vendredi, décembre 9, 2022
AccueilA LA UNEEntretien Exclusif : Dr Amadou Ba, spécialiste en santé publique sans détours

Entretien Exclusif : Dr Amadou Ba, spécialiste en santé publique sans détours

Dr Amadou Ba a accordé un entretien exclusif à Africa 7. Dans cette interview, le spécialiste en santé publique, ancien directeur de l’hôpital Régional de Kolda et de fatick passe à la loupe l’actualité, notamment le limogeage de Dr Amadou Guèye Diouf, directeur de l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga. Limogeage qui fait suite aux décès dans cette structure sanitaire de la patiente Astou Sokhena.

 

Des directeurs sont limogés aussitôt des cas de décès notés dans les structures publiques de santé. Comment vous le jugez ?

Les limogeages pour certains directeur sont légitimes, mais illégaux. Légitime, parce que ça répond à un besoin immédiat, donc fait dans la précipitation. C’est ce qu’a fait le ministère de la Santé. Quand on administre, on doit être lucide et serein. Pour prendre une décision de ce genre, il faut impérativement suivre une procédure.

Que dit la loi dans ce cas de figure ?

L’article 7 de la loi 98-12 portant organisation et fonctionnement des établissements publics sanitaires est clairs. Un directeur ne peut être radié ou relevé de ces fonctions que lorsqu’il aura commis une faute régulièrement commise pour maintenant identifier cette faute. Toutefois, tout individu doit jouir de la présomption d’innocence.

Pour le cas de Louga, le directeur, n’est-il pas impliqué ?

Pour ce cas de figure, le directeur est l’autorité responsable. Mais, il faut dire que dans ces genres de situation, quand il y a une faute, il faut d’abord l’identifier, l’apprécier, le qualifier avant de prendre une décision. Mais, prendre une décision dans la précipitation, c’est tout simplement remuer le couteau dans la plaie.

Et le conseil d’administration dans tout ça ?

En fait, c’est le conseil d’administration, qui devrait même se saisir de la question. Il constitue les administrateurs. Le directeur, il n’est qu’un exécutif. Il exécute les décisions et orientations du conseil d’administration. Comme on recrute le directeur en demandant l’avis du conseil. Donc, pour radier un directeur, on devrait également l’impliquer dans la procédure.

Alors est ce que le directeur à son tour, peut saisir la justice pour contester cette décision ?

Bien sûr. Il est un citoyen. Il est un agent de l’Etat. Il travaille pour le compte de la nation. L’Etat, ce sont les normes, les procédures. Donc, la victime qui se trouve être le directeur peut évidemment saisir la cour suprême. C’est-à-dire la chambre administrative et faire un recours en annulation.

Quel commentaire faites vous de la politique hospitalière du Sénégal ?

Si on voit tous ces problèmes dans le secteur de la santé. C’est parce que on n’a pas une politique hospitalière codifiée. Les textes sont absents dans l’arsenal juridique de notre pays : le code de la santé publique. Aujourd’hui, s’il y a une erreur médicale quelque part, sur quel texte le juge va se baser pour prononcer une sanction. Il n y a pas de code spécifique en la matière. Il va jeter un coup d’œil sur le code de procédure civile ou le code de procédure pénale… Un code, c’est le soubassement de toutes juridictions, c’est la base sans laquelle rien ne peut se faire de manière juste et durable.

NOUS SUIVRE
16,985FansJ'aime
2,458SuiveursSuivre
61,453AbonnésS'abonner
Top articles
ARTICLES SIMILAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici