Pour la postérité et par devoir de mémoire : Fête du travail: Aly Baba: le parcours d’un pionnier jamais raconté à la nouvelle génération

Pour la postérité et par devoir de mémoire :
Fête du travail: Aly Baba: le parcours d’un pionnier jamais raconté à la nouvelle génération

Il est connu et très respecté en Italie pour avoir laissé des empreintes indélébiles dans la société italienne. Son engagement pour les droits civils et la dignité humaine est une constante qui l’a vu ouvrir des brèches encore inexistantes à travers le changement. Du mouvement associatif au mouvement syndical, de la Direction Nationale du Parti de la Gauche réformiste au cabinet du vice-ministre de l’intérieur en passant la jeune régionale, la trajectoire de ce natif de Rufisque mérite d’être racontée et documentée aux nouvelles générations. Plus de 30 ans d’engagements sans failles Faye est une valeur sûre que les autorités italiennes n’hésitent pas à solliciter pour profiter de son expertise. Il a toujours accepté les défis et a toujours œuvré avec clarté de vision et pragmatisme. Quand dans les hautes sphères du pouvoir en Italie où dans les cercles de réflexion on parle de questions liées à la gouvernance de l’immigration son nom est toujours parmi ceux qui sont cités. En 2006 alors qu’il était responsable nationale des politiques de l’immigration du Parti de la Gauche réformiste (le parti de Napolitano, D’Alema, Livia Turco et tant d’autres) Aly Baba était prédestiné au poste de secrétaire d’état au ministère du travail et de la protection sociale dans le gouvernement de Romano Prodi. C’est à la dernière minute que les négociations entre les forces de la coalition l’ont sacrifié. À l’époque certains disaient que c’est à cause de sa couleur et d’autres disent encore aujourd’hui que c’est à cause de sa religion affichée fièrement. L’intéresse-lui laisse les supputations et réponds toujours par « ce n’était pas écris ou peut-être ce n’était pas le moment ». Mais il ne s’agit pas de fatalisme qui est renoncement à avoir une ambition et de lutter pour la réaliser. En effet sa détermination est à la mesure de sa constance. Oui il se paye le luxe de passer là où il veut et de dire ses convictions sans arrogance. Il aime dire que « le compromis est une morale de l’intelligence pendant que la compromission est une intelligence sans morale ». Intègre, Aly Baba l’est pour avoir occupé des postes qui l’exposent à la spéculation sans jamais été cité dans un scandale

Venu pour des motifs d’études quand l’Italie n’était encore qu’un pays d’immigration il aura fait du chemin en Italie mais ses compatriotes sénégalais ne retiennent de lui que les récentes fonctions de conseiller de cabinet du vice-ministre italien de l’intérieur dans le gouvernement de centre-gauche entre 2013 à 2018.

Sociologue de formation, le parcours de ce natif de Rufisque est riche d’expériences que l’homme a toujours voulu mettre à la disposition de son pays et de sa communauté.
Aly Baba Faye est le premier noir africain responsable national de la politique syndicale en matière d’immigration.
ABF comme l’appellent ses proches fait partie de la première génération d’immigrés africains venus en Italie dans les années 80. Activiste il fonda l’associazione Doomu Senegal de Perugia avant d’œuvrer pour la création d’une association nationale. C’est avec des amis comme Bass Kébé qu’il a convoqué à Pise la première rencontre qui mettra sur pied une coordination des associations sénégalaise avec les doyens comme Alioune Badara Guèye, Mass Thiam, Touty Coundoul, Waly Ndiaye, Jeanine Turpin, Idris Sanneh, Adama Mbodj et tant d’autres membres fondateurs du premier regroupement d’associations sénégalaises d’Italie. A l’époque seul les sénégalais avait une association nationale. C’est à la CASI le mérite d’avoir porté le débat sur l’émigration sénégalaise dans les institutions sénégalaises et italiennes. Du côté du Sénégal c’est un mémorandum de la CASI présenté au Président Abdou Diouf qui ouvrira à la concession du droit de vote pour les sénégalais de l’extérieur 1993), la création d’un ministère de tutelle et l’institution d’un Conseil supérieur des sénégalais de l’extérieur.
Sur le plan de la promotion culturelle parmi les faits les plus marquants de la CASI il y’avait l’organisation du tour de la troupe nationale Daniel SORANO qui a sillonné durant un mois toutes les régions d’Italie. La CASI a été aussi acteur de premier plan pour l’organisation de la première conférence gouvernementale sur l’immigration en Italie après l’adoption de la loi Martelli qui porte le nom de l’ancien vice-premier ministre italien, le socialiste Claudio Martelli qui n’hésitait pas à appeler les dirigeants de la CASI pour leur demander un avis sur telle ou telle autre question concernant l’immigration.

La nouvelle génération retiendra d’Aly Baba Faye un vrai pionnier, un noir protagoniste de plusieurs combats contre le racisme et pour l’intégration des étrangers.
Courageux et déterminé Aly avait compris l’importance des recherches de Cheikh Anta Diop et la formule de Senghor de l’enracinement et l’ouverture. Son combat est un humanisme ouvert mais il faut toujours partir de soi. En situation d’immigration la réussite individuelle a plus de de sens quand elle trouve sa base dans la réussite collective.

A l’occasion de cette fête des travailleurs dans un contexte de crise sanitaire imposée par le covid19 ABF se souvient encore des péripéties qui ont marqué sa vie de syndicaliste en Italie.
Son parcours a laissé des traces significatives et ses héritiers sembles bien maitriser la leçon. La communauté sénégalaise d’Italie est aujourd’hui la plus représentée dans les associations syndicales, elle occupe les directions de presque toutes les instances locales, régionales et même nationales des différentes boites syndicales italienne. Selly Kane est l’actuel responsable nationale des politiques migratoires au niveau de la plus grande boite syndicale, la confédération des travailleurs italiens (CGIL), Ibrahima Niane élu secrétaire régional à Bergamo de la Fillea une filiale de la CGIL, Mamadou Makhtar Barry à Bolzano, Abdou Faye à Udine, Pape Tall à Parmes, Mamadou Tall à Padova, Massaer Diagne à Venise et tant d’autres. Des hommes et des femmes de valeur qui ont du mérite et qui honorent leur communauté, Aida Fall au sud à Lecce dans la région de Bari, Dyé Ndiaye dans la région toscane ou Soukaina Diatta à Pavia dans la Lombardie.

Enseignant universitaire et consultant, Aly Baba Faye, bénéficie de respect et de la considération de part et d’autre. Car autant il constitue une fierté pour la communauté immigrée, autant il est admiré et respecté par les autorités locales. L’exemple de ce natif de l’une des quatre anciennes communes doit inspirer non seulement la nouvelle génération qui a rejoint l’Europe ces quinze dernières années mais aussi et surtout les enfants de la seconde génération

Si les différents régimes sénégalais qui se sont succédés buttent encore à organiser la communauté et réussir certains accords ou projets de société avec la diaspora sénégalaise d’Italie, c’est parce que la politique politicienne est au-dessus des compétences mais l’expertise, la volonté de servir et le patriotisme demeurent pour une politique migratoire de qualité et une prise en charge formelle et administrative des préoccupations des émigrés et des expatriés.
Bonne fête à tous et à toutes
Alioune NDIAYE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram did not return a 200.