fbpx

CONTRIBUTION : LA MALÉDICTION DES COUPS D’ÉTAT EN AFRIQUE PAR MAGATTE SIMAL

 


Les historiens ont l’habitude de dire que l’histoire ne se répéte pas, mais elle peut bégayer. Dans le cas de l’histoire politique de l’Afrique surtout subsaharienne, elle se répéte parfaitement dans les memes termes, les memes contours, les memes conditions et les memes conséquences socio-politico-économiques. Un autre coup d’Etat en Guinée conakry; ce n’est pas un coup d’Etat de plus ou de trop, mais un autre et peut etre pas le dernier dans l’ordre normal de la politique en Afrique noire. Entre coups d’Etat manqués, déjoués et réussis, le continent  africain du cap Bon en Tunisie au cap de Bonne esperance en Afrique du sud, du cap vert à l’ouest au cap Gardafui à l’est est à son 203° coup d’Etat. En 70 ans sur les 54 Etats africains souverains si on exclut la R.A.S.D. ( république arabe sahraoui démocratique ) et le Somaliland, seuls 8 pays n’ont pas connu  de coups d’Etat dans ses 3 formes: réussie, déjouée et manquée: la Namibie, le Botswana, l’ile Maurice, l’Afrique du sud, le Mozambique, le Malawi, le sud Soudan ( en guerre civile) et le Sénégal. Par sa stabilité socio-politique, le Sénégal est le seul pays de l’Afrique de l’ouest à ne pas connaitre de coup d’Etat ( touchons du bois )  il est le seul modèle de cohésion sociale en Afrique francophone subsaharienne.. Selon le professeur Francis Akindes de l’université Alassane Ouattara de la cote d’ivoire, le Sénégal connait une certaine stabilité sociale fruit d’une certaine liberté d’expression et d’une vieille tradition démocratique. Selon le professeur la possibilité de libre expression,  de controle de l’action gouvernementale et de régulation des tensions politiques ne laissent pas de place au putsh. Quand toutes les issues démocratiques et de liberté d’expression sont bloquées, le mécontentement social augmente à cause d’une situation économique difficile, le tout coiffé par l’insolence et le je m’en foutisme des autorités politiques, les militaires souvent par mimétisme à leurs ex collègues  des grandes écoles militaires de  Saint cyr ou de Mèknes qui sont au commande de leur pays, déposent leur président pour diriger l’ Etat et  » mettre de l’ordre  » social, politique et économique. Cependant il est aisé de constater les coups d’état dans les pays africains sont comme de la méthadone pour le drogué; elle le maintient dans un état permanent de drogué, la meme chose pour les coups d’état. Ils maintiennent les pays dans une situation perpetuelle de difficultés, de confusions et d’instabilité économiques, sociales et politiques, d’autant plus que dès les premières années, les sanctions des pays démocratiques mettent le pays à genoux et remettent les compteurs des investissements à zéro. Les coups d’état sont pour les pays africains, un eternel retour aux starting block pour un nouveau départ du difficile marathon socio- économique quand les pays démocratiques éprouvent d’énormes difficultés pour s’approcher de la ligne d’arrivée. Les occidentaux lisent leur démocratie de la gauche vers la droite avec leurs propres paramètres sociaux en essayant tant bien que mal de mettre en avant les interets généraux et nationaux sur celui de la caste dirigeante. Cette meme démocratie occidentale est implantée dans les pays africains sans tenir compte de leurs normes sociales. Elle est lue par les africains de la droite vers la gauche en primant l’interet personnel, du groupe, de la famille et meme de l’ethnie. Le mal de la politique africaine à l’instar du Sénégal est la présence effective au devant de la scène politique de ces nombreux déchets socio-scolaires humains qui occupent le terrain avec leur insolence, leur ignorance et leur nullité abyssale. L’infime présence de pseudo intellectuels  qui se prévalent d’avoir frequenté les grandes écoles et d’avoir des diplomes supérieurs n’ont jamais compris que le diplome ne fait pas nécessairement un bon politicien, en plus le diplome est une présomption de connaissances et de compétences et est le plus mauvais médicament pour soigner une maladie qui ronge la classe politique et qui s’appelle: idiotie. Suivre les débats politiques  des télévisons sénégalaises écoeure plus d’un par le bas niveau du débat, l’insolence et l’arrogance verbales et les outrages aux personnes. La chose devient meme insupportable quand les  » soi disants » analystes politques, maitre du jeu brillent de leur pédantisme sans pouvoir reconnaitre la différence entre analyse et commentaire. Nous sommes au Sénégal où la stupidité est écoutée, l’intelligence est ignorée et la bonne éducation est démodéé dans le champs politique. Il faut y ajouter la flagrante gabégie  et l’injustice sociale pour avoir une possible compréhension des coups de force des militaires qui selon eux veulent  remettre sur les rails cette société » bordélisée » par les civils Mais c’est inadmissible que certains politiciens surtout de l’opposition et des membres de la société civile manifestent leur approbation et leur satisfaction quand les militaires prennent le pouvoir par la force.en suspendant la constitution.et mettant en danger le processus socio-économique du pays. Vouloir incriminer les ex puissances coloniales dans les 200 coups d’état en Afrique, de l’instabilité politique et de la situation économique catastrophique relève de l’imaginaire et signifie pour nous africains irrésponsabilité ou vouloir se cacher derriere son propre doigt. Cependant il n’ya pas de cause à effet entre démocratie et développement socio-économique.. Le Sénégal et le Bénin ont réalisé des performances démocratiques mais ont des indices de développement humain inférieurs à ceux de la Guinée équatoriale et du Cameroun qui ne sont pas de bons éléves en démocratie. Faut il justifier celà par le pétrole ? Si celà se vérifie le Sénégal aura un avenir radieux car le bynome pétrole – démocratie nous portera stabilité et croissance. Mais si le pétrole est un facteur de développement économique, comment expliquer la mauvaise posture du Nigéria membre de l’opep en matière de développement humain ? Donc la démocratie n’est pas synonyme de réussite économique: surtout pour cette démocratie electorale  et electoraliste africaine spécialisée à promouvoir la corruption, le clientèlisme et la fragilisation de la nation.

    Alors sommes nous obligés  à penser et à accepter la théorie de la malédiction des matières premères en Afrique ? La richesse en matières premières constitue -t- elle une entrave au développement ? Pourquoi les matières premières qui font de l’Afrique l’eldorado maudit ont particpé au développement économique et financière des U.S.A., de l’Europe et aujourd’hui de la Chine ! Cette malédiction est elle une réalité ou un fantasme que les africains dans leur naiveté ont accépté de croire et de vivre. De toute en Afrique particulièrement dans sa partie subsaharienne, il n’y a pas un hectare de terre où il ya le bonheur, la paix sociale, le développement socio-économique, le commun vouloir de vivre en commun et l’aspiration nationale d’oeuvrer pour développer ensemble le pays. Le conflit des races et des ethnies n’est pas une excuse valable. En Belgique les flamands et les wallons sont à couteaux tirés  de meme que pour les corses et les français, les irlandais et les anglais, les basques et les espagnols et les catalans et les espagnols. Les contradictions sociales  entre peuples n’ont jamais freiné, ni meme influencé le processus de développement économique en Europe. Cette malédiction aurait t-elle pousuivi les africains qui vivent en Europe? Un noir en Europe est comme une mouche tombée dans un verre de lait; si elle a la chance  d’y vivre, elle n’aura pas la meme chance d’y vivre heureuse. En Europe, les noirs occupent le sous terrain de la hiérarchie sociale, gèrent le levier social des travaux difficiles, pesants et dangereux que les fils de l’Europe ne veulent plus faire avec un salaire qui permet de manger pour récuperer des forces sans garnde possibilités de profiter des allocations socio- sanitaires et familiales. Avec les coups d’état les africains ont pris l’habitude de retourner en arrière pour un nouveau départ, retour en arrière dans les entrailles de l’histoire obscure des africains. Et si dans l’interprétation de la malédiction des africains, les esclavagistes avaient raison  dans la légende de l’ivresse de  Noé ? L’ivresse de Noé est une épisode biblique rapporté en génése 9: 18-29. Il comprend la malédiction de Canaan fils de Cham lui meme fils de Noé. Après que le déluge a pris fin, Noé sort de l’arche avec les siens et plantent une vigne et s’enivre de son vin. Cham père de Canaan vit la nudité de son père et le rapporte dehors à ses deux frères Sem et Yaphet. Réveillé, Noè Condamne Canaan le fils de Cham à etre l’esclave  des fils de ses frères avant de bénir  Sem et Yaphet. Pour justifier l’esclavage et la traite négrière,  les esclavagistes affirment que Canaan est l’ancètre des noirs qui doivent etre purifiés par le travail par les maitres blancs descendants de Sem et Yaphet. Rèalité, fantasmes ou interprétation partisane, seuls les africains peuvent démontrer le contraire.

Magatte Simal C.A.D.E.E.S.  Italie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *