fbpx

Le préservatif protège t’il réellement contre les IST?

Le nombre de cas d’infections sexuellement transmissibles est en nette augmentation. Et l’usage systématique du préservatif est la seule vraie garantie d’échapper aux contaminations.

On les appelait les maladies vénériennes ou bien les MST, on parle aujourd’hui d’IST: infections sexuellement transmissibles. La plus dramatique, le sida, n’est pas la seule menace. D’autres micro-organismes peuvent nous infecter lors de relations sexuelles: les germes de la syphilis, les chlamydiae, gonocoques et mycoplasmes, ou encore les virus de l’hépatite, du papillome humain, de l’herpès, voire des virus comme Zika ou Ebola responsables de maladies émergentes. Et si les uns et les autres n’ont pas les mêmes retombées, tous peuvent être évités par un même geste: l’emploi du préservatif.

«Depuis la mise sur le marché d’ un traitement préventif contre le sida, beaucoup d’hommes ne veulent pas avoir recours aux préservatifs», explique le Pr Cécile Bébéar, responsable du Centre national de référence des IST bactériennes. «Dans les dernières enquêtes, on voit que seul un étudiant sur deux l’utilise de manière systématique. Il y a vraiment un message de prévention à faire passer.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram did not return a 200.