fbpx

SPORT

La tentative avortée de créer une Super League pour supplanter la Ligue des champions aura des « conséquences » pour les 12 clubs à l’initiative du projet, a affirmé ce mercredi un des dirigeants du comité exécutif de l’UEFA, qui se réunit vendredi.

Même si la Super League est déjà enterrée et que la plupart des clubs se sont retirés, l’UEFA n’écarterait pas des « conséquences » pour les 12 clubs fondateurs. L’avertissement a été brandi à l’approche du comité exécutif de l’instance dirigeante, qui se réunit vendredi.

Cité par les médias suédois Fotbollskanalen et SVT, Karl-Erik Nilsson, un des vice-présidents de l’UEFA (et aussi président de la fédération suédoise), a déclaré que cette réunion devait leur permettre de « discuter d’éventuelles conséquences additionnelles » contre les douze clubs à l’initiative de la Super League.

« Mais il y aura de toute façon des conséquences, sur les questions de confiance notamment, et sur leur crédibilité à l’avenir », a ajouté le dirigeant, constatant que les fondateurs étaient à présent couverts de « honte ».

 

Plus tôt dans la journée, Aleksander Ceferin, le président de l’UEFA, avait adouci son discours à l’égard des dissidents, après les avoir sèchement rappelés à l’ordre en début de semaine, et menacés d’exclusion de plusieurs compétitions majeures. « L’important maintenant est d’aller de l’avant, de rebâtir l’unité dont ce sport jouissait auparavant, et d’avancer ensemble », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Annoncé en tout début de semaine, le projet de Super Ligue s’est délité mardi soir à la suite du retrait successif des six clubs anglais impliqués (Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester United, Tottenham). Ils ont été suivis par l’Inter, l’AC Milan et l’Atlético de Madrid.

Devant le fait accompli, la Juventus d’Andrea Agnelli, en première ligne sur ce dossier, a fini par admettre sa défaite. Seuls le FC Barcelone et le Real Madrid restent pour le moment officiellement porteurs de ce projet annoncé dans la nuit de dimanche à lundi, avec l’objectif de supplanter la Ligue des champions de l’UEFA.

 

 En s’imposant (1-0) sur la pelouse du Stade Lat Dior dans le cadre de la 5e journée de la Coupe CAF, le Jaraaf s’est qualifié pour les quarts de finales pour la première fois de son histoire. Une qualification acquise grâce à l’unique but de la partie signé Pape Youssou Paye.

Tout va bien du côté du Jaraaf car il va disputer pour la première fois de son histoire les quarts de finale de Coupe CAF. Après deux victoires d’affilée lors des deux dernières journées, le Club de la Medina  a enchaîné par une qualification historique en quarts de finale en disposant (1-0) de l’Etoile Sportive du Sahel, deux fois Championne de la compétition.

Dominatrice dans le jeu, compacte, solidaire et très combative, l’équipe de Cheikh Seck pourra seulement regretter que cette victoire ait été acquise avec un seul but au tableau d’affichage. Mais les partenaires d’El Hadji Madické Kane peuvent se faire pardonner de ne pas être trop tueurs, tant la performance est historique.

Malmené dès l’entame du match comme on pouvait s’y attendre, le Jaraaf a réussi à prendre la mainmise sur la rencontre en pressant très haut pour récupérer les deuxièmes balles. Après des occasions franches, le Jaraaf a trouvé l’ouverture par leur avant-centre vedette, Pape Youssou Paye, qui marque à la 25e minute et signe sa troisième réalisation dans la compétition.

Boosté par cette ouverture du score qui met un coup de bâton à l’adversaire, le Jaraaf gérait tranquillement avec le ballon, se procurait des occasions, sans pour autant parvenir à corser l’addition. A l’image de deux face-à-face notamment un pour le buteur Youssou Paye, en deuxième période. L’ES Sahel a poussé mais sans réussite et ne pourra pas changer le score, qui reste sur un 1-0.

Au bout de la 90e minute plus les arrêts de jeu, l’équipe de Cheikh Gueye dompte un adversaire qui l’a battu lors de la journée inaugurale. Non seulement, le Jaraaf prend sa revanche, se qualifie pour les quarts de finale de Coupe CAF et élimine l’Etoile Sportive du Sahel notamment avec la victoire (2-0) du Club Sportif Sfaxien sur le Salitas FC. Le CS Sfaxien accompagne les Jaraaf-men en quarts.

 

Tout semblait apparemment préparé d’avance. À la suite de l’annonce de la création de la Super ligue européenne dissidente de la Ligue des champions organisée par l’UEFA, la banque américaine JP Morgan annonce officiellement être sur le coup pour financer l’opération. Son investissement sera compris entre 4 et 6 millions d’euros.

JP Morgan qui mise sur une explosion des revenus marketing, de la billetterie et des droits télé, entre autres, pour le retour sur investissement devra verser 350 millions d’euros qu’elle avait promis à chacun des 12 clubs européens dissidents à la base de la création de la Super Ligue. Dans sa phase de matérialisation, le nouveau projet devrait, selon les projections, générer trois plus de revenus que la traditionnelle Champions league (C1). Soit plus de six milliards d’euros par an, répartis entre les 20 clubs participants, contre les 2 milliards d’euros actuels de la C1 pour 32 équipes.

Il faut par ailleurs noter que rien n’est encore définitif car l’instance européenne du football, l’UEF, soutenue par la FIFA, a promis qu’elle mettra tout en œuvre pour empêcher la matérialisation d’un tel projet de dissidence qu’il faut le noter, pourrait bouleverser profondément le football mondial tant dans son organisation que dans sa philosophie managériale. C’est un combat de titan qui s’annonce…


José Mourinho n’est plus l’entraîneur de Tottenham. Ce lundi, les Spurs ont annoncé qu’ils se séparaient du « Special One » débarqué en novembre 2019 pour remplacer Mauricio Pochettino. Le Portugais quitte de nouveau un club sur un échec et voit sa cote en prendre encore un sérieux coup. Ryan Mason prend en charge l’équipe par intérim.

Un échec de plus qui commence à faire tâche. Arrivé en novembre 2019 pour reprendre les rênes d’un Tottenham en perte de vitesse depuis la finale de Ligue des champions, José Mourinho n’est déjà plus l’entraîneur des Spurs. Le club de Londres a officialisé ce lundi le départ du coach portugais avant la fin d’une saison ô combien pénible pour les coéquipiers d’Harry Kane. Le tout à six jours d’une finale de Carabao Cup qui pourrait sauver quelque peu leur année.

Malgré un début de saison prometteur, les Spurs ont fini par rentrer dans le rang. Septième à cinq points de la quatrième place qualificative, Tottenham semble avoir perdu la main dans cette course effrénée vers l’Europe. Dévitalisés et lessivés par le management du Portugais, les joueurs du club londonien semblent aussi avoir perdu leur envie habituelle. Fatigués également par la communication de leur entraîneur et le rejet du personnage par ses fans, les dirigeants de Tottenham ont décidé de couper court.

Pour Mourinho, c’est un nouveau désaveu anglais. Depuis 2015, le « Special One » s’est transformé en « Fired One », en étant mis dehors par Chelsea (décembre 2015), Manchester United (décembre 2018) et Tottenham (2021). Le tout sans trophée cette fois-ci, une première depuis son départ de Porto en 2004. Preuve que « l’ère Mourinho » touche définitivement à sa fin ? Avec lui, il ne faut jamais jurer de rien…

 

 

Le PSG a créé la surprise en s’imposant sur la pelouse du Bayern Munich en quarts de finale aller après un match fou (2-3). Auteur d’un doublé, Kylian Mbappé place Paris en ballottage favorable avant le match retour de la semaine prochaine.

La finale perdue en août contre le Bayern  en bonne voie d’être balayée. Le PSG version 2021, revanchard, continue de réécrire l’histoire du club, jusque-là marquée par ces moments de « lose » traumatisants. En Bavière, il a écrit un chapitre que ses supporters n’oublieront jamais. Chez une équipe qui n’avait plus perdu dans la compétition depuis 19 rencontres, sans leur milieu Marco Verratti (Covid-19), les hommes de Mauricio Pochettino ont réussi l’exploit qu’aucun club français n’avait réalisé à l’Allianz Arena depuis 2009.

 Le talent de ses individualités, Mbappé, Neymar et Keylor Navas, tous énormes, et une solidarité d’airain quand il fallu faire face aux incessantes poussées bavaroises. Déjà auteur d’un triplé au Camp Nou face au Barça (4-1), « Kyky » a récidivé avec deux buts (3e, 68e) qui portent la marque de ses progrès dans l’efficacité. « Ney », lui, a délivré deux passes décisives, pendant que le gardien costaricain a enchaîné les parades décisives, à dégoûter les attaquants munichois.

Le capitaine Marquinhos, auteur du but du 2-0 (28e), mérite également d’être cité, mais sa performance a été ternie par sa sortie sur blessure deux minutes plus tard. Après un tel résultat, ne pas voir les demi-finales serait vu comme un échec. Voire même plus: les quatre dernières fois que le Bayern a perdu chez lui en C1, c’était face au futur vainqueur (Real Madrid en 2014, 2017 et 2018, Liverpool en 2019). Mardi, au Parc des princes pour la manche retour, Munich devra marquer au moins deux fois, et sans son buteur star Robert Lewandowski, qui a assuré avant la rencontre qu’il ne serait pas remis à temps de sa blessure à un genou. Mais il faudra se méfier côté parisien, tant le match aller, animé, a livré de grandes surprises.

L’international polonais, interviewé par Sky Sport en Allemagne via Skype, a confirmé que le match retour de la semaine prochaine arrivera trop tôt pour lui.


Le face à Face entre le roi des arènes et son challenger du jour n’a finalement pas eu lieu. Des raisons de sécurité ont été évoquées par les organisateurs qui ont décidé d’y surseoir et l’événement a été finalement repoussé à une date ultérieure. Ce qui était évident, puisque la gendarmerie a dû s’employer pour essayer de maintenir l’ordre devant les locaux du Groupe D média qui devait abriter l’évènement.

Accompagnés par des supporters surexcités, Modou Lo et Ama Baldé n’ont même pas pu se voir .

Pour rappel, c’est le fils de Fallay Baldé qui a rallié en premier les lieux de la rencontre. Il y est arrivé bien avant son adversaire, Modou Lô. Agacé par la longue attente, il avait refusé de s’installer tant que son adversaire n’était pas sur les lieux. Le démarrage était prévu depuis 21h.

Jules Baldé, son frère, avait quitté la Salle, demandant à ses hommes de rentrer, puisqu’ayant trop attendu.

Ce premier duel verbal qui devait lancer le combat royal ne pouvait se tenir dans pareil circonstance. La tension entre les supporters des deux camps est montée devant les locaux de D Media malgré la présence des forces de l’ordre.

Pire, un individu a été poignardé dans le dos, a-t-on constaté. La gendarmerie est intervenue avec des lacrymogènes pour disperser la foule. Surtout que des jeunes en profitaient pour agresser des automobilistes sur la VDN.
Le promoteur Luc Nicolaï qui s’est rendu compte qu’il était impossible d’organiser cet événement dans ces conditions , a dû le renvoyer à une date ultérieure.

Une grosse déception pour pour ceux qui attendaient de voir les deux lutteurs engager les joutes verbales et tous les amateurs de lutte. Une déception également pour le promoteur Luc qui avait même prévu d’annoncer la date du combat lors du lancement, mais il faudra patienter.

Les Merengues prennent une belle option, grâce au doublé d’un Vinicius percutant et au cadeau d’Alexander-Arnold pour Asensio. Liverpool peut un peu y croire, grâce au but marqué par Salah en début de deuxième période, mais il faudra être meilleur que ce soir dans tous les secteurs.

Le Real et Liverpool, deux des plus grands clubs européens, se retrouvaient ce mardi à Madrid pour une confrontation en quart de finale aller de la Ligue des Champions. Un duel de titans qui a tourné à l’avantage des Merengue. Grâce notamment à un doublé de Vinicius, le Real Madrid s’est imposé (3-1) face à Liverpool en quart de finale aller de la Ligue des Champions.
L’équipe de Zinédine Zidane a su sortir un match avec plein de conviction et d’entrain et elle en a été récompensée par une victoire par deux buts d’écart (3-1). Vinicius Jr s’est chargé de matérialiser la bonne copie des siens en inscrivant un doublé.

Vinicius Jr s’est chargé de tout

Très souvent décrié pour son manque d’efficacité dans le dernier geste, le Brésilien a réussi à se montrer irréprochable dans ce domaine lors de ce grand rendez-vous continental. Il n’a pas eu une tonne d’opportunités aux avant-postes, mais les quelques-unes dont il a bénéficié, il les a mises à profit en réalisant à chaque fois le geste parfait.

 

En première période et alors que le score était encore vierge, le numéro 20 madrilène a signé un enchainement contrôle de la poitrine sur une passe lumineuse de 40 mètres de Toni Kroos et un tir limpide du droit (27e). Le tout en effaçant avec beaucoup d’aisance l’expérimentale charnière centrale adverse. Une action que n’aurait pas renié son coéquipier Karim Benzema. Cela faisait 1-0 et le Real prenait l’ascendant dans cette partie.

 

Sa seconde réalisation, l’ancien prodige de Flamengo l’a réussie à la 65e minute. Et c’était à un moment important car le Real était dans le dur après que les Reds aient réduit le score à 1-2 par l’intermédiaire de Mohamed Salah (51e). Servi latéralement par Luka Modric, le héros du jour a repris le cuir sans contrôle du plat du pied droit. La soudaineté du geste a surpris tout le monde, y compris Alisson, battu donc une nouvelle fois par son compatriote.

 

Un Liverpool longtemps inoffensif

 

Entre les deux buts de Vinicius Jr, Marco Asensio a aussi fait trembler les filets. L’international espagnol a confirmé son appétence pour les grands matches européens en exploitant une intervention manquée d’un défenseur adverse. D’un petit piqué du gauche, il a éliminé le gardien avant de pousser le cuir dans les filets (36e). C’était le but du break et il n’était pas volé pour le Real, largement souverain dans le jeu.

Les locaux ont été autant séduisants que les visiteurs n’ont été décevants. Durant la première période, les Anglais ne se sont d’ailleurs offert aucune frappe au but. Heureusement pour eux que le deuxième acte fut d’un autre acabit, sinon il n’y aurait déjà plus de suspense dans cette double confrontation. Avec la réalisation de Salah, ils ont le droit d’espérer pour le match retour à domicile. À Anfield, il faudra tout de même en faire beaucoup plus pour espérer renverser ce brillant Real.

 

Retrouvailles entre deux anciens vainqueurs de la Ligue des champions, le Real Madrid et Liverpool, ce mardi soir, en quart de finale de Ligue des champions. Coup d’envoi à 19h GMT.

Le onze de Liverpool: Jota préféré à Firmino

La compo de Liverpool: Alisson – Alexander-Arnold, Phillips, Kabak, Robertson – Naby Keita, Fabinho, Wijnaldum – Mané, Salah, Jota.

La compo du Real: Militao remplace Varane en défense

La compo du Real: Courtois – L.Vazquez, Militao, Nacho, Fer.Mendy – Modric, Casemiro, Kroos – Asensio, Benzema, Vinicius.

Quelques statistiques avant la rencontre

Contrairement à ce que véhiculent certains clichés, le Real Madrid est une équipe qui cherche à avoir le ballon, avec la troisième possession dans cette Ligue des champions. De manière plus étonnante, par rapport à la saison dernière, Liverpool a rencontré d’énormes difficultés en Premier League, tout en conservant des statistiques équivalentes en Ligue des champions, sauf dans les duels. Ainsi, les Reds disposent de la meilleure équipe sur les attaques directes (déployées depuis son camp jusqu’à la surface adverse en l’espace de 15 secondes, maximum), et de la 4e sur les contre-attaques.

Real Madrid-Liverpool, une finale avant l’heure ?

Depuis la saison 2013-2014 et la victoire du Real Madrid contre son voisin, l’Atlético, le club madrilène et Liverpool ont participé, à eux deux, à cinq des sept dernières finales disputées dans la compétition (4 pour le Real, 2 pour Liverpool). Les seules éditions qui leur ont échappé sont les finales 2014-2015 et la dernière en date, qui a opposé le Bayern Munich au Paris Saint-Germain, avec, à la clé, un succès allemand (1-0).

La 50e de Zinedine Zidane en C1

Zinedine Zidane, vainqueur de trois Ligue des champions d’affilée avec le Real Madrid, s’apprête à disputer son 50e match dans la compétition en tant qu’entraineur. Le technicien français a remporté 30 de ses 49 premières rencontres. Quoiqu’il arrive ce soir, contre Liverpool, Zidane ne pourra pas faire mieux que Jupp Heynckes, vainqueur de 32 de ses 50 premiers matches en Ligue des champions

C’est parti pour la revanche de la finale 2018

Jürgen Klopp et Zinedine Zidane ont beau l’avoir martelé depuis quelques jours, si ce n’est pas la revanche de la finale de la Ligue des champions 2018, ca y ressemble fortement. Un match qui avait laissé un goût amer aux supporters de liverpool, qui avaient vu leur attaquant star Mohamed Salah sortir sur blessure après un méchant tacle de Sergio Ramos, puis Loris Karius se trouer méchamment. Ce mardi soir, Karius n’est plus là bien sûr, mais Sergio Ramos non plus, ni même Raphaël Varane, contrôlé positif au covid quelques heures avant le match. Entre la défense expérimentale de Liverpool et celle du Real, il devrait y avoir des ouvertures. A suivre bien sûr ce soir, coup d’envoi à 19h.

Le fils de Boy Kairé bat le Thiessois Modou Anta en 7mn et 7 secondes.

En combat spécial du grand combat qui oppose Eumeu Sène à Lac de Guiers 2, Diene Diouf Kairé de l’écurie Soumbédioune faisait face à Modou Anta de Thiès.Et c’est le fils de la medina qui remporte la victoire. Diène Kairé qui a présenté  une grande forme physique a imposé sa force face à son adversaire  Modou Anta qui n’a pas pu contrer l’attaque du jeune de Soumbédioune.

Le tombeur de Baye Mandione lors de son dernier combat enregistre cette fois une défaite face à Diene Kairé qui impose de plus en plus son nom dans l’arène sénégalaise.

Voici la vidéo du combat

Ce dimanche 04 janvier 2021 l’arène nationale à vibrer car abritant deux combats choc celui de Diene Kairé contre Modou Anta. Et le grand Combat opposant Lac de Guiers 2 à Eumeu Séne.

Et si Lac de Guiers 2 a été désigné vainqueur par l’arbitre, les amateurs de lutte sont restés sur leur faim.

Privés  depuis juillet 2019 de lutte et de spectacles à cause de la pandémie du Covid 19  les amateurs s’attendaient à un corps à corps intense avec de la bagarre et de la lutte pure bien de chez en vue de ce que les lutteurs se sont dits et ont promis au public mais c’est sans compter sur l’inaction d’Eumeu Séne et la passivité de Lac 2. Les deux ont livré une prestation médiocre un spectacle de “lewato” sans fin un combat peu enthousiaste, sans rythme ni génie ni surprise, une prestation pleine de calculs au terme de laquelle la peur de perdre a primé sur l’audace de forcer le destin ou d’étonner les plus pessimistes convaincus d’un scénario écrit d’avance.

Au final, Lac de Guiers a été déclaré vainqueur après que l’arbitre ait jugé utile de donné un 4eme avertissement à Eumeu Séne à quelques secondes de la fin de cette rencontre contre 3 avertissements pour le puncheur du Wallo.