lundi, mai 16, 2022
AccueilA LA UNERetrait des troupes de l’armée française : des avis partagés au Mali (Journaliste)

Retrait des troupes de l’armée française : des avis partagés au Mali (Journaliste)

La France, ses partenaires européens et le Canada ont annoncé jeudi le retrait du Mali des opérations militaires antidjihadistes Barkhane et Takuba du fait de la dégradation des relations avec la junte à Bamako. Ce qui ne fait pas l’unanimité au sein de la population malienne. En effet, ”Il y a une partie de l’opinion qui est très satisfaite de ce retrait. Ils se disent maintenant que l’armée malienne va prendre en charge cette question de sécurité avec son nouveau partenaire : les Russes. Ils sont persuadés que l’armée malienne va monter en puissance. ” explique Massiré Diop Journaliste au Quotidien Malien l’indépendant, spécialiste des questions de sécurité.

En outre, l’autre camp n’est pas favorable, au départ, des forces française. Pour M. Diop, ”il s’agit surtout des gens qui sont à l’intérieur du pays ou la force française accentue ces efforts. Leur sentiment est un peu mitigé parce que les militaires français étaient aussi investis dans les questions de développement. Il y avait des projets qu’il avaient aux profits des jeunes pour leur créer de l’emploi. Il ne faut aussi pas le nier, les forces françaises ont eu des succès qu’il faudra mettre à leurs actifs.” dit-il.

Aujourd’hui, on sait déjà un peu sur le calendrier de retrait des troupes françaises. L’Etat Majors des Armées se donne jusqu’à fin août pour retirer ses derniers soldats du Mali. Un timing “très serré” dit-il. Ce qui inquiéte une partie de la population. Pour le spécialiste des questions de sécurité, au Mali, la situation est loin d’être rassurante. ”Récemment, on a vu beaucoup de communiqués de la direction l’information et des relations publiques des armées qui font état de succès militaire. Il faut dire que cela est rendu possible grâce à la collaboration avec la force Barkane et surtout la force européenne, la force Takuba. La manœuvre dans le Nord du Mali est très difficile avec des terroristes assez redoutables dont certains se sont alliés avec le Al-Qaïda.” souligne Massiré Diop.

Face à cette situation, le Mali n’a pas plusieurs options pour sécuriser tout le territoire. Les autorités de la transition intensifient les voyages pour trouver des solutions. Selon M. Diop, ” il y a beaucoup de déplacement des autorités dans certains pays comme le Qatar, l’Iran, la Chine. On parle également de contact avec la Turquie, mais rien de concret pour le moment. L’option qui est sur la table est le soutien de la Russie. On verra si les autres pays alliés des Russes viendront aussi s’engager dans ce nouveau théâtre.

Quelque 25 000 hommes sont actuellement déployés au Sahel, dont environ 4 300 Français (2 400 au Mali dans le cadre de Barkhane), selon l’Élysée. Le pays accueille aussi 15 000 soldats de l’ONU au sein de la Minusma, dont l’avenir est désormais en suspens puisqu’elle comptait sur un large soutien de Barkhane.

 

Madiagne NIANG

NOUS SUIVRE
16,985FansJ'aime
2,458SuiveursSuivre
61,453AbonnésS'abonner
Top articles
ARTICLES SIMILAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici