fbpx

Augustin Senghor

A l’instar de la proclamation du Sud-africain, Patrice Motsepe comme président de la Confédération Africaine de Football, Maître Augustin Senghor a été déclaré premier vice-président de la CAF ce vendredi au Maroc.

Alors qu’il était candidat à la présidence de l’instance du football africaine, le président de la Fédération Sénégalaise de Football, Me Augustin Senghor a finalement accepté le compromis de Rabat pour être déclaré ce vendredi au Maroc, le 1er vice-président de la CAF après la proclamation de Patrice Motsepe à la tête de l’instance dirigeante. Cette décision, clamée par le pouls d’autorités sénégalaises au nom de l’unité africaine autour du football, est saluée par le ministre des sports Matar Bâ.

Pour la première fois, un Sénégalais occupe un tel niveau de responsabilité au sein de l’instance dirigeante du football africain. “Je pense que tout le monde devrait se glorifier du nouveau poste de Maître Augustin au sein de la CAF. C’est la première fois qu’un sénégalais occupe un tel poste. D’ailleurs c’est la première fois aussi qu’un Sénégalais se déclare candidat à la présidence de la CAF. Et pour quelqu’un qui convoitait le poste de président, la vice-présidence est à saluée”, se glorifie le ministre des sports, Monsieur Matar Bâ face à la présence ce vendredi, en parallèle à la cérémonie de la CAF.

Le Sud-Africain Patrice Motsepe, seul candidat en lice, a été désigné  7e président élu de la Confédération africaine de football (CAF),ce 12 mars 2021. Le milliardaire est le premier Sud-Africain et premier anglophone à occuper ce poste prestigieux sur le continent. L’homme d’affaires succède à Ahmad, persona non grata durant cette 43e Assemblée générale élective (AGE) de la CAF. Le Malgache, qui avait battu le Camerounais Issa Hayatou à la surprise générale en 2017, a été suspendu 5 ans par la Fédération internationale de football (FIFA) pour plusieurs violations éthiques, dont la « distribution de cadeaux » et le « détournement de fonds ». Ensuite cette sanction a été  ramenée à 2 ans par le Tribunal arbitral du sport (TAS). Ce vendredi pendant la 43e assemblée générale de l’organisation à Rabat.

« C’est un immense honneur pour moi », a dit l’homme d’affaires de 59 ans, qui avait été adoubé par la Fifa, en saluant « l’unité » de l’organisation.

C’est aux côtés de Gianni Infantino, patron de la FIFA, qu’un Patrice Motsepe très détendu et très attendu est arrivé à cette AGE. Une FIFA qui a œuvré pour qu’il soit le seul candidat en lice – avec les désistements de l’Ivoirien Jacques Anouma, du Sénégalais Augustin Senghor et du Mauritanien Ahmed Yahya – et dont Motsepe va devenir le vice-président de facto.

Le président des Mamelodi Sundowns, un self-made man jusque-là relativement inconnu du monde sportif, faisait figure d’outsider jusqu’à ce que ses trois rivaux, le Sénégalais Augustin Senghor, le Mauritanien Ahmed Yahya et l’Ivoirien Jacques Anouma, se rallient à sa candidature quelques jours avant le vote.

Les trois ont obtenu en contrepartie la garantie de postes, respectivement, de premier et second vice-présidents et de conseiller du futur président, avec un « programme commun ».

« Vous avez tous la même vision aujourd’hui, c’est la célébration de cette unité », a déclaré le président de la Fifa Gianni Infantino à l’ouverture des débats, dans un hôtel de Rabat.

« Ensemble on gagne (…) Le foot c’est un sport d’équipe, la valeur la plus importante du foot c’est l’esprit d’équipe », a-t-il dit en réponse au mouvement de grogne soulevé par ce que certains considèrent comme un interventionnisme de la Fifa.

« C’est vraiment un très grand honneur et un privilège incroyable pour moi, a réagi l’intéressé, sitôt après les timides applaudissements qui ont confirmé sa victoire. Je voudrais remercier mon frère Gianni pour sa vision et ses encouragements pour que nous travaillions dans l’unité et c’est uniquement ainsi que nous pourrons relever les défis posés à l’Afrique. Nous ne pouvons réussir qu’en étant unis ».

Il a aussi eu un mot pour ceux qui ont fini par renoncer à se présenter, après un « compromis » obtenu avec le concours de la FIFA, fin février à Rabat. « Mes frères Senghor, Yahya et Jacques Anouma, merci infiniment ! »

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, est arrivé à Dakar ce mercredi, 17 février 2021, peu après 17 heures, pour une visite de courtoisie. Accompagné de sa délégation, le Suisse a été accueilli par le président de la fédération sénégalaise de football, Me Augustin Senghor, par ailleurs candidat à la présidence de la Confédération africaine de football (CAF).

Infantino sera reçu le même jour par le président de la République, Macky Sall. Il faut signaler Infantino vient de la Mauritanie, pays d’Ahmed Yahya, un autre candidat à la présidence de la CAF, où il a assisté à l’ouverture de la Coupe d’Afrique des Nations des moins de 17 ans (CAN U-17).