vendredi, décembre 9, 2022
AccueilA LA UNESituation alarmante du Lac Rose : Le tourisme et l’exploitation du sel...

Situation alarmante du Lac Rose : Le tourisme et l’exploitation du sel menacés par les eaux de ruissellement

Les exploitants du sel autour du Lac rose s’inquiètent quant à l’avenir de leur filière avec la décision des autorités d’ouvrir un canal pour drainer les eaux de pluie vers le lac. En faisant du lac le bassin déversoir des eaux, la coopérative des exploitants estime qu’une menace pèse sur leur activité, mais aussi sur l’attrait touristique du lac. Les membres de la coopérative ont tenu un point de presse, ce lundi 26 septembre 2022, sur le site pour alerter.

 

Le lac Rose est aujourd’hui gravement menacé à cause des eaux de ruissellement déversées sur le lac. Une situation alarmante que dénoncent les exploitants. “Je suis là depuis plusieurs années, mais je crois, quand même, que mes anciens n’ont jamais vu un pareil phénomène dû à l’homme. Parce qu’auparavant, il y avait un canal naturel qui venait ici à chaque fois qu’il y avait de fortes pluies. Mais ce canal coulait pendant 3 ou 4 jours au maximum. Présentement, on a constaté que depuis le 21 août jusqu’à présent, ça coule 24 heures sur 24, tout ça à cause des eaux de pompage”, a signalé Maguette Ndiour, président de la coopérative des exploitants de sel du Lac Rose ?

Il ajoute : “Si on veut récupérer toutes les eaux usées de la banlieue, il y a des eaux de ruissellement, il y a des eaux usées, il y a d’une n’importe quoi dedans. Au Lac Rose, on exploite du sel qui est un produit alimentaire. Donc, je vois que c’est un peu irresponsable de penser à vouloir transformer le lac en bassin de rétention et ce n’est pas calculer combien de personnes gagnent leur vie ici. Il y a l’artisanat, il y a le tourisme, il y a l’exploitation du sel, il y a d’autres secteurs connexes autour du site. En conséquence, si l’État veut sacrifier le Lac Rose, les populations doivent s’opposer à ce projet, parce que tout récemment, on a vu le ministre de l’Intérieur parler d’un canal qui va quitter la base marine jusqu’à Lac Rose, que ce soit un canal fermé ou pas, les populations sont contre”, a averti M. Ndiour.

Le président des exploitants de sel du Lac Rose trouve d’autres solutions. “Il y a des zones dans lesquelles on peut créer des bassins de rétention. Il y a plusieurs réceptacles d’eau sur la voie, pourquoi ne pas créer des bassins de rétention sur la voie ? Pourquoi ne pas créer des bassins de rétention pour retenir ces zones-là qui peuvent être destinés à l’agriculture, à l’élevage ou à d’autres activités ? Mais si on va régler le problème des gens d’un côté et créer des problèmes aux autres, nous n’allons pas accepter ça”, a-t-il proposé.

Maguette Ndiour et ses camarades disent en avoir marre des promesses non tenues autorités étatiques. Ils comptent passer à la vitesse supérieure si rien n’est fait dans les plus brefs délais. “Jusqu’à présent, on a été très gentil, vraiment. Mais là, trop c’est trop, ça ne peut plus continuer. Vous voyez le lac, tout est bousillé. Personne ne peut traverser cette voie. Cela fait plus d’un mois qu’aucune voiture ne pas traverser. On est en train de transporter les malades au dos et ça pose un problème. Donc, l’État doit reconsidérer le Lac, parce que c’est un site à protéger. Aujourd’hui, on n’a pas fait une marche, mais en point de presse. Mais dans les jours à venir, on va mener des actions pour dire non à ce phénomène, car trop c’est trop, on ne va pas se laisser faire”, a laissé entendre le président de la coopérative des exploitants de sel du Lac Rose.

Par Birame Ndaw

NOUS SUIVRE
16,985FansJ'aime
2,458SuiveursSuivre
61,453AbonnésS'abonner
Top articles
ARTICLES SIMILAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici