fbpx

L’ENGAGEMENT DE BERNE EN FAVEUR DES FINANCEMENTS VERTS RÉITÉRÉ

La conseillère fédérale suisse en charge de l’environnement, du transport, de l’énergie et de la communication, Simonetta Sommaruga, a assuré mardi à Dakar de l’engagement de son pays à accompagner le Sénégal dans la mise en œuvre de sa politique d’adaptation au changement climatique.
« La Suisse est très engagée à accompagner le Sénégal dans sa politique d’adaptation » au changement climatique à travers des projets agricoles mais également par le biais d’autres secteurs, a-t-elle dit.
Simonetta Sommaruga et son homologue sénégalais Abdou Karim Sall (Environnement et Développement durable) ont signé le même jour, au nom de leur pays respectif, un accord de coopération relatif à la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le réchauffement climatique, entré en vigueur en novembre 2016.
« Cet accord conduira à des investissements verts et contribuera au développement durable au Sénégal », à travers des projets financés par la Suisse et qui lui permettront de contribuer davantage aux réductions des émissions globales avec ces mesures domestiques bénéfiques au climat, a expliqué la conseillère fédérale suisse.
Mme Sommaruga soutient que son pays reste très engagé dans les financements de l’adaptation au changement climatique, précisant que « cette coopération en développement bilatéral est soigneusement équilibrée, entre atténuation et adaptation ».
Avec l’accord signé avec le Sénégal, « le leadership de l’Afrique dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris se manifeste », estime la conseillère suisse chargée de l’environnement, du transport, de l’énergie et de la communication.
« Il s’agit globalement du troisième accord de ce type, et le deuxième en Afrique », a indiqué Mme Sommaruga, se réjouissant de la coopération liant son pays au Sénégal.
Deux pays « tous à la tête d’un groupe de négociations dans le cadre de la diplomatie climatique, internationale », a-t-elle relevé.
Aussi la conclusion de cet accord bilatéral constitue-t-elle « un signal fort pour les négociations climatiques en cours », sans compter que la Suisse a déjà contribué volontairement, en 2019, « à hauteur de 15 millions d’euros au Fonds d’adaptation (FA) ».
« Nous sommes heureux d’envisager d’autres contributions », a-t-elle dit, ajoutant que « la coopération est au cœur de l’Accord de Paris, parallèlement à une action climatique nationale, ambitieuse ».
Le Sénégal et la Suisse, à travers cet accord de coopération les liant, « démontrent leur volonté de lutter contre le réchauffement climatique, malgré la pandémie ».
Dans ce cadre, la partie suisse prévoit de construire des installations de méthanisation agricole au Sénégal, en vue de réduire l’utilisation de bois et de charbon comme combustibles qui provoquent des pertes agricoles.
« L’accord manifeste la confiance entre nos nations et renforce nos relations bilatérales. Rassemblons nos solutions, afin de contribuer au succès de la prochaine conférence des parties à Glasgow », a lancé la cheffe du département fédéral suisse de l’Environnement à ses interlocuteurs sénégalais.
Le Royaume-Uni accueillera la 26e Conférence des Parties des Nations unies sur le changement climatique (COP26) à Glasgow du 1er au 12 novembre 2021.
En perspective de cette rencontre, le gouvernement britannique travaille autour de cinq campagnes que sont l’adaptation et la résilience, la nature, la transition énergétique, le transport routier propre et la finance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *