Ousmane sonko. Le CNRA ( conseil national de régulation de l’audiovisuel) reproche à la 2STV WALFADJRI et à la SENTV de faire « explicitement ou implicitement l’apologie de la violence » voici le document envoyé par le CNRA aux maisons de presse concernées

Le député Ousmane Sonko devait se rendre ce matin au tribunal de Dakar mais finalement il a été arrêté puis placé en garde à vue à la section de recherches de Colobane. Une foule immense a escorté le leader vers le tribunal. En cour de route les forces de l’ordre sur instruction du préfet de Dakar on voulu changé l’itinéraire de Ousmane Sonko ce qu’il a refusé catégoriquement il se retrouve alors accusé de «troubles à l’ordre public et participation à une manifestation non autorisé».
La situation est tendue dans certaines localités  de la capitale les jeunes manifestent leurs colères et les vidéos circulent sur les réseaux sociaux et les chaînes de télévision en boucle.

­

 

Après son arrestation, le leader de Pastef, Ousmane Sonko, vient d’être placé en garde à vue à la Section des Recherches de Colobane.  L’information a été rendue publique par l’un de ses avocats, Me Cheikh Khoureyssi Bâ.

“La notification de la garde à vue faite à 14:45 par le Capitaine Ndiaye commandant la Compagnie de gendarmerie de Dakar qui a personnellement procédé à l’interpellation, l’interrogatoire de M. Ousmane SONKO en la présence constante de ses avocats commence à la Section des Recherches”, a écrit Me Bâ sur sa page facebook.

Plus tôt dans la journée, Ousmane SONKO a été arrêté sur ordre du Procureur par un Officier de gendarmerie pour trouble à l’ordre public et participation à une manifestation non autorisée. Il a été embarqué de force dans un pickup en destination de la Section des Recherches de Colobane.

­

Cette arrestation est survenue au moment où Ousmane Sonko se rendait au Palais de justice de Dakar pour déférer à une convocation d’un juge d’instruction dans le cadre d’une information judiciaire portant sur une affaire ‘’viols répétés et de menaces de mort’’ dans laquelle le responsable politique de l’opposition est cité.

Actuellement on note dans les artères de la capitale quelques manifestations

La vidéo est disponible ci-dessous

 

 

 

 

Un autre dossier ouvert contre Ousmane Sonko. Le leader du parti Pastef – Les patriotes vient d’être arrêté pour trouble à l’ordre public et participation à une manifestation non autorisée, violence et voie de faits. Il a été conduit à la Section de recherches (SR) de la gendarmerie de Colobane. Ses avocats dénoncent la violation de ces droits. Ils sont bloqués au tribunal de Dakar alors qu’ils doivent l’assister. Rappeler que Sonko a quitté son domicile sis à la Cite Keur Gorgui ce matin, à 09 heures pour déférer à la convocation du juge du 8e Cabinet d’instruction. Son cortège est bloqué à Mermoz.

Le palais de justice de Dakar s’érige en forteresse impénétrable avec un dispositif sécuritaire hors du commun. En effet, le tribunal reçoit ce 03 mars un hôte assez spécial. Il s’agit de Ousmane Sonko leader politique principal opposant du pouvoir. Le député est cité dans un scandale sexuel qui l’oppose à une jeune masseuse de 21 ans nommée Adji Sarr. Cette dernière l’accuse de viol répétitif et de menace de mort.

Dés son départ de son domicile une foule immense a escorté le député vers sa convocation. Cependant, les sympathisants de sonko n’auront certainement pas accès au tribunal.

Un dispositif sécuritaire est mis en place devant le Temple de Thémis.

Les voitures blindées des forces de l’ordre sont garées un peu partout. Toute la zone est quadrillée par les forces de sécurité .

Toutes les voies qui mènent vers le tribunal sont quadrillées. Les automobiles, pas autorisés à accéder dans la zone. L’entrée des justiciables est filtrée et passée à la loupe par les hommes en bleu. Ces derniers invitent ceux qui n’ont pas de rendez-vous à quitter les lieux. A la moindre résistance, vous êtes  sommés à rebrousser chemin.  

Pour ce qui est du couloir qui mène vers le bureau du juge d’instruction du 8e cabinet, Mamadou Seck, qui doit entendre Ousmane Sonko ce mercredi à 9 h est également sous haute surveillance. Trois  gendarmes se sont positionnés devant le bureau du juge. Ne laissant, par ailleurs, personne pavaner dans les lieux sans rendez-vous. Une ronde tous les 5 minutes est faite par d’autres gendarmes pour évacuer ce couloir  du premier étage où est niché plusieurs bureaux de juges d’instructions.

 

Accusé de « viols répétés » et de « menaces de mort » par une jeune masseuse de 21 ans nommée Adji Sarr. Ousmane Sonko fera face au juge aujourd’hui mercredi 03 mars 2021 pour répondre sur ce dossier. Pour rappel, la levée de son immunité parlementaire vendredi dernier,avait soulevé un énorme débat d’ailleurs on a assisté à une série d’arrestation de beaucoup de ses partisans depuis que le scandale à éclater.

Le leader de Pastef Les Patriotes, est sorti de son domicile, sis à la cité Keur Gorgui, pour aller répondre au juge d’instruction du 8e cabinet près le Tribunal hors classe de Dakar. Vêtu d’un boubou traditionnel de couleur blanche assorti d’un bonnet de couleur beige, il est actuellement dans son véhicule, à l’arrière, le téléphone à la main.

Des deux côté de la voies des milliers  de personnes escortent  le convoi vers le tribunal.