fbpx

Guy Marius Sagna arrêté pour faire plaisir à la France

Le placement sous mandat de dépôt de Guy Marius Sagna, ce vendredi, pour le délit de ‘’fausse alerte sur le terrorisme’’ est vu par ses camarades membres du Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricain (Frapp) comme une manière de «faire plaisir à la France».

Joint au téléphone par Seneweb, Alioune Badara Mboup, l’un d’eux, déclare : «Nous avons simplement alerté, après la déclaration du ministre français de l’Intérieur et du député sénégalais Khoureychi Niasse, selon laquelle si la France n’est pas notre premier partenaire sur nos ressources naturelles, elle pourrait libérer les terroristes au niveau du Mali pour venir envahir le Sénégal. Nous n’avons pas dit plus.»

Pour lui, «quand on a fait cette déclaration, Guy Marius Sagna n’était même pas présent à la conférence de presse. On l’a arrêté pour faire plaisir à la France».

Redoutant des «non-dits derrière cette arrestation», M. Mboup croit savoir que M. Sagna n’est pas mêlé dans cette affaire. «Si c’était simplement pour arrêter des gens qui ont repris cette déclaration, ça devrait être des membres comme moi», a ajouté l’activiste, précisant, dans la foulée, que le Frapp comporte 17 organisations et beaucoup d’autres patriotes.

Notre interlocuteur est convaincu qu’on ne peut pas arrêter Guy Marius Sagna sous le prétexte que le Frapp a fait une alerte au terrorisme. «Ils n’ont qu’à arrêter tous les membres du Frapp, s’il s’agit simplement de cette question. Il n’est ni le président encore moins le coordonnateur de Frapp. Il dérange depuis qu’il est entré dans Aar li Nu Bokk. C’est pourquoi les gens veulent le faire taire. Mais c’est sans connaitre l’homme. Nous tous, nous sommes des Guy Marius Sagna et nous allons poursuivre le combat», a-t-il menacé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram did not return a 200.