fbpx

GRIPPE AVIAIRE ET KORITÉ: PEUT ON ENVISAGER “LA FÊTE DU COQ SANS LE COQ ”?

La grippe aviaire découverte en début d’année avec la mort de 750 pélicans au parc de dioudj  est le premier épisode d’une série de découverte macabre de cadavres de volailles. Dans les fermes, l’épidémie a énormément impacté sur l’élevage de poulets. Les acteurs ont vu leur chiffre d’affaires à la baisse en raison de la méfiance des consommateurs.

Le marché de poulets risque de ne pas être bien ravitailler à la veille de la fête de Korité. Et pour cause, la grippe qui sévit dans certaines fermes va impacter beaucoup ledit secteur. Et les acteurs s’en désolent et espèrent y trouver des solutions avant la fête pour pouvoir s’en sortir. Pour Pape Modou Mbaye résident à Mbour plus précisément au croisement de Saly, il se ravitaille à la Sédima. «J’achète les caisses de poulets là-bas pour les revendre à mes clients. Cette année avec le virus survenu dans notre pays, mes commandes sont revues à la baisse. Ce qui a impacté sur mon chiffre d’affaires », dit-il. Abondant dans le même sens, un autre vendeur trouvé au marché de Castor conforte ses propos.

Assis à côté de ces cages de poulets, Ngagne Demba guette de potentiels clients. « J’ai 1 300 poussins que j’ai laissé chez moi à Pikine, mais hier nuit lorsque je suis monté pour leur donner leur nourriture 10 poussins ont perdu la vie. Cela m’affecte beaucoup car c’est un lourd investissement pour moi avec mes maigres moyens. Mais, je rends grâce à Dieu », souligne-t-il.

Une situation fortement ressentie par les éleveurs avec les niveaux de production qui ont été impactés au même titre que les prix à la vente et les coûts de production. « Je préfère être prudente car avec le mois Béni de Ramadan je n’ai presque rien vendu, même si les clients m’appellent ou viennent chez moi pour voir si le poulet a atteint son poids normal », renseigne Fatima Dieng, une jeune businesswoman de l’aviculture. Elle indique qu’en ce moment les prix varient entre 3 000F CFA et 3 500f CFA. Badou, lui, vend des volailles au bord de la route. « Les clients ne se pressent pas, je vends des canards, des dindons etc…

Avec l’arrivée de la grippe aviaire depuis des mois, les clients ne viennent pas comme d’habitude, peut- être qu’ils ont peur», se demande-t-il. Mais, malgré cette difficulté pour les acteurs de ce secteur, le poulet reste très consommé dans les restaurants et les Fast- Food, même si certains sont maintenant réticents face à sa consommation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *