fbpx

Ousmane Mbengue à la barre, se confie…

« C’était dans le cadre d’une plaisanterie et je ne pensais pas que ce message allait me créer tous ces problèmes. Quand cette publication a fait le tour de la toile j’avais tellement honte. C’est pourquoi je suis parti le lendemain à la police de mon propre gré. Je n’ai pas attendu que les gens viennent me chercher ». Tels sont les propos tenus ce matin à la barre par Ousmane Mbengue. Ce, en guise de mea-culpa face au juge pour avoir écrit un texte assimilé à une menace de mort et d’assassinat à l’endroit des femmes. 

Le mis en cause a relevé qu’en écrivant le texte, il n’avait pas pris en compte le contexte dans lequel étaient les Sénégalais avec les séries de meurtres et de violences dont sont l’objet des femmes. Pour lui, c’était juste une blague. Une mauvaise blague hélas pour lui. Il a expliqué que c’était dans ses habitudes de taquiner ses amis. « Mes camarades de classe, mes collègues savent que je suis un comédien. Mes propos c’est juste de la parodie. Je ne pensais pas vraiment ce que je disais. J’aime les femmes et je les adore. J’ai une fille de 3 ans. Elle est l’homonyme de ma mère. Je demande pardon à toutes les femmes du monde. Cela n’a jamais été mon intention contre qui que ce soit », finit-il par dire. 

Le représentant du ministère public n’y est pas allé par 4 chemins. Après avoir retracé les contours de cette affaire et tenté d’asseoir la culpabilité du mis en cause pour les chefs retenus contre lui, le parquet a requis 2 ans dont 6 mois ferme.  
« Ce que je comprends c’est que c’est quelque chose qu’il a mûri et qu’il a écrit. Il était sain d’esprit. Dans son texte, il a fait une provocation, une menace en disant si on ne tue pas les femmes ce sont les hommes qui s’en chargeront. Il a pensé ce qu’il dit et ça a créé un vrai trouble à l’ordre public. Il l’a écrit dans un contexte où tout le Sénégal était plongé dans l’émotion suite aux événements de Tamba. Il a été condamné dans le passé à 6 mois assortis de sursis pour menace et il comparaît encore pour les mêmes faits. Personnellement je lui pardonne. Mais, j’agis au nom du peuple sénégalais troublé. Ce sont des propos graves », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Unable to communicate with Instagram.