lundi, octobre 18, 2021
AccueilA LA UNELE SÉNÉGAL: UNE SOCIÉTÉ EN DÉLIQUESCENCE,PAR MAGATTE SIMAL

LE SÉNÉGAL: UNE SOCIÉTÉ EN DÉLIQUESCENCE,PAR MAGATTE SIMAL

 

La société sénégalaise est malade, elle est en agonie. Aujourd’hui, dire des bétises, des balivernes, des inépties, des idioties et meme des insultes est la spécialité de l’homo senegalensis. Les sénégalais sont devenus des professionnels de la parole, non de la bonne parole qui vient de la bible, du coran ou meme de notre culture (waxx ju raféét ) mais de la parole qui blesse, qui tue, qui détruit les relations humaines. La société sénégalaise vit la période la plus sombre de son histoire. Aujourd’hui les valeurs de cette présente société sénégalaise sont représentées par les insulteurs, les manipulateurs de conscience, les hommes de mauvaise foi, les politiciens experts de la fraude et de la falsification et les prédateurs crapuleux. Ils ont tous la meme idéologie pour s’adresser à la nation et pour s’affirmer: la médisance, la calomnie, la diffamation et le mensonge. Ce dernier, la préférence des sénégalais; c’est un discours qui consiste à dissimuler volontairement la vérité pour un interet personnel ou de groupe au grand dam de la majorité. le philosophe Kant  n’a t’il pas raison en traitant le mensonge comme un acte grave qu’il définit meme dans son livre ” Métaphysique des moeurs” comme un crime contre l’humanité. Le mensonge a fait du Sénégal, un pays infernal:  chaque sénégalais se méfie de l’autre proche soit il; la confiance ne fait plus partie des normes de notre société. Quand au Sénégal, les catins et les délinquants ont monopolisé le micro de tous les types de média en imposant leurs opinions comme modèles de réflexions et de morales, la déliquescence de la société est une évidence. Notre socété est en pleine décadence, évolue en s’affaiblissant moralement; en un mot une société dépravée à tout point de vue. Les sénégalais surtout les jeunes se font conseiller et écoutent des stupides, des idiots, des ignorants, des non éduqués qui ignorent complétement l’intelligence et relèguent l’éducation au dernier plan. L’image des trois singes: les sénégalais ne voient rien mais inventent tout, ne comprennent rien mais déforment tout et ne disent rien mais jugent tout. Ce nouveau éducateur pour un interet propre, occupe les média pour porter notre jeunesse au changement. Tolstoi disait: ” tout le monde ( les sénégalais ) pensent à changer le monde (le Sénégal), mais personne ne pense à se changer soi meme. Le drame du Sénégal est que ses citoyens se sont appropriés d’une technologie sans connaitre les tenants et les aboutissants: les réseaux sociaux ont porté notre cher Sénégal à la dérive. Chers sénégalais, faites vous lire Rabelais ” science sans conscience n’est que ruine de l’ame” ou meme  Albert Einstein: ” je crains le jour où la technologie dépassera les capacités humaines; le monde risque alors de voir une génération de parfaits imbéciles” . La science et la technologie doivent prendre en compte les normes et les réalités du milieu social pour éviter les dérives et les débordements. Les innombrables vidéos et audios servent juste à dénigrer son semblable sénégalais: ” soutoureu, horma, kersa et jomm” font partie de la période préhistorique de notre société, ensevelis et oubliés. Les sénégalais sont entrain d’enseigner à leurs propres enfants la haine et l’impolitesse parce que les parents ont complétement perdu le sens des valeurs humaines qui faisaient la richesse morale de notre culture sénégalaise dans sa capacité de comprendre la vie et de savoir les rapports humains à entretenir avec les autres. Aujourd’hui, on constate que l’enfer c’est les autres; susceptibilité et absence de confiance sont le ciment de nos rapports humains; Arthur Schopenhauer le confirme: ” la moitié de nos angoisses  dérivent de notre préoccupation pour l’opinion des autres.”

Notre société manque de repères car tous les groupes socio-politiques qui devraient etre le piédestal de la société surtout de la jeunesse ont démontré leur impuissance dans l’éducation des masses pour se transformer en sangsue et vautour de la nation

    – une classe politique populiste, quasi analphabète, formée par les déchets socio-scolaires et socio-universitaires de notre nation. Des politiciens pour qui la politique est un moyen d’ascension sociale, un instrument pour faire carrière, pour accéder à des privilèges qu’on ne mérite pas: ” nguur, lèèk ak naan folèku day bètè “. Notre classe politique qui se limite à la démocratie electorale et electoraliste basée sur la corruption et le clientélisme pour s’asseoir sur le fauteuil.

    – pour un pays à ” 90% ” de musulmans, l’Islam au Sénégal est unique en son genre, une religion qui se pratique loin des textes sacrés du coran et de la tradition du prophéte Muhammed ( psl), une religion proche du folklore et des hérésies. On est prédicateur ou representant de la religion juste pour s’approprier illicitement de l’argent, des belles femmes, voitures et maisons. Le Sénégal est presque le seul pays musulman du monde où ceux qui maitrisent le coran l’utilisent pour faire mal à un autre ou en faire un esclave: un etre taillable et corvéable à merci.

    – un syndicalisme alimentaire unique en son genre; au Sénégal, il a beaucoup plus de syndicats que de travailleurs.. Le gouvernement à l’issue d’elections de représentativité était obligé de choisir les 7 plus grands syndicats d’enseignants pour porter à bon port des négociations. Le syndicat ne sert plus à défendre le travailleur mais pour avoir la possibilité de s’asseoir sur la table des décideurs dans l’espoir d’y tirer un interet personnel. Aucun spécialiste dans ce domaine ne peut faire la différence entre un syndicaliste et un politicien surtout de l’opposition; un syndicaliste pyromane spécialisé à battre le macadam parce que n’a pas compris que la grève est une exception et la négociation est la norme du syndicalisme.

    Une soi disante société civile qui n’a de civil que parce que ses dirigeants ne portent pas une uniforme de reconnaissance ou d’identification. Une société civile versatile capable de passer du gouvernement à l’opposition et vis versa en fonction de ses interets. Une société civile capable de s’amouracher pour une poignée d’euro ou de dollars avec les avocats occidentaux du diable en quète de popularité qui cherchent à tout prix à présenter devant la justice internationale certains dirigeants africains qu’ils présentent eux memes comme dictateurs sanguinaires. Qui se sent morveux se mouche, quelqu’un de cette pseudo société civile doit ressentir un pincement au coeur car s’est allié avec des avocats européens pour porter à la mort lente et douloureuse un ex president africain refugié au Sénégal et musulman de surcroix comme lui.

Quatre groupes alliés à des ouvriers des média sans professionalisme, ni éthique, ni déontologie  qui s’offrent à qui payent le plus pour etre les fossoyeurs voire les pires ennemis de notre nation surtout de notre jeunesse pour transformer notre pays en une société mal saine désormais invivable. Le juriste français Laurent Farina a raison: ” une société saine est une société qui débat, qui confronte ses idées, qui accepte son histoire, ses traditions, sa culture et qui respecte les opinions de chacun”. Aucun homme du champ socio-politique sénégalais ne parviendra à plaire à tous les sénégalais, ni meme à aimer tous les sénégalais, mais au moins il doit etre capable de respecter la nation sénégalaise dans sa diversité d’opinion qui respecte l’intégrité de la personne. Qui parvient à rendre plus serein le Sènégal où l’horizion est dans l’obscurité totale, où l’espoir n’est plus permis doit etre capable de remettre la morale à la place de l’immoralité, l’intégrite à la place de la malhonnéteté, la discipline à la place de l’indiscipline; celui là sera le plus grand vainqueur de la vie socio-politique du Sénégal.

N’en déplaise à cette pseudo société civile et à ces défenseurs des droits de l’homme en herbe qui ne font pas la différence entre liberté d’opinion et agressions et terrorisme verbaux, il est temps pour que toutes les institutions de l’Etat sénégalais s’engage à tout prix à défendre les citoyens. Les reseaux sociaux et les télévisions sénégalais font du mal à toutes les familles  du Sénégal. L’Etat doit sévir et sévir très dur sans état d’ame: on ne discute pas de recettes de cuisine avec un anthropophage, on le combat, on le détruit, on le fait disparaitre

                      Magatte Simal C.A.D.E.E.S  Italie

NOUS SUIVRE
16,985FansJ'aime
2,458SuiveursSuivre
61,453AbonnésS'abonner
Top articles
ARTICLES SIMILAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici