fbpx

Pourquoi Huawei a choisi la France pour sa première usine hors de Chine ?

Pour Huawei, le choix de la France est le plus facile : le groupe emploie déjà un millier de personnes, réparties sur plusieurs sites, à Sophia-Antipolis, GrenobleParis. Jusqu’à présent, en France, il faisait surtout de la recherche et développement, pas de production. Avec cette nouvelle usine en Alsace, il passe un cap, et va fabriquer des équipements, des solutions technologiques de réseaux mobiles 4G et 5G, destinés à l’ensemble du marché européen.

La situation géographique de la France, au cœur de l’Europe, a beaucoup pesé, c’est plus simple pour exporter vers le reste du continent. D’ailleurs, si Huawei a choisi l’Est de la France, c’est aussi pour la proximité avec l’Allemagne. Pour ce futur site, Huawei promet d’investir 200 millions d’euros et créer, dans un premier temps, 300 emplois. À terme, il en vise 500. Et ça va aller vite, l’ouverture de l’usine est prévue en février 2021.

Huawei menacé de boycott et d’embargo

Cette installation se fait dans un contexte compliqué de guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis : Huawei est accusé d’espionnage par les Américains, et le groupe n’a pas le droit de vendre ses produits aux États-Unis. L’administration Trump a d’ailleurs appelé plusieurs pays, notamment européens, à boycotter Huawei pour déployer la 5G. Le Royaume-Uni et la Suède ont suivi et exclu l’opérateur chinois. La France ne s’est pas positionnée sur cet embargo… et on ne sait trop ce que va faire Biden.

Autre difficulté pour Huawei : dans notre pays, le déploiement de la 5G est loin de faire consensus.  À l’annonce de la nouvelle usine, certains élus comme la maire écologiste de Strasbourg, ont déjà adressé au Premier ministre et à la Commission européenne des questions relatives à la sécurité et à la souveraineté économique du territoire. Avec Huawei, le risque de cybersécurité fait débat. Et puis Huawei a été lâché par Antoine Griezmann. C’est mauvais pour l’image du groupe, la semaine dernière, le footballeur français a mis fin à son partenariat avec la marque. Il l’accuse d’être impliquée dans la surveillance des Ouighours, cette minorité musulmane persécutée par les Chinois.

Cette nouvelle usine illustre bien la dynamique économique de Huawei en France,  – où le groupe a enregistré une croissance de 15 % sur les neuf premiers mois de 2020 –  mais elle promet de nourrir encore les polémiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *