fbpx

SPORT

 

Mauvaise nouvelle pour les amateurs de lutte. Les affiches tant attendues de l’arène à savoir Balla Gaye 2 – Bombardier ou encore Papa Sow – Siteu initialement prévu pour le 31 juillet et le 01 Aout prochain ont été reportés.

La décision émane du Gouverneur de Dakar .
En effet le contexte sanitaire actuel ne permet pas l’organisation de tels événements qui regroupent un très grand public dans les stades.

Alors que le célèbre promoteur Gaston Mbengue rassurait il y a quelques heures quant à la tenue de son affiche de feu qui devait opposer Balla Gaye 2 à Bombardier dans un combat revanche: par une sortie poignante, le Gouverneur de Dakar vient de reporter tous les combats de lutte jusqu’à nouvel ordre. Une décision prise cet après-midi à l’issue d’une rencontre entre l’autorité et les promoteurs Gaston Mbengue, Pape Abdou Fall, Pape Thialiss…

Pourtant, Gaston Production avait bien annoncé le huis-clos partiel du combat entre le Lion de Guédiawaye et le B52 de Mbour avec seulement 5.000 places disponibles le jour du combat à l’arène nationale. Mais au rythme où va la fureur de la pandémie à Covid-19, la décision de surseoir les activités sportives n’tait qu’une question de temps. Un coup dur pour les lutteurs qui n’étaient plus qu’à quelques jours de leur face-à-face tant attendu.

Toutefois, notre source précise que le Gouverneur aurait demandé aux promoteurs impactés par cette nouvelle de choisir et que ces derniers auraient choisi le report des combats au lieu de leur tenue sans public. « Les promoteurs ont été demandé par le gouverneur de choisir entre le report de leurs combats jusqu’à nouvel ordre ou de les organiser à huis clos. Ils ont finalement opté la première option soutenant que le délai ne leur permet pas d’organiser un combat de lutte sans public. »

A l’instar de cette grosse affiche, l’autre choc qui devait aussi opposer Papa Sow à Siteu est évidemment reporté après la décision du Gouverneur de Dakar. Les voix de l’arène ne vont pas tarder à réagir à cette décision administrative.


Le président sortant de la Fédération Sénégalaise de Football (FSF) semble bien parti pour rempiler après un consensus trouvé avec deux des trois autres candidats.

C’est le feuilleton qui tient en haleine le landerneau footballistique sénégalais. L’Assemblée Générale élective de l’instance faîtière est prévue le 7 août prochain. Me Augustin Senghor, élu en mars dernier premier vice-président de la Confédération africaine de football (Caf), a épuisé trois mandats à la tête de la FSF. Mais il ne veut pas lâcher prise.

Trois dirigeants de clubs de Ligue 1, à savoir Saër Seck de Diambars, Mbaye Diouf Dia de Mbour Petite Côte et Mady Touré de Génération Foot, ont lorgné son poste. Si toutes les candidatures continuent à être d’actualité, ces personnalités du foot sénégalais se sont mis d’accord sur « un programme commun et consensuel devant servir de référence à l’action fédérale durant le prochain mandat ».

Les différents programmes ont été fusionnés après de « larges discussions » et l’« audition de chaque candidat ». Selon le communiqué ayant sanctionné la rencontre tenue jeudi à Dakar, le candidat Augustin Senghor a été désigné « pour conduire le programme consensuel » en présence du ministre de l’Urbanisme et vice-président de la FSF Abdoulaye Sow, d’Ibrahima Ndao, représentant du ministre des Sports et d’Issa Mboup du Comité national olympique et sportif (Cnoss).

De son côté, la Commission chargée du consensus « recommande à la prochaine équipe fédérale, sous l’autorité du ministère des Sports et du Cnoss, de procéder à l’évaluation de la mise en œuvre du programme consensuel à mi-parcours du mandat ».

Toutefois, Mady Touré a promis de donner sa position sur la candidature unique au plus tard le 30 juillet après « consultation de sa base ». Avocat de profession, Me Augustin Senghor est devenu président de la FSF en 2009 avant d’être reconduit en 2013 et 2017. Il est en même temps maire de Gorée et président du club de cette commune insulaire évoluant dans l’élite du football national.

Au terme de son troisième mandat, le proche collaborateur de Patrice Motsepe avait fait part de son intention de passer le flambeau. Sa déclaration a probablement motivé la candidature de son premier vice-président Saër Seck, non moins patron de la Ligue Sénégalaise de Football Professionnel (LSFP).

Ancien vice-président chargé de la petite catégorie, Mbaye Diouf Dia était, pour sa part, sorti de l’attelage de la FSF depuis longtemps. Il a critiqué de loin la gestion de l’équipe de Senghor. En août 2017, ce manager avait été battu au deuxième tour de l’élection du président de la FSF.

Président de l’Académie Génération Foot, Mady Touré se présente pour la première fois à cette élection. Son centre de formation, partenaire du FC Metz (Ligue 1 française), a produit des joueurs comme Sadio Mané ou encore Ismaïla Sarr.

A l’image de Mbaye Diouf Dia, il a émis de nombreuses réserves sur l’administration du football sénégalais. Les pourparlers pour la désignation d’un candidat consensuel n’ont pas empêché Mady Touré de sillonner le pays pour présenter son programme.

Les Lions ont éliminé, ce vendredi au Nelson Mandela Bay Stadium de Port Elizabeth (Afrique du Sud), l’Eswatini à l’issue des tirs au but (3-0).

Dans cette épreuve, le Sénégal n’a pas du tout tremblé. Les trois premiers Lions à se lancer, Mohamed Rassoul Ba, Albert Lamane Diène et El Hadj Madické Kane, ont mis la balle au fond des filets.

Par contre, l’Eswatini a complètement perdu pied avec trois ratés en autant de tentatives. Pape Seydou Ndiaye, le gardien sénégalais, s’est dressé comme une muraille. Et le Bouclier du roi, surnom de cette sélection, avait le moral dans les chaussettes.

C’est parce que l’Eswatini tenait le bon bout en ouvrant la marque grâce à Sifiso Samu Matse (15′, 1-0) puis en doublant la mise par l’intermédiaire de Sabelo Ndzinisa (20′, 2-0).

En seconde période, la réduction du score de Pape Massar Djitté (58′, 2-1) a permis au Sénégal d’entretenir l’espoir. L’expulsion du milieu eswatinien Fanelo Mamba, après un second carton jaune (67′), a rendu plus facile la tâche des Lions.

A force de pousser, El Hadj Madické Kane a effacé l’ardoise (80′, 2-2). En supériorité numérique, le Sénégal n’est pas parvenu à prendre l’avantage sur son adversaire. Il a donc fallu la séance fatidique des tirs au but pour départager les deux équipes.

Le Sénégal jouera, dimanche prochain, la finale de la 20e édition de la Coupe Cosafa. Les Lions ont été invités à prendre part à cette compétition des fédérations de l’Afrique australe. L’autre demi-finale du tournoi oppose à l’instant le pays hôte, l’Afrique du Sud, au Mozambique.

Les clubs sénégalais et français ont officialisé, ce lundi 12 juillet, la prolongation de leur coopération jusqu’au 30 juin 2024.

Fortifier l’axe Dakar-Lyon dans la durée. C’est le but visé. Dans un article publié sur son site, l’Olympique Lyonnais a expliqué qu’ « à travers cette nouvelle prolongation, les deux parties (veulent) poursuivre le travail engagé depuis 6 ans ».

En août 2018, après un premier accord signé trois ans plus tôt, Dakar Sacré-Cœur et l’Olympique Lyonnais avaient renouvelé leur engagement. A en croire l’OL, sa stratégie à l’international reposant sur le partage de savoir-faire et d’expérience a permis « à DSC d’être reconnue comme l’une des structures référentes au Sénégal ».

Dans le cadre de cette « collaboration au spectre large », le club basé à la Sicap Liberté 1, à Dakar, et le septuple champion de France ont pu organiser « de nombreux échanges entre les staffs » de chaque entité.

Le club rhodanien a souligné que ses relations avec DSC sont basées sur « le développement et la pérennisation d’un modèle de formation local inspiré de (sa) méthode ».

Cette philosophie commune a notamment facilité le recrutement de deux joueurs sénégalais : Ousseynou Ndiaye (milieu) et Abdoulaye Niakhaté Ndiaye (défenseur). DSC a aussi mis sur pied « une équipe féminine ». Trois ans seulement après sa création, la formation a remporté, cette saison, le championnat du Sénégal.

Outre le football, l’Olympique Lyonnais accompagne Dakar Sacré Cœur dans ses activités sociales adossées à « des valeurs comme l’interculturalité, la parité, la solidarité, la performance ou l’abnégation ».

Pour Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais, « cette nouvelle prolongation marque une étape supplémentaire dans le formidable élan qui anime ce projet. C’est avec détermination et ambition que nous allons poursuivre ce même élan ».

De son côté, Mathieu Chupin, président délégué de DSC, a déclaré que les deux clubs, « dans des contextes et échelles différents, partagent les mêmes ambitions économiques et sociales au service de projets sportifs performants ».

 

Coupe de tonnerre au Maracana ! Lionel Messi a enfin remporté son premier titre avec l’Argentine en domptant le Brésil de Neymar en finale de la Copa America (1-0), samedi 10 juillet, mettant fin à une disette de vingt-huit ans de son pays.

La cinquième était la bonne : après quatre finales de tournois majeurs perdues avec l’Albiceleste (Mondial-2014, Copa America 2007, 2015 et 2016), le sextuple ballon d’or a enfin soulevé un trophée avec le maillot de son pays. Porté en triomphe par ses coéquipiers après le coup de sifflet final, Messi, 34 ans, termine meilleur buteur et passeur du tournoi (4 buts et 5 passes décisives).

Mais le héros de la finale se nomme Angel Di Maria. Le joueur du Paris-SG a marqué le but de la victoire argentine d’un splendide lob après une ouverture lumineuse de Rodrigo De Paul, lui aussi excellent au Maracana. Neymar, lui, n’a pas su peser sur le match et a fondu en larmes après le coup de sifflet final, avant d’être réconforté par une accolade de Messi, son ancien coéquipier au FC Barcelone.

Pour le Brésil, cela reste une cruelle désillusion en sa qualité de tenant du titre, la seleçao qui avait triomphé lors des cinq autres éditions de la Copa jouées à domicile rentre cette fois ci avec la médaille d’argent. Les hommes de Tite étaient invaincus en matchs officiels depuis le quart de finale de la Coupe du monde 2018 contre la Belgique (1-2). Ils avaient battu leurs grands rivaux argentins lors de leurs deux dernières confrontations en finale de Copa America (2004, 2007) et lors de la demi-finale de la dernière édition, en 2019.

L’Argentine, qui ne remportait pas le moindre trophée depuis la Copa America de 1993, en Equateur, a rejoint l’Uruguay en tête du palmarès de la compétition, avec quinze trophées, maintenant les Brésiliens à distance (9).

Après le nouveau continent c’était au tour du vieux continent de vibrer au rythme du ballon rond avec une finale opposant l’Italie à l’Angleterre un bras de fer qui s’est soldé au séance de tirs au but .

En effet, l’Italie a remporté l’Euro 2020 en s’imposant face à l’Angleterre au terme de la terrible séance de tirs au but (1-1, 3-2 tab) !

La séance des tirs au but a donc rendu son verdict. Belotti, Rashford, Sancho, Jorginho ont tous raté leur tentative, mais c’est finalement l’échec de Saka qui aura été définitif…

Plus tôt dans le match, l’Angleterre a pourtant cru détenir avant même la fin du temps réglementaire. Il faut dire qu’avec un but de Luke Shaw à la deuxième minute de jeu seulement, but le plus rapide l’histoire des finales de l’Euro, les Anglais ont été parfaitement lancés dans leur finale.

Mais la bande à Gareth Southgate a sans doute manqué d’ambition par la suite alors que l’Italie n’a jamais lâché. Et les Italiens ont fini par être récompensés de leur abnégation avec Bonucci, qui a profité d’un cafouillage dans la surface pour égaliser à l’heure de jeu (61e). Par la suite, que ce soit durant le temps réglementaire ou la prolongation, aucune des deux formations n’a pu faire la différence.

C’est donc l’Italie qui s’offre le trophée continental et succède au Portugal, vainqueur de la dernière édition de l’Euro en 2016.

 

Ce vendredi, l’Equipe Nationale du Sénégal de Basket des moins de 19 ans s’est lourdement incliné en quart de finale de la Coupe du Monde de la catégorie, qui se tient actuellement en Lettonie (58-88). Après avoir réussi la prouesse d’atteindre le tableau des huit meilleures équipes pour la première de l’histoire, le Sénégal n’a absolument rien pu faire face à l’ogre des Etats-Unis, mais a vu quelques de ses individualités briller.

Khalifa Ababacar Diop époustouflant

Dans les rangs du Sénégal, la grande adversité devant n’a pas du tout empêché le numéro 8 de l’équipe de Parfait Adjivon de signer une performance gigantesque. Tout bouillonnant, le pensionnaire d’Herbalife Gran Canaria de la Liga ACB espagnole a terminé la partie avec une excellente note, la meilleure dans la rencontre. En effet, avec 34,43 minutes sur le parquet, il a marqué 20 points, récupéré 12 rebonds et délivré trois passes décisives.

Babacar Sané encore au rendez-vous 

Comme lors du huitième de finale Lettonie, Babacar Sané a encore montré de sa justesse devant la raquette. Derrière son partenaire Khalifa Ababacar Diop (20), Jaden Ivey (12), Michael Miles (11) et Kenneth Lofton Jr (11), il a été le cinquième meilleur scoreur de la partie a égalité avec l’Américain Chet Holmgren (10). De plus, il a réussi à récupérer deux rebonds et délivrer deux passes décisives.

Baye Abdou Ndongo, la confirmation 

Moins vu lors des trois premières rencontres, le pensionnaire du St. Mary’s Academy (USA) a confirmé la belle forme vue en lui lors du huitième de finale contre la Lettonie où il avait gratifié 12 points, 11 rebonds et 3 passes décisives. Ce vendredi, il a réussi cinq paniers, récupéré sept rebonds et délivré cinq passes décisives en 30 minutes.

« Climat », le nouvel album international du chanteur et compositeur sénégalais, Oumar Pène, est un « cri de cœur » et un appel à une prise de conscience sur la réalité et les dangers liés au réchauffement climatique et au terrorisme.

 

Fidèle à son engagement, le chanteur interpelle le monde sur les défis de l’heure, marquant ainsi son retour sur le marché musical international, huit ans après son dernier disque intitulé « 40 ans en musique ».

 

« Le Climat est une situation qui nous interpelle tous. Le réchauffement climatique est quelque chose qui existe. Je vois des gens qui n’y croient pas, alors que cela doit interpeller les consciences », a déclaré Oumar Pène à l’issue d’une séance d’écoute et une présentation de l’album à la veille de sa sortie sur les plateformes digitales.

 

Dans certains pays, il y a une avancée des océans avec les phénomènes côtiers qui font souffrir des populations et le Sénégal n’est pas épargné, a rappelé le chanteur en présence de journalistes et de fans triés sur le volet.

 

« Chez nous, dans la langue de Barbarie, à Saint-Louis, vous voyez ce qui s’y passe, les gens souffrent. Avec nos maigres moyens, si ces phénomènes nous tombent dessus, que ferions-nous ? », s’est interrogé le leader du Super Diamono, tout en soulignant la nécessité pour les décideurs de prendre davantage conscience de la situation.

 

« Si jamais un tsunami survient quelque part, cela peut créer des situations catastrophiques, pour éviter cela, nous devons prendre conscience que le réchauffement climatique est bien réel », a-t-il insisté

 

Sur un autre plan, Oumar Pène s’intéresse dans ce nouvel album à la question relative au terrorisme en sensibilisant notamment les jeunes.

 

« Il faut prendre conscience que les terroristes sont des gens puissants, assez riches, donc il faut protéger nos jeunes parce que s’ils n’ont pas du boulot pour subvenir à leurs besoins, ils deviennent des proies faciles, on peut les acheter pour les indiquer des chemins assez tortueux », a-t-il fait observer.

 

« Le Sénégal est épargné jusque-là, mais il ne faut jamais se dire que cela n’arrive qu’aux autres. Ce qui se passe dans les pays limitrophes peut nous arriver aussi », a averti l’artiste qui prie pour que le bon Dieu épargne encore le pays.

 

S’agissant du disque, tous les 9 morceaux sont des nouveautés « Won Naa la ko », « Wéthié », « Merci » ou encore « Emergence » sauf un « Fakatal » (une reprise chantée en 2003 dans l’album Kaarapit), chantés en wolof avec une couleur musicale « afro feeling » propre au « Super Diamano » adaptée à la jeune génération par le biais de l’ »afro pop » et de l’ »afro beat ». 

 

Les instruments à cuivre, une marque du Super Diamano, sont bien présents dans cet album réalisé par le bassiste sénégalais Hervé Samb, lequel avait déjà participé à la réalisation en 2013 du précédent album d’Oumar Pène.

 

Oumar Pène cultive le lien intergénérationnel en invitant le rappeur Faada Freddy dans son album avec le morceau « Lu tax ».

 

« C’est une bénédiction de faire un duo avec Oumar Pène, un grand maître, un parrain et un coach. Il nous a toujours transmis cette fureur de vaincre et ce courage d’aller de l’avant », a ainsi témoigné le rappeur qui considère Oumar Pène comme un « un symbole de réussite ».

 

A côté de cet album international orienté vers une consommation digitale, un autre disque sera mis sur le marché local réalisé par le bassiste Dembel Diop.

 

Oumar Pène reste constant dans sa musique avec ses rythmes et mélodies, une chose qu’il dit avoir cultivé toute sa vie durant.

 

« Cette musique, c’est toute une vie, c’est comme un tracé que l’on emprunte à chaque fois », a affirmé le chanteur qui prépare ainsi sa prochaine sortie à travers un traditionnel concert dédié à ses fans, le 14 août prochain.

 

 

Le tirage au sort de la Coupe du monde de beach soccer a été effectué, ce jeudi 8 juillet, au siège de la Fédération internationale de football association (Fifa) à Zurich, en Suisse. Le tournoi se déroulera du 19 au 29 août au Complexe olympique de Luzhniki, à Moscou (Russie).

Les Lions du football de plage sont logés dans le groupe D du Portugal, tenant du titre, avec l’Oman et l’Uruguay.

Le Sénégal, sextuple champion d’Afrique, veut marquer de son empreinte la 11e édition de la Coupe du monde de beach soccer. En huit participations à cette épreuve, les rois du sable africain ont souvent atteint le second tour sans jamais dépasser les quarts de finale.

L’autre représentant de l’Afrique, le Mozambique va découvrir cette compétition. En mai 2021, les Mambas ont créé la surprise en s’invitant, contre toute attente, à la finale de la Coupe d’Afrique des nations de beach soccer accueillie par le Sénégal.

Les autres poules :

Groupe A : Russie, Etats-Unis, Paraguay et Japon.

Groupe B : Mozambique, Espagne, Emirats arabes unis et Tahiti.

Groupe C : Biélorussie, Salvador, Suisse et Brésil.

Le centre de santé de Bambaly (sud), village natal de l’international sénégalais Sadio Mané, a été inauguré ce dimanche par le gouverneur de Sédhiou, Pape Demba Diallo, a constaté l’APS.

 

D’un coût de 350 millions financé par l’attaquant de Liverpool (élite anglaise) cette infrastructure vient enrichir la carte sanitaire de la région. 

                                                       Ce centre de santé qui vient s’ajouter au lycée de Bambaly, lui aussi sur financement de l’attaquant des Lions, va polariser plus de 34 villages.  

                         

Il comprend une maternité, une infirmerie, un bloc opératoire, une morgue et d’autres salles dédiées à la prise en charge de différentes pathologies.                            

 

Le bienfaiteur et ses partenaires (le Groupe La Poste, Air Sénégal, Senelec et Casa eau) comptent réaliser d’autres infrastructures, notamment un bureau de poste annoncé par le directeur général de la Poste lui-même, Abdoulaye Baldé, qui a pris part à la cérémonie. 

 

La réalisation d’une station d’essence fait également partie des projets avec l’objectif de faciliter la mobilité des populations du Boudié.            

 

 « Cet hôpital est obtenu grâce à vous et pour vous la population de Sédhiou », a lancé le bienfaiteur, Sadio Mané. 

                   

L’international sénégalais annonce que d’autres réalisations vont suivre pour accompagner Bambaly dans son développement économique et social.

 

L’international Sénégalais Sadio Mané a rendu visite à l’équipe nationale U20 de Rugby du Sénégal ce vendredi matin, au stade Léopold Sédar Senghor (LSS) de Dakar.Une visite qui vient à point pour booster juniors.

En effet, le pensionnaire des reds a tenu à encourager ses compères du rugby qui sont actuellement en stage en prélude de la Coupe d’Afrique et des éliminatoires du prochain Mondial de cette catégorie. Ces compétitions sont prévues du 25 juin au 03 juillet 2021, au Kenya.

Voici quelques clichés de la rencontre !