fbpx

SOCIETE


La coordination des musulmans du Sénégal célébre ce mardi l’Aid el Kébir ou tabaski dans un contexte de propagation à grande échelle du nouveau coronavirus sous l’effet du variant Delta.

La grande majorité des Sénégalais va célébrer l’Aïd, mercredi, à l’appel de la Commission nationale de concertation sur le croissant lunaire (officielle).

L’Aid el-Kebir ou Aid al-Adha, une des deux grandes fêtes musulmanes, est célébrée le dixième jour de Dhul-Hijjah, le dernier mois du calendrier hegirien. 

Elle est marquée par le sacrifie d’un mouton pour commémorer la soumission du Prophète Ibrahim a Dieu. Selon la tradition musulmane, Ibrahim, avait reçu dans ses rêves l’ordre divin de sacrifier son fils Ismaël. 

Mais au moment d’immoler l’enfant, l’Ange Djibril le remplaça par un bélier. L’attitude de Ibrahim en fut un modèle a suivre pour les croyants.

A cause de la propagation à grande échelle de la Covid-19, la Mosquée omarienne, et plusieurs lieux de culte ont annulé le rituel de la grande prière de la tabaski.

A la mosquée Massalikoul jinane, à Dakar, ’’le port obligatoire de masque, la natte individuelle, l’utilisation du gel hydroalcoolique et la distanciation physique sont strictement recommandés’’ lors de la grande prière prévue, mercredi.

Dans son édition de ce mardi, Sud Quotidien parle de ’’tabaski à double vitesse’’. 

’’La communauté musulmane du Sénégal célèbre encore la fête de la tabaski en rangs dispersés. Et pour cause, alors qu’une partie de la communauté commémore le sacrifice d’Abraham ce mardi, au lendemain de la station d’Arafat, avec l’Arabie Saoudite, la grande majorité a pris date pour demain, mercredi’’, écrit la publication.

Dans ce contexte de célébration de la tabaski sur fond de pandémie, Le Quotidien s’exclame à la Une : ’’faites du sacrifice’’. Une invite du journal pour ’’appeler les fidèles à redoubler de vigilance et d’efforts afin d’éviter de chopper le virus, face aux assauts meurtriers du variant Delta’’.

La société de transport public Dakar Dem Dikk a annoncé la suspension de ses dessertes interurbaines depuis ce samedi à minuit, en raison de la recrudescence des contaminations au coronavirus.

 ’’En raison de la situation sanitaire liée à la Covid-19 et sur la base d’informations dont elle dispose, la société Dakar Dem Dikk a le regret d’informer ses usagers qu’elle se trouve dans l’obligation de suspendre les déplacements interurbains à partir de ce samedi à 00h’’, informe la société dans un communiqué.

’’Vu l’affluence attendue à partir de demain dimanche 18 juillet 2021 et bien qu’ayant pris, au préalable, toutes les mesures pour le respect des gestes barrières et assurer un encadrement des voyageurs au terminus de Dieuppeul, Dakar Dem Dikk ne peut prendre le risque de propager le virus de la Covid-19’’.

La société s’est engagée à ’’rembourser intégralement tous ceux qui avaient déjà payé leurs tickets de voyage’’.

S. Diatta, ne passera pas la fête de tabaski avec ses proches. En effet L’agent du ministère de la Santé et de l’Action sociale réside désormais en milieu carcéral pour trafic de drogue.

Domicilié à la Cité des magistrats, il a été arrêté en possession de 27 cornets de chanvre indien, rapporte L’Observateur.

Jugé, il a reconnu les faits, soutenant qu’il s’active dans le milieu interlope. Il est condamné à 6 mois de prison ferme.

Ce week-end, un tragique incident c’est produit à Thies.
En effet, Un père de famille prénommé Guéda Diallo, âgé de 74 ans, a été brutal égorgé par son fils, M. M. Diallo. Le mis en cause a commis son forfait tard la nuit et s’est servi d’un couteau pour commettre son acte.

Ainsi d’après le journal  L’Observateur qui donne l’information ce lundi, le Le fils qui a commis le parricide serait un drogué et ne jouirait pas de toutes ses facultés mentales. Il aurait attendu que toute la famille dorme pour tuer son père qui était assis sur une chaise pliante dans la cour de la maison.

Il a pris la fuite après son acte odieux. Il est activement recherché, rapporte la même source.

Le khalife général des tidianes, Serigne Babacar Sy Mansour, se met au front pour combattre une troisième vague de Covid-19 et la propagation du virus. Le guide religieux invite les Sénégalais à respecter « rigoureusement » toutes les recommandations des services sanitaires, a formulé de nouvelles recommandations pour venir à bout du coronavirus qui continue d’étendre ses tentacules à l’intérieur du pays.

A travers une note largement relayée, le digne héritier du trône de Maodo a appelé les Sénégalais à des unions de prières, demandant ainsi à chaque chef de famille de donner, en guise d’aumône, un kilogramme de riz, un kilogramme de sucre et un litre d’huile aux nécessiteux. En plus de formuler des prières.

Ainsi, « après ablution, faire deux Rakkas. Au salut final, nourrir l’intention sincère d’un repenti. Réciter : 111 Astaghfiroulah, 111 Salatoul Ala Nabi, 111 Ya Kaafi, 903 Ya Latifou, 65 Hasbounalahou wa nihmal wakilou, 1 Sourate Al Ikhlass, 1 Sourate Al Falaq, 1 Sourate An Nassi et Salatoul Alal Nabi ». 


Le Syndicat national des techniciens et travailleurs de l’agriculture du Sénégal (SYNTTAS) compte tenir une assemblée générale ce lundi, à 10 heures, informe l’APS.

La rencontre, qui sera suivie d’une grève de la faim, se tiendra au siège du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural, à Diamniadio. L’occasion sera saisie par les syndicalistes pour décréter 10jours de grève.

 Ces décisions ont été annoncées à l’issue d’une rencontre du bureau du SYNTTAS, qui s’est tenue ce dimanche.

 


Une mafia a été débusquée au coeur de l’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD), avec un trafic de migrants et de confection de faux documents de voyage, selon la titraille de Libération de ce lundi 19 juillet 2021.

Issac Thomas Ndiaye, contrôleur de documents à Air Sénégal, a été arrêté selon le journal et il n’est pas le seul à tomber. Le brigadier de police Samba Diop était aussi dans le coup de ce vaste trafic qui n’a pas encore livré tous ses secrets.

A en croire le récit du journal Libération , chaque candidat payait sept mille (7000) euros, soit 4578704,56 Fcfa . Ces chiffres proviennent des aveux du présumé cerveau Antoine Khouma Diène.

Cent deux (102) passeports dont des diplomatiques saisis par la gendarmerie des transports aériens qui a fait tomber le réseau.

Comme à l’accoutumée en prélude des grandes religieuses ou nationales le président de la République, Macky Sall, a gracié des détenues tel que la constitution le lui accorde.
À l’occasion de la fête de tabaski qui sera célébrée au Sénégal ce mercredi, ils sont 450 détenus à bénéficier de la grâce présidentielle, annonce un communiqué du ministère de la Justice.
Les anciens prisonniers qui jouissent de cet avantage  sont des personnes ‘’définitivement condamnées pour des infractions diverses’’ et qui avaient été ‘’incarcérées dans les différents établissements pénitentiaires du Sénégal’’.
‘’Les condamnés ayant bénéficié de cette mesure de clémence sont des délinquants primaires, des détenus présentant des gages de resocialisation ou âgés de plus de soixante-cinq (65) ans, des individus gravement malades et des mineurs’’, ajoute le communiqué.

Le coordonnateur du mouvement Frapp France dégage s’est fait arrêter par les forces de l’ordre devant les locaux du ministère de la Justice.

D’après nos confrère de seneweb l’activiste n’avait  pas obtenu l’autorisation de marche. Par ailleurs il semblerait que ce dernier s’est présenté au ministère de la justice pour le dépôt d’une lettre. C’est qui paraît être une formalité anodine mais au vu du nombre de personnes qui l’ont escorté il a été finalement interpellé.

En effet, Guy Marius Sagna, était en compagnie des familles des 6 individus placés sous mandat de dépôt depuis 2018 dans l’affaire de la saisie record de drogue, voulait déposer une lettre.

Ainsi, les manifestants comptaient dire non « aux longues détentions, libertés provisoires et aux contrôles judiciaires à géométrie variable, à l’insécurité juridique de tous les citoyens et aux libertés provisoires pour Vieux Diop, Babacar Diop, Mamadou Niang, Seydina Mohamed Ndiaye, Dioula Sow, Alioune Badara Coly ».

Le nombre de décès par overdose aux États-Unis a grimpé en flèche pour atteindre le chiffre record de 93 000 l’an dernier, en pleine pandémie de COVID-19, a indiqué mercredi le gouvernement fédéral.

Cette estimation éclipse de loin le pic d’environ 72 000 décès par overdose atteint l’année précédente et représente une augmentation de 29 %. »Il s’agit d’une perte stupéfiante de vies humaines », a déclaré Brandon Marshall, un chercheur en santé publique de l’Université Brown qui suit les tendances en matière d’overdose.

Le CDC a indiqué qu’en 2020, les surdoses de drogue ont augmenté dans tous les États sauf deux, le New Hampshire et le Dakota du Sud.

Le nombre de surdoses au Kentucky a augmenté de 54 % l’an dernier pour atteindre plus de 2 100, contre moins de 1 400 l’année précédente. Des augmentations importantes ont également été enregistrées en Caroline du Sud, en Virginie occidentale et en Californie. Le Vermont a connu la plus forte hausse, d’environ 58 %, mais des chiffres plus faibles – 118 à 186.

Le pays était déjà aux prises avec sa pire épidémie d’overdoses, mais il est clair que « le COVID a considérablement exacerbé la crise », a ajouté Brandon Marshall.

Les fermetures et autres restrictions liées à la pandémie ont isolé les toxicomanes et rendu les traitements plus difficiles à obtenir, selon les experts.

Si les analgésiques délivrés sur ordonnance étaient autrefois à l’origine de l’épidémie d’overdoses dans le pays, ils ont été supplantés ces dernières années d’abord par l’héroïne, puis par le fentanyl, un opioïde dangereusement puissant. Le fentanyl a été mis au point pour traiter les douleurs intenses provoquées par des affections telles que le cancer, mais il est de plus en plus souvent vendu illégalement et mélangé à d’autres drogues.

« Le véritable moteur de l’augmentation des overdoses est cet approvisionnement en médicaments de plus en plus empoisonné », a déclaré Shannon Monnat, professeur associé de sociologie à l’université de Syracuse, qui étudie les tendances géographiques des overdoses. « La quasi-totalité de cette augmentation est une contamination par le fentanyl d’une manière ou d’une autre. L’héroïne est contaminée. La cocaïne est contaminée. La méthamphétamine est contaminée », a-t-elle ajouté.

Le fentanyl était impliqué dans plus de 60% des décès par overdose l’an dernier, selon les données du CDC.

Rien ne prouve actuellement que davantage d’Américains ont commencé à consommer des drogues l’année dernière, a déclaré M. Monnat. Il est plutôt probable que l’augmentation du nombre de décès concerne des personnes qui luttaient déjà contre la dépendance.

Les décès par overdose ne sont qu’une facette de ce qui a été globalement l’année la plus meurtrière de l’histoire des États-Unis. Avec environ 378 000 décès attribués au COVID-19, la nation a connu plus de 3,3 millions de décès.

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies ont examiné les certificats de décès afin d’estimer le nombre de décès par overdose en 2020. L’estimation de plus de 93 000 décès correspond à une moyenne de plus de 250 décès par jour, soit environ 11 décès par heure.

La cité Bevédère située à Dalifort s’est réveillé dans une consternation totale.

En effet dans la nuit d’hier vers les coups de 04h du matin, le toi d’un immeuble qui abrité une fillette âgée de 11 ans et ses deux parents s’est effondré sur la petite famille. Les victimes n’ont pas survécu à cette tragédie.

Toute fois, il faut notifier que le toit de leur maison, était dans un état de délabrement très avancé.

En réaction à cet incident,  le préfet de Pikine annonce une démolition prochaine de tous les bâtiments menaçant ruine dans son département.