fbpx

MEURTRE DE LOBE NDIAYE : LE MOBILE DU CRIME SERAIT MYSTIQUE, UN SACRIFICE HUMAIN

Coup de théâtre  dans l’affaire Lobé Ndiaye, la vendeuse de pièces détachées tuée et jetée aux alentours de l’autoroute à péage, vers Diamniadio.

En effet, suite à l’arrestation de trois individus, l’un deux à finalement admis sa culpabilité.

Il s’agit d’un féticheur malien de 37 ans  ce dernier est passé aux aveux, après 48 heures de garde-à-vue. Après avoir reçu un coup de fil, Lobé Ndiaye, la trentenaire , a quitté le domicile familial pour ne plus réapparaître. Inquiets, ses proches avaient lancé les recherches pour la retrouver.

La victime avait sollicité les services d’un conducteur de moto dit ’’Tiak Tiak’’, pour se rendre au quartier Mbatal de la commune de Thiaroye Azur, selon Les Echos. À bord de la moto, elle aurait reçu plusieurs appels téléphoniques du marabout charlatan, la harcelant et lui demandant de venir vite le rejoindre à son domicile. « Quand on était en route, pour le quartier Mbatal, il (le marabout Sidibé) appelait sans cesse ma cliente Lobé Ndiaye et il lui disait de le rejoindre à toute vitesse chez lui. Il lui disait à tout bout de champ ceci : « foo tollu ! (tu es à quel niveau du trajet ?)’’. Cette dernière a même fait un crochet quelque part pour acheter un coq pour le marabout », a confié le conducteur de moto aux enquêteurs.

a course accomplie, le motard reprend son chemin. La vendeuse de pièces détachées rejoint le domicile de Sidibé qui devait effectuer pour elle les offrandes et autres sacrifices nécessaires dans le cadre de ses activités professionnelles. Il ressort des éléments de l’enquête préliminaire que Lobé Ndiaye voulait ouvrir un nouveau magasin de vente de pièces détachées à Diamniadio.

Portée disparue depuis 48 heures, elle sera retrouvée morte. D’après le film de l’horreur, l’entrepreneuse a reçu des coups de pilon sur la tête. Ainsi, le marabout aurait tué la fille avant de planquer le corps sans vie dans un sac, attendant qu’il fasse nuit, pour ensuite, le faire transporter dans un véhicule de type taxi-clando et le jeter dans un endroit « discret et éloigné ».

« Il m’a dit que le sac contenait une carcasse de chèvre et qu’il voulait que je l’accompagne à Diamniadio pour faire des sacrifices et autres offrandes car il a l’habitude de s’y rendre pour de pareilles pratiques rituelles ou sacrificielles. Mais, j’ai tiqué lorsque j’ai appris la nouvelle. Raison pour laquelle j’ai préféré moi-même me rendre, ici, pour faire une déposition sur procès-verbal (PV) », a-t-il confié sur PV.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *