fbpx

SOCIETE

 

Le Comité de suivi de la mise en œuvre des opérations du Fonds de riposte et de solidarité contre les effets du Covid-19 (FORCE Covid-19) animera une visio-conférence de presse, mardi 27 juillet, de 10 h à 13h, indique un communiqué transmis à l’APS.

 

’’Le but de cette communication est d’apporter à l’opinion nationale et internationale toutes les informations qui pourraient leur permettre de se faire une claire opinion sur la mise en œuvre des opérations du FORCE Covid-19’’, explique le texte.

 

La même source ajoute que ’’par souci de transparence et pour renforcer l’information des populations, toutes les pièces justificatives des dépenses afférentes au fonds, feront l’objet d’une consultation citoyenne au siège du comité (…) du 28 juillet au 27 septembre 2021’’’.

 

Avant cette visio-conférence, le comité remettra, vendredi, son rapport d’activités au chef de l’Etat.

 

Le Fonds de riposte et de solidarité contre les effets du Covid-19 (FORCE Covid-19) a été créé par le président de la République pour appuyer des secteurs de l’économie touchés par la pandémie. 

 

Le chef de l’Etat avait par la suite mis en place un Comité de suivi de la mise en œuvre des opérations du Fonds de riposte et de solidarité contre les effets du Covid-19 (FORCE Covid-19), présidé par le Général François Ndiaye.

 

 

Le Comité de suivi de la mise en œuvre des opérations du « Force-Covid-19 » présidé par le Général François Ndiaye va rendre compte au président de la république Macky Sall et aux sénégalais sur les dépenses et paiements effectués avec les moyens du fond force Covid-19.

En effet le président Sall avait délivré un budget de 1000 milliards pour atténuer la détresse des sénégalais en cette période marquée  par des restrictions qui empiète sur l’économie.

Le Forum civil sera enfin servi. Birahim Seck coordonnateur dudit forum a lancé un appel depuis le mois de mars pour la « reddition des comptes qui est une exigences constitutionnelle ».

« Conformément à l’article 7 du décret n°2020-965 du 17 avril 2020, le Comité de suivi de la mise en œuvre des opérations du FORCE COVID-19, a le plaisir d’informer le grand public, les institutions et les partenaires, de la présentation du rapport final de ses activités à Son Excellence Monsieur le Président de la République, le jeudi 16 juillet 2021, à 11 heures au Palais de la République. A la suite de cette présentation, le Comité animera une visioconférence de presse dont la date et les modalités vous parviendront dans les meilleurs délais », informe le communiqué du Comité Force Covid-19..

Cela fait trois jours que les chauffeurs de bus TaTa n’ont pas pris le volant au grand désarroi des usagers. Pour  cause les transporteurs réclament une contractualisation de leur travail ils dénoncent également leurs difficiles conditions de travail, les licenciements abusifs dont ils font l’objet et le retard dans le versement de leurs salaires.

Finalement, les chauffeurs et les syndicats d’Aftu ont trouvé un terrain d’entente avec leurs responsables. Au terme de six tours d’horloge de discussions, les syndicalistes qui avaient décrété 48 heures de grève et paralysé le transport public dans la capitale ont décidé de lever leur mot d’ordre.

Ce 09 juillet 2021 à Paris, la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et la diaspora sénégalaise sont devenues des partenaires. Cheikh Ahmed Tidiane Ba, Directeur général de la CDC, et Dr Jaye Ceesay Krubally, Présidente du Collectif des Sénégalais de la diaspora, ont signé hier un mémorandum d’entente de partenariat. Selon un communiqué de la CDC, ce partenariat vise, entre autres, à développer le patrimoine des membres du Collectif des Sénégalais de la diaspora.

Notamment leurs biens immobiliers et leurs capitaux investis au Sénégal et dans le monde. Il consiste aussi à leur fournir les services et conseils dont ils ont besoin pour mieux s’intégrer et participer plus activement dans la vie économique nationale. Cela, tout en préparant un retour sécurisé à travers des produits tels que l’assurance-retraite et l’assurance rapatriement de corps. L’accord prévoit, par ailleurs, la mise en place d’un dispositif intégral d’accompagnement des initiatives économiques des membres du Collectif des Sénégalais de la diaspora, de l’identification des opportunités d’affaires à l’investissement.

Il y a également les procédures de création d’entreprises, l’élaboration du plan d’affaires, l’incubation et l’accélération de projets, la formation et le financement, entre autres. A travers ce mémorandum d’entente, la Caisse des dépôts et consignations et le Collectif des Sénégalais de la diaspora s’engagent à mettre en place un mécanisme de suivi et un comité de coordination. Ainsi, les deux parties s’engagent à échanger des informations utiles. Selon le communiqué, le partenariat sans contrepartie financière s’inscrit dans la droite ligne des missions d’intérêt général de la CDC, notamment dans le domaine du développement économique et social du Sénégal. Il illustre, également, l’option stratégique de renforcer les partenariats mutuellement bénéfiques avec des acteurs étatiques et non-étatiques en vue de la réalisation de son mandat.

Il était prévu que  les  bus AFTU (Association de Financement des Transports Urbains) seront à l’arrêt pour 48 heures, à partir de ce lundi, 12 juillet. L’association des chauffeurs et autres travailleurs du secteur des transports affiliés à l’AFTU veulent la satisfaction de leurs doléances relatives à leurs conditions de travail.

Leur préavis de grève introduit en juin dernier, ces travailleurs comptent passer à la vitesse supérieure, après l’expiration de celui-ci, pour l’ouverture de négociations. Faute de quoi, il est prévu la reconduction du mot d’ordre jusqu’à la satisfaction de leurs revendications.

« On travaille depuis 15 ans sans avancement. On avait fait des démarches pour avoir une rencontre avec les responsables, en vain. La seule solution actuellement, c’est d’aller en grève, lundi et mardi, pour réclamer la régularisation des chauffeurs de bus AFTU. Si rien n’est fait, une autre grève plus longue sera observée », prévient Souleymane Ndiaye, porte-parole des chauffeurs sur les ondes de la Rfm.

Cependant, leurs employeurs ont publié un communiqué pour démentir toute tenue de grève et précisent que toute la flotte de véhicules de AFTU sera mis à la disposition des clients.

« AFTU, en tant que regroupement de transporteurs, n’est en rien impliquée dans cette grève et ne la cautionne pas. Au contraire, l’AFTU a pour objectif principal d’assurer un service public de transport et de veiller en toute circonstance au bon déroulement et à la continuité de celui-ci », lit-on dans le communiqué rapporté par l’AS.

Ainsi, l’AFTU rassure les autorités étatiques ainsi que sa clientèle qu’elle veillera au bon déroulement de l’activité de transport. Ils demandent aux présidents et aux opérateurs des 14 GIE de veiller à ce qu’aucun véhicule de leur parc automobile ne soit immobilisé.

Ils sollicitent l’intervention des forces de défense et de sécurité pour assurer la sécurité du personnel et de son matériel. Et de mettre en garde contre toute tentative de saccage des véhicules. AFTU se dit ouverte au dialogue pour que ce mouvement d’humeur organisé par un groupe de travailleurs trouve une issue heureuse.

La mairie de Colobane a été éclaboussée par une retentissante affaire d’escroquerie qui vise l’adjoint au maire Babacar Diop.

En effet, le mis en cause sera fixé sur son sort ce 18 juillet prochain.

C’est le journal Libération qui donne l’information dans sa parution du jour. Le premier adjoint au maire de Colobane-Fass-Gueule Tapée est poursuivi pour escroquerie. Il serait allié avec le Secrétaire général des marchands de Colobane, pour escroquer des commerçants et des marchands ambulants. Et même s’il reconnaît avoir reçu de l’argent de la part des commerçants, Babacar Diop dit être victime d’un cabale politique.

Le journal Libération, qui a visité le Pv d’enquête de son dossier, livre un jet.  » De l’enquête effectuée, il ressort des auditions, constatations et analyse des pièces que les faits reprochés à Babacar Diop et Idrissa Fall sont constants et ne souffrent d’aucune contestation. En l’espèce, Babacar Diop et Idrissa Fall ont initié pour leur compte personnel, un projet de construction et de distributions de cantines se réfugiant injustement derrière la mairie. En effet, Babacar Diop a usé de son statut d’adjoint au maire pour mettre en œuvre son projet alors que son action n’était fondée sur aucune base légale. Il n’a produit aucun acte pouvant attester que les personnes des mains desquelles il a reçu l’argent disposent valablement de cantines au sein du marché’’.

D’après la source, le maire de Colobane-Fass-Gueule Tapée, Ousmane Ndoye, se lave les mains de ce dossier.

Le parquet de Pikine-Guédiawaye à reçu une affaire rocambolesque de pédophilie et d’inceste sur une mineure de 10 ans.

Le mis en cause se prénomme Ibrahima Touré, âgé de 30 ans, marié et sans enfants, l’homme est accusé d’avoir transformé sa nièce de dix ans en objet sexuel. Il a été déféré le 5 juillet dernier.

D’après le récit de Libération, il a été cueilli par les gendarmes de Keur Massar, au quartier Aladji Pathé, avant d’être placé en garde-à-vue.

Les faits se sont déroulés ainsi, A. Samb, la mère de la victime conduisait sa fille, N. D. T., élève en classe de CE1, à l’école. Mais, en cours de route, la maman est interpellée par une de ses voisines, lui demandant de lui prêter un tamis. Sur ces entrefaites, A. Samb a commissionné à sa fille de retourner à la maison récupérer l’objet demandé, tout en échangeant avec sa copine.

Une fois, à la maison, N. D. T.  La victime a croisé son oncle paternel , qui la conduit directement dans la chambre de sa mère, tentant d’abuser d’elle après lui avoir remis 100 F CFA. C’est au moment de passer à l’acte qu’A. Samb, revenue à la maison entre temps, a surpris son beau-frère, tout nu, en flagrant délit alors que sa fille n’avait plus sa culotte.

Touré a prétendu qu’il avait égaré sa serviette mais sa victime présumée a raconté son calvaire aux gendarmes.Selon Libération qui donne la nouvelle, la victime était sous l’autorité de son bourreau dans la concession familiale car celui-ci est le frère germain de son père. Ainsi l’oncle aurait abusé de sa propre nièce à plusieurs reprises.

En effet, le certificat établi par le médecin gynécologue obstétricien du district de Keur Massar a évoqué une « défloration hyménale ancienne emportant presque la moitié de la surface de l’hymen ».

Face aux enquêteurs, la victime présumée révèle : «Il abusait de moi sans cesse. Je ne sais plus le nombre de fois. Comme mon père est à l’étranger, il disait que je suis sous son autorité dans la maison familiale. Il m’a promis 100 F CFA avant d’enlever ma culotte. Chaque fois qu’il abusait de moi, il menaçait de me tabasser si je racontais ça à quelqu’un».


Le dispositif de pompage des eaux de pluies est désormais ’’opérationnel’’ à Keur Massar et tous ses « points critiques’’ sont entièrement équipés, a assuré, jeudi, le ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des Territoires, Oumar Guèye.

« Nous pouvons dire que le dispositif de pompage est opérationnel et là, c’est un record, c’est vraiment une performance qu’il faudrait saluer », a déclaré le porte-parole du gouvernement.

 

Il s’exprimait à l’issue d’une visite des travaux de construction des ouvrages de lutte contre les inondations dans le département de Keur Massar et environ (banlieue de Dakar).

 

Ces ouvrages selon lui très avancés, s’inscrivent dans la phase 2 d’urgence du Projet de gestion des eaux pluviales et d’adaptation au changement climatique (PROGEP).

 

« Nous avons visité tous les sites sans exception. Nous pouvons dire sans peur de nous tromper que tous les points critiques sont à l’heure actuelle tous équipés et quasiment opérationnels. Je dis quasiment simplement parce qu’il y a quelques coffrets à installer et ça va l’être dans les trois, quatre jours à venir », a-t-il indiqué.

 

M. Guèye a longuement salué le travail des sapeurs-pompiers et des entreprises engagées, de même que la contribution de l’administration territoriale et des élus de cette partie de la banlieue de Dakar.

 

Il a réitéré la volonté des pouvoirs publics de protéger les populations des inondations avec l’aboutissement des chantiers engagés.

artoff19520.jpg

Après l’intensification des activités opérationnelles ordonnée par le Général de Division Moussa Fall, Haut commandant de la Gendarmerie, notamment en matière de lutte contre la criminalité organisée et la délinquance économique et financière en particulier, une nouvelle saisie impressionnante de faux billets a été effectuée hier par la Gendarmerie de Keur Massar. Le montant total est estimé à 479.200.000.

Le  montant du butin estimé à 475 millions F CFA en faux billets est repartit ainsi, 419 millions en fausses coupures de 100 euros et 32 millions en faux billets de 10 000 F CFA, du mercure et 11 millions en billets noirs ont été saisis par les gendarmes de la localité. L’adjudant-major Abdoul Aziz Kandji et ses hommes ont réussi à infiltrer le réseau mafieux, en passant une commande auprès des faussaires présumés.

Selon un communiqué de la division de la Communication et des Relations publiques de la Gendarmerie, c’est à la suite d’un rendez-vous pour procéder à l’échange de vrais billets contre des faux en montant supérieur que les faussaires ont été mis hors d’état de nuire. Le dispositif de planque mis en place conduira à l’arrestation de quatre individus, dont le présumé cerveau de la bande.

Les mis en cause, en garde-à-vue, passent aux aveux et conduisent les pandores à leur domicile où, suite à une perquisition, deux malles contenant des faux billets de banque seront retrouvées. Un véhicule a été également immobilisé, dans le cadre de l’opération.

Ils sont poursuivis pour association de malfaiteurs, escroquerie et contrefaçon de signes monétaires, entre autres.

Arrêté dans la soirée d’hier  par la Brigade de recherches de la Gendarmerie de Fedherb suite à une plainte de la 2Stv qui accuse la Tfm de vol de fréquences et de fraude, Ndiaga Ndour directeur de la télévision future media est arrivé  dans la cave du Palais de Justice.
Il a été déféré devant le procureur. Ainsi le parquet devra statuer sur son sort dans les prochaines heures, renseigne Libération Online.

Pour rappel, d’après les premières informations, la Tfm aurait volé les fréquences de plusieurs directs, dont les plus flagrants sont l’inauguration de l’autoroute Ila Touba, le concert de l’artiste-chanteuse Titi, le direct du récital de Coran avec Senico, le brouillage du Gamou de Shérif Mamina Aïdara et de Tafsir Abdourahmane Gaye, le jour même de la Korité, événement qui a été piraté et bloqué pendant une quinzaine de minutes.

D’après Eutelsat, ces retransmissions de la Tfm ont impacté le service d’Origines SA (propriétaire de la 2STV) sur le répéteur BW03. Ce, en rendant inexploitable ses capacités de transmissions attribuées au terme d’un contrat entre Origines SA et Eutelsat, signé le 15 février 2017.