fbpx

CAN

 

Avec les qualifications de l’Ethiopie, de la Mauritanie, de la Guinée Bissau et du Cap-Vert, on connaît désormais 23 des 24 qualifiés pour la phase finale de la CAN 2021 qui aura lieu en janvier prochain au Cameroun.

Les éliminatoires étaient normalement censés s’achever ce mardi mais le report du décisif Sierra Leone-Bénin, deux sélections qui se disputent le dernier ticket en jeu, a tout chamboulé suite à la contestation par les Ecureuils de 6 tests positifs au Covid-19 dans leurs rangs. Pour l’heure, la Confédération africaine de football (CAF) n’a pas encore annoncé quand ce match aura lieu.

Les 23 qualifiés connus :

– Cameroun (pays-hôte), 20e participation, la dernière en 2019;

– Sénégal, 16e participation, la dernière en 2019;

– Algérie, 19e participation, la dernière en 2019;

– Mali, 12e participation, la dernière en 2019;

– Tunisie, 20e participation, la dernière en 2019;

– Burkina Faso, 12e participation, la dernière en 2017;

– Guinée, 13e participation, la dernière en 2019;

– Comores, 1ère participation;

– Gabon, 8e participation, la dernière en 2017;

– Gambie, 1ère participation;

– Egypte, 25e participation, la dernière en 2019;

– Ghana, 23e participation, la dernière en 2019;

– Guinée Equatoriale, 3e participation, la dernière en 2015;

– Zimbabwe, 5e participation, la dernière en 2019;

– Côte d’Ivoire, 24e participation, la dernière en 2019;

– Maroc, 18e participation, la dernière en 2019;

– Nigeria, 19e participation, la dernière en 2019;

– Soudan, 9e participation, la dernière en 2012;

– Malawi, 3e participation, la dernière en 2010;

– Ethiopie, 11e participation, la dernière en 2013;

– Mauritanie, 2e participation, la dernière en 2019;

– Guinée Bissau, 3e participation, la dernière en 2019;

– Cap-Vert, 3e participation, la dernière en 2015;

 

 

 

 

 

Intronisé capitaine de l’équipe nationale du Sénégal au début des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2022, Kalidou Koulibaly avait manqué le dernier match des Lions face au Congo Brazzaville. Cet après-midi, contre l’Eswatini au stade Lat Dior de Thiès, le Roc devrait effectuer son retour dans la charnière centrale de Aliou Cissé.

Intronisé capitaine de l’équipe nationale du Sénégal au début des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2022, Kalidou Koulibaly avait manqué le dernier match des Lions face au Congo Brazzaville. Cet après-midi, contre l’Eswatini au stade Lat Dior de Thiès, le Roc devrait effectuer son retour dans la charnière centrale de Aliou Cissé.

Alors qu’on connaît déjà le onze officiel de Cissé pour faire face à l’Eswatini ce mardi après-midi, Kalidou Koulibaly, le capitaine des Lions va signer son retour dans l’équipe. Le colosse de Naples avait manqué le match face au Congo pour cumul de cartons jaunes. Une suspension qui tombe d’ailleurs souvent sur le capitaine des Lions. C’était la troisième fois depuis ses débuts dans la Tanière en 2015, qu’il écope d’une telle sanction.

Comme annoncé ces dernières heures, Aliou Cissé va bien maintenir le système 3-5-2 cet après-midi face à l’Eswatini. Avec quelques changements opérés dans sa composition, voici le onze initial officiel des Lions.

Dans les cages, Seny Dieng arrive prend la place de Bingourou Kamara pour sa première cape avec les Lions. En défense centrale, on aura le retour de Kalidou Koulibaly qui sera accompagné par Cheikhou Kouyaté et Abdoulaye Seck.

Au milieu, seul Nampalys Mendy est maintenu par rapport au onze aligné face au Congo. Il sera encadré dans l’entrejeu par Joseph Lopy et Krépin Diatta. Sur les ailes, en piston, Fodé Ballo Touré et Abdallah Sima seront titulaires au coup d’envoi.

En attaque, c’est le grand ménage, puisque Aliou Cissé a aligné un duo inédit composé de Mame Baba Thiam et de Mbaye Diagne. Le duo Sadio Mané et Diao Baldé qui avait échoué à faire trembler les filets congolais il y a quelques jours ne seront pas titulaires.

 

La Gambie vient d’écrire son nom au panthéon du football africain. Ce jeudi, les Scorpions, sensationnels depuis le début des qualifications, créent la surprise en se qualifiant pour la CAN 2022. Une première dans leur histoire.

C’est un exploit retentissant, majuscule, monumental. Le fruit d’un excellent travail depuis des années.

Ce pendant la Gambie n’est pas la seule nation à signer sa première participation à la Coupe d’Afrique des Nations.

En effet, l’équipe de football des Comores s’est qualifiée pour la première fois de son histoire en Coupe d’Afrique des nations. Les Comoriens ont décroché le point qui leur manquait en faisant match nul 0-0 face au Togo, dans le groupe G des éliminatoires pour la CAN 2021.

Le match Comores-Togo ne restera pas dans les annales du football, mais il marquera à jamais l’histoire comorienne. Ce 25 mars 2021 à Malouzini, les Comoriens se sont qualifiés pour la toute première fois pour la Coupe d’Afrique des nations.

Les Cœlacanthes n’avaient besoin que d’un petit point en plus pour s’assurer une des deux premières places du groupe G, en éliminatoires de la « CAN 2021 ». Ils n’auront pas besoin d’attendre le résultat de Kenya-Égypte, l’autre partie de ce jeudi dans le groupe G, ni les rencontres Égypte-Comores et Togo-Kenya prévues le 29 mars. Les voilà assurés de finir premiers ou deuxièmes.

Les protégés d’Amir Abdou ont fait match nul à domicile face à une sélection togolaise déjà éliminée et privée de nombreux cadres, restrictions de déplacements dues au Covid obligent.

On connait désormais neuf des 24 Nations qui seront au Cameroun en 2022. En plus du pays organisateur, le Sénégal, la Tunisie, le Mali, la Guinée, le Burkina Faso, le Gabon, l’Egypte et les Comores sont les nouveaux pays qualifiés pour la CAN 2021. Si pour huit de ces pays participer à la CAN est quasiment une habitude, ce sera une première pour la Gambie et les Comores .

Dans cette cinquième journée, les Scorpions du coach Tom Saintfiet ceux sont mis trois points d’honneur en s’imposant devant l’Angola grâce à un but d’Assan Ceesaay dans l’heure de jeu. Dans cette poule, le Gabon, nettement victorieux devant la RD Congo (3-0) décroche le deuxième ticket. Les Congolais sont quant à eux éliminés.

 

 

 

 

Le Tchad a été disqualifié des éliminatoires à la Coupe d’Afrique des nations (CAN), a annoncé lundi la Confédération africaine de football dans un communiqué.

Cette décision de l’organisation basée au Caire intervient à la suite de la dissolution inexpliquée de la Fédération tchadienne de football par le ministre des Sports du pays d’Afrique centrale.

L’équipe nationale du Tchad était dernière au classement du groupe A en vue des qualifications pour la CAN, qui se tiendra en janvier 2022 au Cameroun.

La Namibie et le Mali, qui devaient affronter le Tchad cette semaine, se sont vu accorder des victoires sur le score de 3-0.

Le Mali est d’ores et déjà qualifié pour les phases finales de la compétition réunissant 24 nations. Dans la course à la deuxième place qualificative, la Guinée compte deux points d’avance sur la Namibie.

La Guinée reçoit le Mali à Conakry mercredi. Une victoire leur assurerait la deuxième place du groupe A; un match nul ou une défaite maintiendrait les espoirs des Namibiens en vie.

La suspension du Tchad n’aura pas d’incidence sur les qualifications africaines pour la Coupe du monde 2022, car les Tchadiens en sont déjà éliminés.

 

Les 12 pays devant prendre part à la Coupe d’Afrique des nations U17 prévue du 13 au 31 mars au Maroc sont désormais dévoilés avec les qualifications du Cameroun et du Congo, nous renseigne l’APS.

 

Selon un courrier de la Confédération africaine de football envoyé aux pays membres de la zone UNIFFAC (Union des fédérations de football de l’Afrique centrale), il a été décidé que le Cameroun et la République du Congo représenteront la région lors de la CAN du mois prochain au Maroc.

 

Ces deux pays sont champion et vice-champion de la zone du tournoi de qualification de la CAN 2019.

Les raisons avancées pour faire ce choix sont ’’l’absence d’un pays hôte ayant soumis une lettre de garantie du gouvernement pour organiser le tournoi, l’absence d’une machine IRM dans la plupart des pays de la zone, des restrictions de la pandémie de la Covid-19, le temps restreint pour trouver un pays hôte après le désistement des pays initialement proposés (Guinée Equatoriale, Gabon et Cameroun’’.

 

Outre le pays hôte, le Maroc et les deux représentants de l’Afrique centrale que sont le Cameroun et le Congo, on trouve l’Algérie pour la zone nord, le Nigeria et la Côte d’Ivoire pour la zone ouest B de l’Union des fédérations ouest-africaines (UFOA), la Tanzanie et l’Ouganda pour la zone CECAFA (Afrique de l’est).

 

Le tirage au sort de la CAN U17 2021 aura lieu ce mercredi au Maroc avec le Cameroun détenteur du trophée joué en Tanzanie en mars 2019.

 

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, est arrivé à Dakar ce mercredi, 17 février 2021, peu après 17 heures, pour une visite de courtoisie. Accompagné de sa délégation, le Suisse a été accueilli par le président de la fédération sénégalaise de football, Me Augustin Senghor, par ailleurs candidat à la présidence de la Confédération africaine de football (CAF).

Infantino sera reçu le même jour par le président de la République, Macky Sall. Il faut signaler Infantino vient de la Mauritanie, pays d’Ahmed Yahya, un autre candidat à la présidence de la CAF, où il a assisté à l’ouverture de la Coupe d’Afrique des Nations des moins de 17 ans (CAN U-17).

L’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) va être employée en Coupe d’Afrique des nations à partir de ce 10 juillet et les quarts de finale de la CAN 2019. La dernière fois que la VAR a été utilisée sur le continent, c’était en finale de la Ligue des champions, et le dispositif n’avait pas fonctionné, engendrant une énorme polémique. La Confédération africaine de football assure avoir toutefois pris les mesures nécessaires.

Ce 10 juillet 2019 marquera une grande première dans l’histoire de la Coupe d’Afrique des nations de football. L’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) sera utilisée des quarts de finale jusqu’à la fin de la CAN 2019. Sénégalais et Béninois expérimenteront cette évolution technologique, à l’occasion de leur rencontre au Caire. Une innovation que chacun accueille à sa manière.

Le Sénégalais Salif Sané, qui a déjà connu ce système durant le Mondial 2018, se montre sceptique. « Je ne suis pas trop fan, lâche le défenseur, en conférence de presse. Ça peut nous aider comme ça peut nous pénaliser. De toutes les façons, on n’a pas le choix. On va faire avec. Mais on ne va pas se fier à la VAR ».

Le sélectionneur adverse, Michel Dussuyer, se montre plus réceptif : « Je dirais que l’utilisation de la VAR est un plus pour le football. Ça vient corriger des injustices, par moment. Je le vois comme un effet positif. Après, un jour ça peut vous servir, et un autre jour ça peut vous desservir… Mais, fondamentalement, je pense que c’est une bonne avancée. J’espère jute que ça va fonctionner jusqu’au bout et qu’il n’y aura pas de problèmes techniques. »

Plus récemment, lors du Mondial féminin, les Camerounaises se sont opposées frontalement au fait que plusieurs décisions n’allaient pas dans leur sens, après utilisation de la VAR.

Mais, l’épisode le plus marquant, reste la finale retour de Ligue des champions durant laquelle le dispositif ne fonctionnait pas. Les joueurs du Wydad Casablanca (Maroc), furieux que la VAR ne soit pas utilisable pour re-visionner un but invalidé, ont refusé de reprendre le match. L’Espérance Tunis a alors été déclarée vainqueur. Puis, quelques jours plus tard, la CAF a décidé de faire rejouer la rencontre, après la CAN 2019.

« Nous avons pris le risque de l’utiliser et ça avait très très bien fonctionné jusqu’à que nous rencontrions certaines difficultés », estimait pourtant Anthony Baffoe, le Secrétaire général adjoint de la CAF en change du développement du football.

VAR et foot africain ne font pas toujours bon ménage

Depuis son adoption par la Fédération internationale de football (FIFA), la VAR n’a pas toujours fait bon ménage avec le foot africain. Durant la dernière Coupe du monde masculine, certaines sélections, Maroc en tête, ont critiqué avec virulence son usage, jugé partial et malhonnête.

La CAF se veut rassurante

Le sujet reste sensible. La CAF s’est donc montrée rassurante tout au long de la CAN 2019. « Nous avons pris toutes les mesures nécessaires, pour que cela fonctionne et que nous ayons un support, a assuré Baffoe, lors d’une conférence de presse au début de la compétition. C’est très important. Les arbitres qui travaillent dans le groupe sur la VAR sont déjà au boulot depuis un certain temps ».

« Au départ, la VAR était destinée à la finale, a récemment rappelé le Secrétaire général de la CAF, Mouad Hajji. Mais le Comité exécutif a décidé que le dispositif devait être utilisé à partir des quarts de finale. C’est déjà un pas important. Car l’utilisation de la VAR nécessite du matériel mais aussi de l’expertise. Nous sommes en train de mettre en place des formations pour que les arbitres puissent être homologués VAR ».

Le chef de l’administration a conclu : « Je peux vous assurer que tout se passe bien. Tout le matériel a été réceptionné. Des essais ont été effectués. […] Des solutions de rechange sont prévues au cas où il y aurait une déficience de l’un des systèmes. Mais tout est en place. Les autorisations de l’IFAB [1] sont là. Donc, pour l’instant, rien à signaler. Tout se passe dans les meilleures conditions. »

Rfi