vendredi, décembre 9, 2022
AccueilA LA UNENouveau ministre des transports aériens: Doudou, un K de la continuité

Nouveau ministre des transports aériens: Doudou, un K de la continuité

Le ministre des transports aériens, Doudou Ka dévoile sa feuille de route pour faire du Sénégal « le premier hub aérien de la sous- région ».

Le nouveau ministre des Transports aériens et du Développement des Infrastructures aéroportuaires s’est confié à Jeune Afrique en exclusivité.

Depuis le 17 septembre, sa « parole est désormais gouvernementale ». Comme il se plaît à le répéter depuis qu’il a été choisi pour endosser le costume de ministre des Transports aériens et du Développement des infrastructures aéroportuaires dans le gouvernement d’Amadou Ba, Doudou Ka doit désormais peser ses mots. Celui qui a quitté son poste de directeur général de l’Aéroport international Blaise-Diagne (AIBD) dispose d’objectifs précis dans le cadre de son nouveau mandat.

Son parcours : Après être passé par les bancs d’une classe préparatoire aux grandes écoles du lycée parisien Janson de Sailly, Doudou Ka intègre un autre creuset de l’élite française : l’École nationale des ponts et chaussées. Une fois son diplôme obtenu, l’ingénieur s’engage dans la voie de l’économie et des finances au sein de cabinets de conseil parisiens, avant de rentrer au Sénégal où il est embauché tour à tour par Sonatel, l’Agence pour la promotion des investissements et des grands travaux (Apix) puis la banque d’affaires marocaine BMCE Capital.

«Nous voulons faire de chaque aéroport national une vitrine de la vitalité et de l’attractivité économique sénégalaises », avait-il précisé à l’occasion. Aujourd’hui, c’est en tant que ministre que Doudou Ka entend poursuivre l’objectif national de faire du Sénégal « le premier hub aérien de la sous- région ». Il compte ainsi « poursuivre, avec les acteurs du secteur aérien, la mise en œuvre du plan stratégique et prendre en charge la structuration technique et financière des projets de développement des infrastructures aéroportuaires et aéronautiques qui constituent les bases économiques de l’émergence des territoires aéroportuaires ».

Selon lui, son mandat s’articulera autour de trois volets principaux. Le premier consiste à augmenter le trafic par le biais du développement d’Air Sénégal ainsi qu’à renforcer l’autorité de l’aviation civile, mais il comporte aussi une possible réouverture du ciel sénégalais et la création d’un centre de maintenance aéronautique en plus d’une académie internationale des métiers de l’aviation civile. Sans oublier des investissements continus dans le développement des aéroports pour attirer le trafic sous-régional, notamment avec le Programme de reconstruction des aéroports du Sénégal (Pras), dont le coût s’élève à 200 milliards de F CFA.

Le deuxième volet prévoit « l’amélioration de l’expérience voyageur », avec une meilleure qualité des services fournis, par exemple via la numérisation des procédures et la certification de six aéroports internationaux. Enfin, le troisième volet se définit comme «le rapprochement des villes et centres urbains des aéroports », à l’image du TER reliant l’AIBD au centre de Dakar. «Dans seize mois, il sera possible d’arriver directement à l’aéroport en train depuis la capitale », assure-t-il.

Air Sénégal et kérosène : les dossiers épineux

En prenant l’habit de ministre des Transports aériens, Doudou Ka va devoir s’atteler à deux dossiers spécifiques : le pavillon national et la pénurie de kérosène. S’agissant d’Air Sénégal, le ministre dresse deux priorités : «accompagner la maîtrise de la trésorerie et consolider la compagnie pour en faire un acteur sous-régional de référence, notamment via des partenariats avec d’autres compagnies ».

Pour rappel, Air Sénégal est dans la tourmente financière. La compagnie aérienne est lourdement endettée auprès d’Air France, du loueur Carlyle Aviation, de la banque Santander et de la Banque publique d’investissement française (BPI France).

Concernant la pénurie de kérosène, Doudou Ka explique qu’il travaille à la résorber depuis qu’il est en poste à l’AIBD. « Après avoir reçu des instructions du président pour construire de nouvelles cuves de kérosène à l’aéroport, nous avons redéfini les procédures de la capacité interne des aéroports. Aujourd’hui, nous avons une capacité de résilience de 15 à 20 jours, l’objectif est d’arriver à 45 jours, en plus des capacités nationales du pays qui sont de 3 mois de stock de sécurité. Il faut à tout prix éviter de revivre le même scénario qu’il y a quelques mois.»

Avec Jeuneafrique

Africa7
Africa7http://dg@africa7.tv
Africa7 est une chaine de télévision généraliste sénégalaise qui mise sur l’éducation la culture et le sport. Elle cible une population francophone et anglophone, jeunes et femmes de toute l’Afrique et de sa diaspora. Africa7 propose des contenus qui allient modernité, indépendance et accessibilité Africa7TV Elle est à 100% digital. Elle est visible en claire sur : La TNT (Télévision Numérique Terrestre) canal7 pour la couverture nationale au Sénégal
NOUS SUIVRE
16,985FansJ'aime
2,458SuiveursSuivre
61,453AbonnésS'abonner
Top articles
ARTICLES SIMILAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici