fbpx

MOBILE MONEY : LA GUÉGUERRE ENTRE ORANGE ET WAVE S’INTENSIFIE AU SÉNÉGAL ET EN CÔTE D’IVOIRE


En matière de mobile money, l’opérateur téléphonique Orange avait un boulevard devant lui, après les difficultés de son principal concurrent Wari. Mais c’était sans compter l’arrivée d’une nouvelle société, l’américain Wave, qui s’est imposé aussi bien au Sénégal qu’en Côte d’Ivoire, les deux plus gros marchés de l’Uemoa.

Depuis quelque temps, Wave donne du fil à retordre à Orange en matière de services de transfert d’argent. Le secret de cette entreprise américaine méconnue du grand public, il y a juste deux ans, est d’offrir les tarifs les plus bas dans les pays où elle est présente. La commission prélevée au client ne dépasse jamais 1%. Par exemple pour 100.000 FCFA envoyés à un proche, le client ne paie que 1000 FCFA, alors que jusqu’à une date récente, Orange prélevait 2700 FCFA pour la même opération de mobile money.

Le choix des clients a été vite fait. Il y a eu une véritable hémorragie, mais Orange n’a rien vu venir. L’opérateur français qui croyait que le marché lui était acquis a gardé ses tarifs, espérant que son implantation dans les pays de l’Uemoa avec le plus large réseau de distribution qu’une compagnie de téléphone peut avoir suffisait à fidéliser la clientèle. C’était d’autant vrai que Wave qui n’est pas un opérateur téléphonique n’a pas de protocole USSD qui lui est propre et doit s’appuyer sur des plateformes d’autres opérateurs.

Mais dans cette guerre que se livrent entre les deux concurrents, Orange aurait décidé de ne pas faire de cadeau à Wave. Ainsi, ce dernier s’en est plaint récemment à travers la presse. « Après plusieurs échanges avec l’opérateur téléphonique, un accord nous permettant de vendre du crédit directement ou par l’intermédiaire d’un grossiste agréé n’a toujours pas été conclu », a écrit l’américain. Concrètement, Orange aurait refusé d’offrir les mêmes commissions à son concurrent que celles qui sont données au distributeur des cartes de recharges Orange.

Pour le moment, cette guerre qui semble tourner à l’avantage de Wave, est à enseigner dans les écoles de commerce. Comme quoi quelle que soit la position de leader qu’on peut avoir, il ne faut jamais oublier de tenir ses concurrents en respect grâce à une veille active.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *