Diaspora : Nou Faisons Face á la Pandémie du COVID-1

Les termes « coronavirus », « SARS-Cov-2 » et « COVID-19 » seront sans nul doute gravés pour toujours dans la mémoire collective de la Diaspora en ce tournant de la deuxième décennie du vingtaine-unième siècle.  Depuis Janvier 2020, le monde entier se rend compte que les effets néfastes de ce nouveau coronavirus peuvent être fatals à l’équilibre et l’émergence sociale et économique sur lequel nous basons nos gagne-pains, que ce soit au Sénégal comme dans tous les pays d’accueil. Le coronavirus est un danger existentiel qui s’attaque á tout être humain quel que soit la race, le sexe, l’âge et l’emplacement. C’est un ennemi invisible qui peut se transmettre de personne en personne, sans qu’on s’en rende compte, car la personne ou l’animal infecté du coronavirus devient un vecteur de propagation du virus tout en paraissant en parfaite santé pendant plus de trois semaines avant de montrer les symptômes et de tomber finalement malade. Eventuellement, le coronavirus peut gagner la guerre contre les systèmes immunitaires et respiratoires du malade et lui causer une mort atroce, loin de sa famille et sans aucune possibilité de funérailles publiques digne de nos traditions et de nos religions. Il est donc important que l’on traite le coronavirus comme le plus grand ennemi des temps modernes car une personne avertie en vaut deux !

A la source de l’expansion du virus, il y a la problématique des rapports conflictuels entre les êtres humains et les animaux pour ne pas dire la nature.  Les humains ont déjà monopolisé la majorité des terres et forêt les plus fertiles sur la planète, pour exploitations agro-industrielles, sans pour autant se soucier des effets collatéraux des empiétements sur l’habitat naturel est la coexistence des humains et animaux sur terre. Nos sociétés ont consciemment entrepris une expansion apocalyptique de l’économie de consommation basée sur l’émission exponentielle du carbone, le réchauffement climatique, la pollution, la déforestation et la création de villes et marchés á grande densité où des millions d’animaux sauvages et domestiques de différentes espèces sont mis en cage et vendus dans des conditions d’hygiène et de stress horribles. Le résultat est béant, les virus et autres pathogènes ont maintenant d’immenses opportunités de sauter des animaux pour cibler les êtres humains et remettre en cause notre suprêmatie sur terre.

Malgré l’aggravation de la pandémie du Covid-19, la Diaspora Sénégalaise continue á se distinguer de par son dynamisme et de par sa contribution de plus de milles milliards de franc CFA de flux financiers annuels servant d’appui à l’économie sénégalaise. Au-delà des contributions financières, la Diaspora se distingue aussi de par son dévouement á la culture sénégalaise et aux liens humains et économiques la reliant au pays natal comme aux pays d’accueil. En ces temps d’incertitude, la Fédération Internationale des Sénégalais de la Diaspora (FSD) exhorte tous les membres, sympathisants, leaders des comités régionaux ou de commissions á redoubler d’effort pour faire face aux défis et opportunités. Nous devons plus que jamais nous faire confiance, nous unir et nous massifier en vue de mutualiser nos ressources et nos capacités dans la perspective de relever les nouveaux défis auxquels nous sommes confrontés.

Aujourd’hui plus qu’hier, nous devons nous battre pour une défense continue et prospective des droits et intérêts de la Diaspora. Concentrons nos efforts sur les trois objectifs suivants :

Premièrement, renforcer les contacts avec les individus, associations, dahiras, autorités consulaires et autres acteurs qui forment les tissus sociaux pour accueillir, protéger et défendre les migrants/migrantes et familles en situation de difficulté.

Deuxièmement, continuer la préparation du prochain congrès de la FSD á Dakar, Sénégal pour permettre la mise en place d’un cadre de concertation directe entre les institutions de la Diaspora, du gouvernement sénégalais, des gouvernements des pays hôtes et des acteurs privés ou publics impliqués.

Troisièmement, continuer la structuration et l’animation de nos soixante-douze comités régionaux afin de renforcer les dynamiques dans les réseaux sociaux et le site internet de la FSD.

Les défis pour unir les structures institutionnelles de la diaspora sénégalaise se compliquent avec l’émergence du coronavirus, cependant nous devons rester concentrés comme des lasers sur nos objectifs fondamentaux.

Modibo Soumaré

Président du Conseil d’Administration de la Fédération Internationale des Sénégalais de la Diaspora (FSD)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram did not return a 200.