Jean-Paul Boudeville, alias “papy-pong”, a toujours commencé ses journées avec un peu de sport. À 102 ans, il est en convaincu : l’activité physique est le secret de sa longévité. Depuis quelques mois, le confinement affecte un peu sa motivation : “Je me suis moins accroché parce qu’il n’y a pas la compétition derrière”. Jean-Paul Boudeville est un véritable compétiteur, doyen de la Fédération française de tennis de table. Près d’un siècle d’expériences, mais aussi de récompenses et de souvenirs conservés dans une pièce de sa maison.

Tout commence au soir de Noël, en 1926

Son amour pour le tennis de table commence à Noël, en 1926, alors qu’il a à peine huit ans. “J’ai eu un paquet à Noël, des raquettes en liège, un filet qu’on fixait sur la table de la salle à manger et on jouait avec ma grand-mère. A partir de là, j’ai continué. Je ne savais pas que j’allais jouer jusqu’à 100 ans, ça ne m’a jamais traversé l’esprit.” Avant la crise, Jean-Paul Boudeville s’entraînait trois fois par semaine, dans le club qu’il a lui-même fondé en 1946.

facebook Share on Facebook
Twitter Tweet
Follow Follow us