vendredi, décembre 9, 2022
AccueilA LA UNEOpération de sécurisation contre la rébellion en Casamance : quel avenir pour le processus de...

Opération de sécurisation contre la rébellion en Casamance : quel avenir pour le processus de paix

L’armée sénégalaise a lancé dimanche une opération de sécurisation dans le sud du pays, où sévit une grande instabilité, causée par le mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc). L’objectif de cette opération est de démanteler les bases de la faction MFDC (Mouvement des forces démocratiques de la Casamance) de Salif Sadio situées le long de la frontière nord.

En effet, l’armée n’avait pas d’autres choix que de lancer les opérations de sécurisation de l’avis de Mohamed Tidiane Ndiaye chef de bureau régional de l’Agence de Presse Sénégalaise à Ziguinchor. Le spécialiste de la Casamance dit ne pas être surpris par la tournure des événements. ”Vous s’avez depuis très longtemps l’Etat sénégalais à hésité entre la solution militaire et la solution diplomatique. Il a même eu à alterner les deux solutions à la fois. Mais, il est clair que depuis une année maintenant, l’état-major de l’armée a opté pour une solution militaire. ” explique t-il.

Pour Henry Ndenky, coordonnateur des acteurs de la société civile pour la paix en Casamance, le chemin de la paix ne passe pas par la guerre. Il prône ainsi le dialogue ”nous pensons qu’il faut des plutôt des négociations pour régler le conflit casamançais afin d’assurer le bien-être des populations. Il y a aucune guerre au monde qui ne finit pas à ta table de négociations. De ce fait, il faut que les parties prenantes acceptent de discuter. Il y a des efforts qui ont déjà faits et il faudra les consolider” dit-il.

Cette opération de l’armée fait suite à l’accrochage du 24 janvier dernier entre armée et des éléments du MFDC ayant causé 4 morts et 7 otages du côté de l’armée. Les otages avaient finalement été libérés le 14 février 2022. Le dialogue entre les parties ne semble pas présager un avenir radieux, du moins pour l’heure. ”Les propos de l’ancien commandant de la zone Souleymane Kandé ont été trés clair. Il disait que si un seul cheveu des populations était touché, nous allons nous déplacer vers ces bases-là. Aujourd’hui, l’affaire est plus loin. C’est l’armée qui a été prise pour cible. Aujourd’hui, la solution militaire, elle n’est pas définitive, mais elle peut être vue de façon ponctuelle” affirme Mohamed Tidiane Ndiaye.

Tout de même, pour le chef de bureau région de l’Agence de Presse Sénégalaise à Ziguinchor, ”La solution militaire doit être accompagnée aussi d’une solution diplomatique ; il faut essayer de formaliser le processus et de donner une nouvelle feuille de route au processus de paix en Casamance”.

Le MFDC se bat depuis 1982 pour l’indépendance de la Casamance. Ce conflit a causé des centaines de morts et des milliers de déplacés. Ces dernières années, les autorités sénégalaises ont entrepris de réinstaller les déplacés. L’armée avait lancé en janvier 2021 une opération contre les bases du MFDC afin de permettre ces retours et de mettre fin aux trafics florissants de bois ou de cannabis, auxquels elle accuse les rebelles de prendre part.

Madiagne NIANG

NOUS SUIVRE
16,985FansJ'aime
2,458SuiveursSuivre
61,453AbonnésS'abonner
Top articles
ARTICLES SIMILAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici