dimanche, octobre 24, 2021
AccueilA LA UNEMORT D’UN NOUVEAU NÉ PAR NÉGLIGENCE MÉDICALE À LA CLINIQUE DE LA...

MORT D’UN NOUVEAU NÉ PAR NÉGLIGENCE MÉDICALE À LA CLINIQUE DE LA MADELEINE : LES MIS EN CAUSE PASSENT AU AVEUX

Le responsable moral de la clinique de la Madeleine ainsi les cinq agents concernés par l’enquête suite au scandale du nouveau né décédé dans une machine de phytotherapy ont été auditionnés par les enquêteurs.

Ainsi, les mis en cause sont revenus, avec force détails, sur les circonstances de la mort de l’enfant.

Le pédiatre Hussein Joubaily est passé aux aveux, reconnaissant qu’il ne surveillait pas le travail des personnes qui dépendaient de lui, comme il se devait.

C’est lui, dit-il, qui avait donné l’autorisation de mettre le bébé dans la machine phytothérapeute.

Il a aussi reconnu que toutes les conditions n’étaient pas réunies pour que l’équipe surveille le nouveau-né.

La nurse qui avait en charge la surveillance du bébé, a confié qu’elle avait pris soin de l’enfant, sans aucune difficulté particulière.

Que c’est vers 6h du matin qu’elle s’est rendue compte que le bébé ne vivait plus. Il avait le corps noir.

La machine phytothérapeute, qui ne fonctionnait plus, était très chaude.

Elle a ajouté qu’elle n’avait pas de machine pour lui montrer, auparavant, si le bébé vivait ou pas.

L’infirmière, selon des sources du journal EnQuête, avait placé l’enfant dans l’appareil phytothérapeute sans l’autorisation qui devait l’accompagner.  

Si elle a agi de la sorte, c’est parce que, confie-t-elle, le stock était épuisé. C’est une chose, a-t-elle dit, qu’elle avait l’habitude de faire sans souci.

Le directeur de la clinique a soutenu que l’équipe n’était pas obligée de faire des vérifications au niveau de la machine, car toutes les conditions étaient réunies, à savoir une bonne aération et une bonne climatisation.

Le manque d’entretien de l’appareil phytothérapeute pourrait être  à l’origine de la mort du bébé.

Quatre membres de la clinique Madeleine, interpelles dans l’affaire de la mort du bébé R. Saleh, à savoir le pédiatre H. Joubaily, l’infirmière et la nurse ont été placés sous mandat de dépôt, et déférés au parquet pour les faits d’homicide involontaire. Quand au Directeur de la clinique M. Aidibé, il a été placé sous contrôle judiciaire.

NOUS SUIVRE
16,985FansJ'aime
2,458SuiveursSuivre
61,453AbonnésS'abonner
Top articles
ARTICLES SIMILAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici