fbpx

SPORTIFS

L’ancien attaquant sénégalais prénommé, Demba Ba, a décidé de raccrocher les crampons, aujourd’hui à l’âge de 36 ans.

Passé par plusieurs clubs notamment, en Angleterre, en Chine ou en Turquie, il aura aussi été international sénégalais à 22 reprises.

L’attaquant de 36 ans,a également jouer avec les maillots de  Newcastle, Chelsea et Besiktas. Il vient ainsi de mettre un terme à sa carrière « avec le cœur rempli de gratitude » comme il l’a annoncé sur Twitter. Il avait pourtant signé un contrat cet été avec le FC Lugano, avec lequel il avait inscrit trois buts en trois rencontres. 

Connu pour avoir marqué le fameux but à la 87e minute contre le PSG en quart de finale retour de la Ligue des Champions en 2014 (2-0), le natif de Sèvres fut aussi international sénégalais. Avec les Lions de la Téranga, il aura disputé 22 rencontres pour quatre buts inscrits.

Un jeune homme est porté disparu vendredi après le chavirement d’une pirogue à Nawel, localité située sur la rive droite du fleuve Sénégal, à Matam. 

 

La personne portée dispariue fait partie des cinq passagers de cette embarcation de fortune qui revenait de la Mauritanie où ses occupants s’étaient rendus, selon les sapeurs-pompiers.

 La pirogue a chaviré sous le poids de ses occupants dont les 4 ont pu se sauver, précise-ils.

Les sapeurs-pompiers de Matam, alertés, se sont rendus sur les lieux et ont entamé des recherches restées vaines pendant deux heures.

 

Tokyo a éteint sa flamme olympique lors d’une cérémonie de clôture ce dimanche, mettant fin à des Jeux olympiques sans précédent qui se sont déroulés sans spectateurs en raison de la pandémie mondiale du coronavirus.

Ainsi, une page se ferme sur une des quinzaines la plus extraordinaire dans l’histoire des jeux. 

En effet, reportés à 2021 à cause de la pandémie de covid-19, les JO se sont déroulés d’une façon inédite.

Il y a eu d’une part des manifestations fréquentes des Japonais qui s’insurgeaient contre la tenue de grands rassemblements en pleine pandémie compliquée davantage par la variante Delta plus contagieuse.D’autre part, ces JO ont permis de déclenché une nouvelle conversation sur la santé mentale des athlètes.

En termes de performance, le continent africain a obtenu 37 médailles soit neuf de moins qu’aux Jeux de Rio de Janeiro, au Brésil, en 2016, année record pour les médaillés africains.

Les athlètes Kenyans viennent  en tête du peloton africain, avec dix médailles, soit près d’un tiers des succès africains à Tokyo. Les Kenyans ont raflé la mise au marathon, où ils ont remporté la médaille d’or aussi bien chez les hommes avec Eliud Kipchoge que chez les femmes avec Peres Jepchirchir.

Pour l’Ouganda, les JO de Tokyo étaient de loin les meilleurs: quatre médailles amassées, dont deux en or. Un exploit quand on sait que les athlètes ougandais étaient rentrés bredouilles de Rio. En fait, il faut remonter jusqu’en 2012 à Londres pour voir un Ougandais monter sur le podium.

Au classement mondial, les États-Unis sont arrivés en tête avec 39 médailles d’or (113 médailles au total), soit une de plus que leurs rivaux, la Chine avec 38 médailles d’or (88 au total) et le Japon avec 27 (58 au total).

Exploits inédits

Au-delà du décompte des médailles, les Jeux à Tokyo étaient pleins de triomphes pour les athlètes africains.

Ahmed Hafnaoui, nageur tunisien de 18 ans, a fait son entrée sur la grande scène de la natation olympique à Tokyo, gagnant la médaille d’or dans la nage libre de 400 m, suscitant l’admiration de l’ancien médaillé d’or américain Michael Phelps.C’était la cinquième médaille d’or pour la Tunisie dans l’histoire des Jeux olympiques.

Hugues Fabrice Zango a livré sa toute première médaille olympique au Burkina Faso, au même jour où au Burkina, à milliers de kilomètres de Tokyo, on célébrait la fête de l’indépendance. Zango a gagné une médaille de bronze dans le triple saut avec un saut de 17,47 m.

Quant au Kenyan Kipchoge, il devient le premier athlète à conserver la médaille d’or du marathon à deux JO consécutifs depuis 1980.

Les athlètes africaines excellent

La Sud-Africaine Tatjana Schoenmaker, qui évolue aussi dans la natation, a remporté la médaille d’or dans la nage de brasse 200m. Au passage, elle bat le record mondial.

La sprinteuse Christine Mboma, 18 ans, ramène au pays une médaille d’argent du 200 mètres, la toute première médaille obtenue par une femme de Namibie.

« Les femmes africaines ont été vraiment exceptionnelles à ces Jeux, et c’est une bonne chose », a commenté Sonny Young.

Avec 18 médailles remportées, les athlètes africaines ont quasiment rattrapé leurs homologues masculins qui ont obtenu 19 médailles. Le Kenya, l’Ethiopie, et l’Egypte ont trouvé la parité totale entre médaillés hommes et femmes.

Les médailles qui ont été remportées par l’Afrique du Sud, le Nigeria, et la Côte d’Ivoire sont toutes autour des cous des athlètes féminines.

Controverses et déceptions

La controverse a entouré quelques athlètes africaines. La sprinteuse sud-africaine Caster Semenya n’a pas eu l’occasion de concourir car le Comité international olympique (CIO) lui reproche d’avoir des niveaux de testostérone trop élevés.

Les Namibiennes Beatrice Masilingi et Christine Mboma étaient elles aussi frappées par ces règles, interdites d’entrer en compétition dans le 400m.

« Les gens dénoncent cette mesure qui est impersonnelle et s’applique à tout le monde, mais dans les faits qu’on observe, s’applique beaucoup plus aux athlètes africaines », observe Yacouba Ouedraogo. « C’est dommage, parce qu’elles n’ont pas décidé d’avoir ce niveau élevé de testostérone— c’est la nature qui a voulu qu’elles soient comme ça ».

 

La capitale française, Paris, qui accueillera les prochains jeux en 2024, a affiché déjà une scène festive avec des milliers de personnes rassemblées non loin de l’emblématique Tour Eiffel, brandissant le drapeau national.

La mairesse de Paris Anne Hidalgo a reçu officiellement le drapeau olympique des mains de la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike.

Les athlètes africains savent d’ores et déjà à quoi s’en tenir pour briller au sommet des podiums olympiques de paris 2024

 

C’est une véritable bombe. Après des semaines et des semaines de négociations, Lionel Messi et le Barça n’ont pas réussi à tomber d’accord sur la prolongation du joueur qui quitte donc le club comme indiqué dans le communiqué ci-dessous.

Le communiqué

« Bien qu’un accord ait été trouvé entre le FC Barcelone et Leo Messi et que les deux parties aient clairement l’intention de signer un nouveau contrat aujourd’hui, il n’a pas pu être officialisé en raison d’obstacles économiques et structurels (règlement de la LaLiga espagnole).

Compte tenu de cette situation, Lionel Messi ne continuera pas à être lié au FC Barcelone. Les deux parties regrettent profondément que, finalement, il ne soit pas possible de répondre aux souhaits du joueur et du club.

Le Barça tient à remercier le joueur pour sa contribution à l’institution et lui souhaite le meilleur dans sa vie personnelle et professionnelle ».

20 athlètes viennent d’être exclus des Jeux olympiques de Tokyo, dans le cadre du contrôle anti-dopage. Au nombre de ceux-ci, 14 représentants africains dont 10 pour le seul Nigeria.

À seulement quelques heures de l’ouverture des épreuves d’athlétisme aux Jeux olympiques de Tokyo, l’Unité d’intégrité des épreuves d’athlétisme (AIU) a rendu une décision disqualifiant 20 athlètes dont 14 Africains, pour n’avoir pas rempli les conditions requises en matière de contrôles anti-dopage. « Le Nigeria est le pays le plus impacté, n’ayant pas répondu aux critères de tests (anti-dopage) de la règle 15 (de la Fédération internationale d’athlétisme, Ndlr) pour 10 athlètes », a déclaré l’AIU.

En dehors du Nigeria, il y a des pays comme la Biélorussie avec trois athlètes, l’Éthiopie avec un, le Kenya avec deux, le Maroc avec un, l’Ukraine avec trois. Le problème relevé, c’est que ces athlètes n’ont pas subi les trois contrôles anti-dopage inopinés, effectués hors-compétition et au cours des dix derniers mois, requis par World Athletics.

Dans le rang des athlètes concernés déjà sur place à Tokyo, c’est la désolation la plus totale, ceci surtout que la décision est sortie à moins de deux jours du début des épreuves d’athlétisme prévues pour ce vendredi. La championne d’Afrique du lancer du disque, la Nigériane Chioma Onyekwere, recalée, a réagi sur Twitter : « Les athlètes ne sont pas fautifs dans cette affaire. S’il vous plaît, nous avons besoin de votre aide pour savoir comment nous pouvons effacer ça afin que nous puissions tous les dix concourir », a-t-elle imploré.

Sa compatriote, la sprinteuse Blessing Okagbare, non concernée par la décision, n’a cependant pas caché son indignation : « Je l’ai déjà dit et je le répète. Si vous ne connaissez pas le sport, si vous n’êtes pas passionné par lui/nous (les athlètes), alors vous n’avez rien à faire là en tant qu’administrateur. Le système sportif au Nigeria est tellement défectueux et nous, les athlètes, sommes toujours à la merci des dommages », a-t-elle tweeté.

Il faut rappeler que le Nigeria, l’Éthiopie, le Kenya et le Maroc faisaient partie de la liste des pays sous surveillance dans la lutte contre le dopage.

« Climat », le nouvel album international du chanteur et compositeur sénégalais, Oumar Pène, est un « cri de cœur » et un appel à une prise de conscience sur la réalité et les dangers liés au réchauffement climatique et au terrorisme.

 

Fidèle à son engagement, le chanteur interpelle le monde sur les défis de l’heure, marquant ainsi son retour sur le marché musical international, huit ans après son dernier disque intitulé « 40 ans en musique ».

 

« Le Climat est une situation qui nous interpelle tous. Le réchauffement climatique est quelque chose qui existe. Je vois des gens qui n’y croient pas, alors que cela doit interpeller les consciences », a déclaré Oumar Pène à l’issue d’une séance d’écoute et une présentation de l’album à la veille de sa sortie sur les plateformes digitales.

 

Dans certains pays, il y a une avancée des océans avec les phénomènes côtiers qui font souffrir des populations et le Sénégal n’est pas épargné, a rappelé le chanteur en présence de journalistes et de fans triés sur le volet.

 

« Chez nous, dans la langue de Barbarie, à Saint-Louis, vous voyez ce qui s’y passe, les gens souffrent. Avec nos maigres moyens, si ces phénomènes nous tombent dessus, que ferions-nous ? », s’est interrogé le leader du Super Diamono, tout en soulignant la nécessité pour les décideurs de prendre davantage conscience de la situation.

 

« Si jamais un tsunami survient quelque part, cela peut créer des situations catastrophiques, pour éviter cela, nous devons prendre conscience que le réchauffement climatique est bien réel », a-t-il insisté

 

Sur un autre plan, Oumar Pène s’intéresse dans ce nouvel album à la question relative au terrorisme en sensibilisant notamment les jeunes.

 

« Il faut prendre conscience que les terroristes sont des gens puissants, assez riches, donc il faut protéger nos jeunes parce que s’ils n’ont pas du boulot pour subvenir à leurs besoins, ils deviennent des proies faciles, on peut les acheter pour les indiquer des chemins assez tortueux », a-t-il fait observer.

 

« Le Sénégal est épargné jusque-là, mais il ne faut jamais se dire que cela n’arrive qu’aux autres. Ce qui se passe dans les pays limitrophes peut nous arriver aussi », a averti l’artiste qui prie pour que le bon Dieu épargne encore le pays.

 

S’agissant du disque, tous les 9 morceaux sont des nouveautés « Won Naa la ko », « Wéthié », « Merci » ou encore « Emergence » sauf un « Fakatal » (une reprise chantée en 2003 dans l’album Kaarapit), chantés en wolof avec une couleur musicale « afro feeling » propre au « Super Diamano » adaptée à la jeune génération par le biais de l’ »afro pop » et de l’ »afro beat ». 

 

Les instruments à cuivre, une marque du Super Diamano, sont bien présents dans cet album réalisé par le bassiste sénégalais Hervé Samb, lequel avait déjà participé à la réalisation en 2013 du précédent album d’Oumar Pène.

 

Oumar Pène cultive le lien intergénérationnel en invitant le rappeur Faada Freddy dans son album avec le morceau « Lu tax ».

 

« C’est une bénédiction de faire un duo avec Oumar Pène, un grand maître, un parrain et un coach. Il nous a toujours transmis cette fureur de vaincre et ce courage d’aller de l’avant », a ainsi témoigné le rappeur qui considère Oumar Pène comme un « un symbole de réussite ».

 

A côté de cet album international orienté vers une consommation digitale, un autre disque sera mis sur le marché local réalisé par le bassiste Dembel Diop.

 

Oumar Pène reste constant dans sa musique avec ses rythmes et mélodies, une chose qu’il dit avoir cultivé toute sa vie durant.

 

« Cette musique, c’est toute une vie, c’est comme un tracé que l’on emprunte à chaque fois », a affirmé le chanteur qui prépare ainsi sa prochaine sortie à travers un traditionnel concert dédié à ses fans, le 14 août prochain.

 

Le centre de santé de Bambaly (sud), village natal de l’international sénégalais Sadio Mané, a été inauguré ce dimanche par le gouverneur de Sédhiou, Pape Demba Diallo, a constaté l’APS.

 

D’un coût de 350 millions financé par l’attaquant de Liverpool (élite anglaise) cette infrastructure vient enrichir la carte sanitaire de la région. 

                                                       Ce centre de santé qui vient s’ajouter au lycée de Bambaly, lui aussi sur financement de l’attaquant des Lions, va polariser plus de 34 villages.  

                         

Il comprend une maternité, une infirmerie, un bloc opératoire, une morgue et d’autres salles dédiées à la prise en charge de différentes pathologies.                            

 

Le bienfaiteur et ses partenaires (le Groupe La Poste, Air Sénégal, Senelec et Casa eau) comptent réaliser d’autres infrastructures, notamment un bureau de poste annoncé par le directeur général de la Poste lui-même, Abdoulaye Baldé, qui a pris part à la cérémonie. 

 

La réalisation d’une station d’essence fait également partie des projets avec l’objectif de faciliter la mobilité des populations du Boudié.            

 

 « Cet hôpital est obtenu grâce à vous et pour vous la population de Sédhiou », a lancé le bienfaiteur, Sadio Mané. 

                   

L’international sénégalais annonce que d’autres réalisations vont suivre pour accompagner Bambaly dans son développement économique et social.

 

L’international Sénégalais Sadio Mané a rendu visite à l’équipe nationale U20 de Rugby du Sénégal ce vendredi matin, au stade Léopold Sédar Senghor (LSS) de Dakar.Une visite qui vient à point pour booster juniors.

En effet, le pensionnaire des reds a tenu à encourager ses compères du rugby qui sont actuellement en stage en prélude de la Coupe d’Afrique et des éliminatoires du prochain Mondial de cette catégorie. Ces compétitions sont prévues du 25 juin au 03 juillet 2021, au Kenya.

Voici quelques clichés de la rencontre !

 

 

En l’espace de quelques jours, la capitalisation du groupe coca-cola à la bourse de New York est passée de 242 milliards de dollars à 238 milliards de dollars, soit une baisse de plus 4 milliards de dollars (environ 2 623 milliards FCFA). Cette régression est loin de relever du hasard.

Aussi incroyable que cela puisse paraitre, elle s’avère être la conséquence directe du fait que Cristiano Ronaldo se soit détourné de deux bouteilles de coca-cola pour brandir une bouteille d’eau lors d’une conférence de presse d’avant-match tenue le 14 juin dernier. C’est à croire que la star portugaise a une influence qui reste forte aussi bien sur le monde du football qu’en dehors. Et cela la firme coca cola est bien placée pour le témoigner.

Ce petit geste a malheureusement eu de grandes conséquences pour le géant américain du soda, dont le cours de l’action s’est effondré de 1,6%, en passant de 56,10 dollars à 55,22 dollars. Il reste encore en deçà de 56 dollars depuis cette contre publicité.

Notons que Cristiano, la star la plus influente sur les réseaux sociaux avec 517 millions de followers, devient le premier joueur dont la conduite se répercute immédiatement sur le marché boursier au détriment de la valeur d’une action comme coca cola. Une anecdote dont pourrait s’enorgueillir les fanatiques de cet athlète qui n’hésitent pas à le comparer de façon régulière à l’argentin Messi.

Les Lions ont effectué deux galops d’entraînement: un à Saly dans la matinée et un autre l’après-midi au Stade Lat Dior de Thiès avec tous les présents sauf le portier Champion d’Europe, Edouard Mendy.

Fraîchement sacré Champion d’Europe avec Chelsea, Edouard Mendy est attendu ce jeudi, dans la Tanière, nous informe nos confréres L’Observateur. A l’instar de ses coéquipiers, le gardien des Blues est toujours retenu à Londres pour les festivités aprés la victoire de samedi à Porto en finlae de la Ligue des Champions.

Mais même s’il rejoindra la sélection avant le match de samedi contre la Zambie, Aliou Cissé devrait le reposer avant de le titulariser lors de la rencontre de mardi face au Cap-Vert.