vendredi, décembre 9, 2022
AccueilA LA UNEÉlection législative du 31 juillet 2022 : en dépit du parrainage, les...

Élection législative du 31 juillet 2022 : en dépit du parrainage, les acteurs politiques divisés

Les partis politiques, coalitions et autres indépendants qui désirent participer aux législatives sont avertis. « Le nombre de parrains requis pour soutenir une liste de candidats est fixé par l’arrêté n°004071 du 03 mars 2022 ainsi qu’il suit : 34.580 électeurs représentant le minimum de 0,5 % ; 55.327 électeurs représentant le maximum de 0,8 % du fichier général des électeurs », informe le Directeur général des élections.

Toutefois, le maintien du parrainage dans sa forme actuelle n’est pas du goût de l’opposition. Pour Aldiouma Sow, plénipotentiaire de l’opposition au niveau du dialogue politique, »l’opposition a toujours demandé la suppression du parrainage dans sa forme actuelle. Elle a été confortée dans sa position par la cour de justice de la CEDEAO et le rapport de la mission de l’observation de l’Union européenne, mais, aussi par les experts évaluateurs qui ont été commis par le dialogue politique. » explique M Sow également chargé des élections de Pastef.

De son point de vue »ce parrainage avait un caractère anti-démocratique, parce qu’il remet en cause la liberté de candidature, un principe extrêmement important dans une démocratie. » C’est justement ce que réfute Marcel Diagna Ndiaye, membre du secrétariat exécutif permanant de Benno Bokk Yakar. Pour lui, le nombre de parrainage requis pour les prochaines élections législatives est raisonnable. Pour justifier ces propos, il avance que »c’est un électorat qui tourne au tour de presque sept millions. Si on nous demande minimum 0,5 % et le maximum de 0,8 % des électeurs. Je trouve que ce n’est pas trop forcé. » dit le représentant de la majorité au dialogue politique.

Pour Adiouma Sow, un parti politique assez représentatif qui a donc une représentativité doit certes être en mesure de collecter le parrainage requis. Mais précise t-il »le problème, c’est n’est pas de trouver le nombre, mais comment être sûr que ce nombre répond aux critères qui ont été posées dans le code électoral. C’est la raison pour laquelle, les experts évaluateurs avaient préconisé un certain nombre de préalables qui n’ont pas été respectés par le gouvernement a t-il regretté.

»on a tous abordé le système de contrôle au dialogue politique. » dit à son tour Marcel Diagna Ndiaye. »Nous avons tous discuté de la façon dont les choses doivent se faire. Chacun a sa compréhension. On a demandé à l’ensemble des candidats de recueillir leurs parrainages, ensuite, il y a un système qui est mis en place pour tout contrôler avec la présence des représentants des candidats. Il n y a pas de péril en la demeure. »

Cependant, il faudra bien passer par les parrainages pour prendre part aux élections législatives. Le Directeur général des élections a tenu même à rappeler aux représentants des formations politiques et aux entités indépendantes, qu’une partie de ces parrains doit obligatoirement provenir de sept (07) régions à raison de mille (1.000) au moins par région.

Madiagne NIANG

NOUS SUIVRE
16,985FansJ'aime
2,458SuiveursSuivre
61,453AbonnésS'abonner
Top articles
ARTICLES SIMILAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici