fbpx

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE: IL EST MAINTENANT TEMPS D’AGIR PAR BABACAR BA CONSULTANT EN SÉCURITÉ NATIONALE


Le dernier rapport du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) est bouleversant, démontrant ainsi que l’activité humaine a réchauffé la planète à un rythme sans précédent au cours des dernières décennies.

L’atteinte des objectifs de la COP 21 (Accord de Paris) pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C nécessiterait donc des efforts colossaux et urgents de modification des politiques publiques et de nos modes de vie.

De nos jours, nous assistons à la triste situation de villes inhabitables à cause de la chaleur, de régions ravagées par les flammes, de populations démunies face aux inondations et d’épisodes de sécheresses…

Des phénomènes météorologiques qui se multiplient à travers le monde entier, occasionnant des conséquences désastreuses pour la planète et ses habitants et qui sont la conséquence du réchauffement climatique.

Par ailleurs, l’Afrique demeure l’un des continents le plus touché par le changement climatique alors qu’elle contribue pour une part limitée aux émissions de gaz à effet de serre. D’où la préoccupation légitime à savoir comment pourra-t-elle développer les standards internationaux du développement durable ?

A défaut de stratégies proactives, les risques de dégradation des ressources et des sols, de catastrophes naturelles, de désertification, de déforestation, de réduction de la biodiversité, d’augmentation de la pollution urbaine et de sécheresses accrues demeurent considérables, de même que leurs conséquences en termes de tensions, de conflits et de migrations non contrôlées.

Face à l’ampleur des défis économiques et sécuritaires qui se posent à l’Afrique, avec notre faible capacité de résilience aux crises majeures, nous devons accroître nos capacités de prévention des catastrophes. Ainsi, l’adaptation au changement climatique nécessite à la fois des innovations technologiques et des investissements massifs pour développer la croissance verte.

Les défis sécuritaires seront également nombreux du fait des risques d’extension du terrorisme dans les zones sahéliennes et la Corne de l’Afrique et des conflits liés à la rareté des ressources du sol (terre et eau) et du sous-sol (minerais), ces dernières suscitant davantage la convoitise.

Tant de défis et d’enjeux cruciaux pour l’avenir de notre continent africain qui doivent mobiliser davantage les élites africaines car l’on s’achemine inéluctablement vers l’intensification des crises systémiques mondiales qui mettront davantage en exergue nos nombreuses vulnérabilités.

Nous devons agir et maintenant! C’est mon intime conviction. #kebetu #climatechange #Afrique #securite  #changementclimatique

Babacar BA

Consultant en Sécurité Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *