fbpx


Les funérailles nationales du président haïtien assassiné Jovenel Moïse ont débuté vendredi dans la ville de Cap-Haïtien, une cérémonie placée sous haute sécurité dans le pays rongé par les violences et la pauvreté.

La métropole septentrionale d’Haïti était relativement calme au matin, après une journée de tension jeudi. Des policiers ont été déployés un peu partout dans les rues. Jovenel Moïse, tué le 7 juillet à son domicile de la capitale Port-au-Prince par un commando armé, était originaire du Nord du pays.

Le cercueil de M. Moïse, recouvert du drapeau national et de l’écharpe présidentielle, était exposé sur une esplanade, ornée de fleurs. La dépouille était gardée par des soldats des Forces armées d’Haïti.

La veuve du président, gravement blessée dans l’attaque, était présente à Cap-Haïtien, le bras en écharpe après avoir été soignée dans un hôpital de Floride. Des représentants de délégations étrangères, du corps diplomatique et les membres du gouvernement se succédaient pour lui présenter leurs condoléances.

Le président américain Joe Biden a de son côté annoncé vendredi l’envoi en Haïti d’une délégation menée par Linda Thomas-Greenfield, l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU.

Un bataillon rendra les honneurs militaires au chef de l’Etat, avec notamment l’hymne présidentiel qui sera suivi de l’hymne national. La cérémonie religieuse sera dirigée par cinq prêtres.

Martine Moïse et un fils du président devraient prendre la parole lors de l’oraison funèbre, selon les explications du chef de protocole du Palais national, l’ambassadeur Yves Mazile.

L’assassinat de Jovenel Moïse, qui était âgé de 53 ans, a encore davantage plongé dans l’incertitude le pays et fait resurgir des tensions historiques au sein de la population.

Présent à Cap-Haïtien, le directeur général de la police nationale, Léon Charles, a notamment été pris à partie jeudi par des habitants qui lui reprochent d’avoir échoué à protéger le président Moïse, l’enfant du pays.

Ariel Henry, le nouveau Premier ministre qui a pris ses fonctions mardi, a promis de traduire en justice les assassins de Jovenel Moïse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *