vendredi, décembre 2, 2022
AccueilACTUALITÉSPèlerinage à la Mecque 2022 : les voyagistes privés dans la tourmente

Pèlerinage à la Mecque 2022 : les voyagistes privés dans la tourmente

Le Sénégal va convoyer aux lieux saints de l’islam, en Arabie Saoudite, 5.822 pèlerins dont 2.000 pour la mission officielle et 3.822 pour les voyagistes privés, a annoncé mercredi, le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur Aïssata Tall Sall. Pour l’instant, les voyagistes privés, sont inquiets.

En effet, la baisse du quota, la cherté du package combinée à la longue période d’inactivité sont passées par là. Il s’agit d’une situation financièrement intenable. ” Le hajj, c’est une économie d’échelle” déclare Houreye Thiam Preira, voyagiste du privé. ”Si les gens se retrouvent avec des quotas minimum, cela va être très compliqué, non seulement de satisfaire une demande, mais aussi de faire face à des charges fixes qui sont là de puis plusieurs années.” explique Mm Preira, membre de l’association des voyagistes privés dont elle est la responsable de la communication.

Palla Mbengue, président des patronats des agences de voyages du Sénégal, va plus loin. ”Cette année, nous n’allons rien gagner. C’est sûr. Vous savez, on loge dans les hôtels à 100 % . C’est ce qui justifie le montant. Je suis persuadé qu’il n’y aura pas de marge cette année.” dit-il.

En effet, le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur a informé que le package pour les frais du voyage et du séjour en terre saoudienne est fixé à 4.200.000 de francs CFA. Chaque pays devra convoyer ces pèlerins à bord de sa compagnie nationale. ”On ne peux pas avoir un package pour pas moins de 5 millions. Mais, à notre niveau tant qu’on n’a pas l’avion, on ne peut pas fixer de package. Je ne sais pas comment ils ont fait pour sortir ce chiffre.” rétorque .

Ces voyagistes privés espèrent tout de même que l’Etat fera des efforts pour leur céder une partie de son quota, ”l’Etat doit renoncer à une bonne partie de son quota au détriment du privé. Parce que ce sont des professionnelles qui ne vivent que de ça. Aujourd’hui, l’Etat n’est pas un acteur privé, il est régulateur” affirme Houreye Thiam Preira.

Madiagne NIANG

NOUS SUIVRE
16,985FansJ'aime
2,458SuiveursSuivre
61,453AbonnésS'abonner
Top articles
ARTICLES SIMILAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici