fbpx

Fiba 2019, le Sénégal fin prêt pour…

Les histoires incroyables autour de la Coupe du Monde FIBA et l’effervescence qui l’accompagne à chaque fois ont toujours semblé être des mythes pour l’intérieur sénégalais Babacar Touré.

Mais cet été, le joueur de 33 ans – pour autant qu’il soit en bonne santé – pourrait porter le maillot des « Lions du Téranga » en Chine pour y représenter son pays à la Coupe du Monde FIBA 2019. Ainsi aura-t-il peut-être la chance de découvrir par lui-même certaines des choses qu’il a si souvent entendues.

Touré a joué un rôle crucial pour le Sénégal tout au long des Éliminatoires Zone Afrique, tournant à 17 points, 9.7 rebonds et 1.7 assists de moyenne par match pour guider les Africains de l’Ouest (10-2) vers leur cinquième Coupe du Monde. »Je suis satisfait de notre niveau de jeu durant les Éliminatoires et de notre manière de gérer la pression. Nous avons atteint notre objectif et terminé avec le même bilan que le Nigeria, » indique Touré à FIBA.basketball.

Le tirage au sort de la Coupe du Monde aura lieu samedi à Shenzhen, et l’intérieur de 2.05m se réjouit de découvrir les équipes avec lesquelles le Sénégal partagera son groupe.

“Je suis impatient de savoir qui seront nos adversaires à la Coupe du Monde. C’est clair, nous croiserons le chemin de grandes nations et de joueurs de tout premier plan. Nous avons nous-mêmes de bons éléments et notre équipe affiche une belle cohésion. Quand nous jouons, nous oublions nos aspirations personnelles et nous faisons de notre mieux pour notre nation, » souligne-t-il.

Évoluant actuellement au Fribourg Olympic dans le championnat suisse (SBL), le natif de Kaolack a l’esprit résolument tourné vers l’événement planétaire qui aura lieu en Chine, une compétition à laquelle il n’a jamais eu la chance de participer. »Participer à la Coupe du Monde serait la réalisation d’un rêve, mais il faut que je travaille dur pour être meilleur. Il faut que je sois constant en club, que je joue régulièrement et que je me maintienne en bonne santé. J’espère que le coach Abdou Ndiaye pensera à moi au moment de constituer son équipe. C’est un énorme défi et je sais que l’expérience en Chine sera incroyable, » admet Touré.

Il estime que le Sénégal a le bon mélange pour aller plus loin en Chine que lors des quatre participations précédentes.

« Il y a une formidable ambiance dans l’équipe, nous avons des joueurs talentueux et nous avons trouvé notre équilibre. C’est important, car la plupart des grandes équipes qui ont eu du succès avaient ça en commun. Je pense que si nous faisons preuve de détermination et que nous avons la bonne mentalité, nous pouvons réussir de belles choses en China, » explique-t-il.

Touré est reconnaissant pour chaque minute qu’il passe sur le terrain, le basket étant l’activité qu’il chérit par-dessus tout. Quand il repense à tous les obstacles qu’il a eus à surmonter, un large sourire illumine son visage. Sans son acharnement pour prouver que ceux qui doutaient de lui avaient tort, il ne serait probablement jamais devenu basketteur. »J’ai grandi dans une famille de sportifs. Mon père était judoka et il adore les arts martiaux, alors que mes frères et mes cousins jouaient au foot. Enfant, j’ai joué au foot, j’étais un bon attaquant, » se souvient-il.

« Mais j’ai attrapé le virus du basket en regardant Michael Jordan. Il était si élégant sur le terrain et si fort. C’était magique de le voir à l’œuvre. Sa capacité à réaliser des trucs incroyables en donnant l’impression que c’était facile me fascinait. Je voulais être comme lui et réussir les mêmes mouvements. Plus je regardais Michael Jordan, plus je jouais.

« Une fois que j’ai commencé à pratiquer le basket, j’allais sur les terrains et j’y restais le plus longtemps possible. Je n’étais pas imposant physiquement et parfois, j’ai eu de la peine. Un jour, un coach m’a dit que je ne deviendrais jamais joueur pro, que je n’étais pas assez bon. Cela m’a blessé et j’ai décidé de tout faire pour devenir l’un des meilleurs basketteurs sénégalais. Et par chance, j’ai pu accomplir ce rêve.

Touré est clair sur l’objectif que ses coéquipiers et lui chercheront à atteindre en Chine, entre le 31 août et le 15 septembre.

“Pour le Sénégal, le but sera de faire mieux que lors des quatre participations précédentes. Ce sera également l’occasion de se préparer pour le FIBA AfroBasket 2021, que nous avons l’ambition de gagner. »

FIBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram did not return a 200.