fbpx

DIRPA : DES ÉCHANGES DE TIRS ENTRE MILITAIRES ET INDIVIDUS ARMÉS EN CASAMANCE


Des militaires, qui procédaient à la destruction de vastes champs de chanvre indien en Casamance , ont été pris à partie par des individus armés, près du village de Néma Djinaré, dans la commune de Djibidionne (département de Bignona), a appris l’APS lundi auprès des armées sénégalaises.

« Mercredi dernier, entre 12 h et 14 h 30, des unités militaires ont investi et détruit trois vastes champs de chanvre indien en maturation, au sud-ouest de Néma Djinaré. Nos éléments ont été pris à partie par des individus armés qui assuraient le gardiennage de ces champs de chanvre. Il s’en était suivi un échange de coups de feu qui a contraint les malfaiteurs à battre en retraite », explique un communiqué de la Direction de l’information et des relations publiques des armées (DIRPA).

Depuis quelques jours, des populations des localités concernées accusent l’armée d’avoir « assassiné » un des leurs. Elles déclarent avoir trouvé un corps sans vie et « mal enseveli » dans les champs de chanvre indien qui ont été détruits.

Dans son communiqué, la DIRPA évoque un bilan « indéterminé » chez les assaillants et dit que les militaires n’ont subi aucun dommage.

« Le bilan fait sur eux est indéterminé. En ce qui concerne nos unités, aucun dommage n’a été noté », précise-t-elle.

Elle affirme que l’opération de sécurisation effectuée par la zone militaire numéro 5, dans les arrondissements de Diouloulou et Sindian, a permis de « démanteler plusieurs [postes de contrôle] illégaux établis par les bandes armées de connivence avec des trafiquants, à Mongone, Boussonor et Balonguir ».

Les militaires, qui ont découvert un point de collecte de bois de chauffe dans le village de Tambouye, ont aussi « neutralisé un nombre significatif de moyens utilisés dans le trafic de bois, notamment des véhicules portant une immatriculation étrangère ».

La DIRPA signale aussi une « action ponctuelle » menée le 17 avril dernier, dans le Nord-Sindian, ce qui avait permis, selon elle, de saisir et de brûler plusieurs sacs de chanvre indien et de détruire 10 puits qui servaient à l’arrosage des champs.

Elle indique qu’une patrouille menée « conjointement avec le service des eaux et forêts au nord-est de Diouloulou a enregistré des saisies significatives de bois et de chanvre indien ».

Les armées sénégalaises assurent qu’elles restent « déterminées à poursuivre la mission de sécurisation qu'[elles mènent] sur l’ensemble du territoire national, avec un accent particulier sur les trafics illicites ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *