fbpx

COMMUNAUTE

Présents dans la salle d’audience, les parents d’Hiba Thiam n’ont pas été entendus lors de l’interrogatoire. Ils ont laissé les choses entre les mains de leurs avocats en l’occurrence maitres François Sarr et Seydou Diagne. Ce dernier a ouvert le bal des plaidoiries.

Dès l’entame de son propos, il a relevé, pour le regretter, que les morts sont toujours les perdants mais, pense-t-il, nous sommes dans une République et il y a une chose que la justice ne peut pas accepter.

« Chacune des infractions pour lesquelles ces personnes ont été renvoyées est suffisamment caractérisée », a fait savoir l’avocat qui demeure convaincu que Dame Amar, l’auteur principal des faits, a concocté et organisé sa défense sur un système de dénégation, donc de mensonges.

« HIBA THIAM, UNE VICTIME DE DAMAMAR »

Selon l’avocat, l’exploitation des données WhatsApp et téléphoniques ont tout révélé. « Il y a eu suffisamment de charges qui corroborent les infractions et nous voulons que leur déclaration de culpabilité soit prononcée. S’agissant de la réparation, quel que soit le pouvoir de la justice, nous sommes tous impuissants devant la loi et une vie humaine n’est jamais réparable. La fille était jeune, très jeune. Elle était une machine intellectuelle et son CV le prouve. C’était une fille d’une bonne famille. Elle est d’une éducation religieuse très profonde. Elle a été une victime naïve de Dame Amar », a déclaré Me Seydou Diagne. Compte tenu de l’atrocité, de la souffrance physique, intellectuelle et morale, la famille demande, d’après Me Diagne, une réparation d’un milliard de francs CFA.

Abondant dans le même sens, Me François Sarr pense que si on était allé plus loin on pourrait comprendre ce que Louty Ba disait à savoir que c’est Dame Amar qui est à l’origine de ce drame. D’après l’avocat, les prévenus n’ont pas appelé les secours parce que lorsqu’il y a eu ce malaise, ils pensaient à leurs intérêts propres. Ils ne voulaient pas dénoncer Dame Amar qui était avec sa copine dans un appartement alors que son épouse l’attendait à la maison. « Ils ont voulu sauver le mariage de Dame Amar alors qu’ils avaient tous l’obligation d’appeler les secours », a plaidé Me François Sarr qui pense que le premier acte qui est contestable dans cette affaire c’est l’appel qui a été effectué à 7 heures du matin.

Selon lui, les déclarations des prévenus devant le prétoire ne sont pas crédibles. Ces déclarations, persiste l’avocat, sont même injurieuses envers la victime. Les avocats de la défense sont revenus également sur les témoignages qui ont été faits sur Hiba Thiam. Elle était, selon les témoignages lus par Me François Sarr une fille rayonnante de joie, ambitieuse et qui se battait pour réussir. Elle était une personne qui sait aimer et qui sait donner. Elle a emporté beaucoup de mystères avec elle, selon la robe noire, qui demande que justice soit faite dans cette affaire.

 

Des cas de fraudes découverts dans l’armée ! C’est la Direction de l’Information et des Relations publiques des Armées qui donne l’information dans un communiqué de presse. Des bénéficiaires de pension invalides sont accusés de fraude sur les bons médicaux et pharmaceutiques. Et la rigueur du contrôle mené par la direction des services de santé et de l’intendance ont permis une baisse notoire de la facture mensuelle des ordonnances qui passe de 900 millions de francs CFA à 200 millions de francs CFA, soit une baisse notoire de 700 millions de francs CFA.

En effet, selon le communiqué, c’est suite à des vérifications opérées sur les états des bons pharmaceutiques du mois de septembre 2020 que des retraits de médicaments dans les pharmacies différentes, sur la même période, pour des bénéficiaires, ont été constatés. Et les résultats ont démontré que des carnets en doublons sont détenus par des pensionnés qui les utilisent pour des perceptions indues auprès de pharmacies agréées. Ainsi, informe-t-on, après identification des pensionnés et pharmacies concernées, la direction du service de la santé a demandé aux médecins de ne plus leur prescrire et aux pharmacies agréées de ne plus leur délivrer de médicaments. Après la découverte de ces actes de fraudes qui portent sur des millions de francs CFA, l’armée compte punir les mis en cause. Ce, parce que les Armées se réservent le droit de mettre en cause la responsabilité des auteurs de ces pratiques frauduleuses. Mais, pour l’instant, renseigne le communiqué : « une étude a été commanditée au plan interne pour sécuriser davantage le système de gestion des carnets de bons ».

Relogement au Lac Rose des impactés de Tivaouane Peulh : Macky demande l’accélération de l’affectation des 20 hectares

Le relogement, au Pôle urbain du Lac Rose, des 1796 familles impactées de Tivaouane Peulh était à l’ordre du jour de la réunion d’accélération de la réalisation du pôle urbain de Lac Rose, présidée ce vendredi par le président Macky Sall.

Le chef de l’Etat a, en effet, demandé l’accélération de l’affectation des 20 hectares destinés à leur relogement au pôle du Lac Rose. Une bonne nouvelle que ces familles attendaient depuis 2017 après la démolition de leurs habitations.

« Accélérez l’affectation des 20 hectares d’une part pour les impactés de Tivaouane Peulh identifiés et le gouverneur a eu à diriger toutes ses rencontres. Et ceux qui ont été délocalisés du site de la Sipres vers le pôle du Lac Rose », a-t-il instruit aux différents services chargés de la réalisation du pôle urbain.

« Tout comme une solution sera trouvée dès la semaine prochaine pour les terres que l’Etat avait prises avec la Socabec pour construire la Cité Tawfekh Yakaar. Cela fera l’objet d’une réunion spéciale », promet Macky Sall.

  • Sous mandat de dépôt, «10 000 problèmes» jugé mardi

Le rappeur Mouhamed Fall alias «10 000 problèmes» a été placé, hier vendredi, sous mandat de dépôt.

Arrêté mercredi dernier pour violation du couvre-feu, il sera jugé mardi prochain à l’audience des flagrants délits du Tribunal de grande instance de Dakar.

Selon le quotidien national Le Soleil, il sera jugé en même temps qu’une trentaine de jeunes de la Médina qui manifestaient contre le couvre-feu.

Ils sont poursuivis pour trouble à l’ordre public, incitation à la violence et participation à une manifestation illégale.

On ne le dira jamais assez. L’année 2020 a été marquée à jamais par la pandémie de Covid-19 avec son lot de dégâts. Le Coronavirus a été la principale cause des décès de nos illustres personnalités. Pape Diouf, Mansour Kama, Bamba Ndiaye, Babacar Touré… ou récemment, la députée Marie Louise Diouf, ont tous été tous brutalement arrachés à notre affection. Mais, la liste est non exhaustive. D’autres, sont également partis de cause…naturelle. Récit macabre !

PAPE DIOUF, ANCIEN PRÉSIDENT DE L’OM

L’histoire retiendra que le Sénégal a enregistré son premier décès lié au coronavirus : Pape Diouf. Nous sommes le 31 mars. Cette disparition de l’ancien président de l’Olympique de Marseille avait plongé le monde sportif dans l’émoi.

De Pape Diouf, les Sénégalais retiennent un homme qui a su se frayer un chemin dans un univers où peu d’Africains ont réussi. Il était considéré par la jeunesse sénégalaise comme une « référence », car, il est parti de peu pour « atteindre les sommets ».


SERIGNE PAPE MALICK SY, PORTE-PAROLE DE LA FAMILLE SY

Jeudi 25 juin, le Sénégal s’était réveillé dans la tristesse. Le porte-parole du khalife général des Tidianes, Serigne Pape Malick Sy, n’est plus. J

Très jovial et éloquent, Serigne Pape Malick Sy était dépeint comme un marabout très cultivé avec une maitrise parfaite de l’histoire politique du Sénégal.

Il fut porte-parole de la famille Sy à Tivaouane suite au décès de Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine en 2017. Serigne Pape Malick Sy était le fils cadet de Serigne Babacar Sy, 1er khalife de Maodo.

MOUHAMADOU BAMBA NDIAYE, ANCIEN MINISTRE

Mouhamadou Bamba Ndiaye, ancien ministre conseiller chargé des Affaires religieuses sous la présidence de Me Abdoulaye Wade, est décédé le 3 juillet.

Arabisant, Bamba Ndiaye était aussi connu dans le secteur la presse,pour avoir été rédacteur en chef de Finances News Hebdo. Très belle plume, M. Ndiaye avait aussi dirigé le journal Messager.

BABACAR TOURÉ, FONDATEUR DU GROUPE SUD COMMUNICATION

L’annonce du décès de Babacar Touré, le 26 juillet passé, avait sonné comme un glas. Le monde de la presse sénégalaise venait de perdre une vraie icône. Journaliste chevronné et pionnier dans l’entreprise de presse et la formation des journalistes, homme de consensus et de dialogue, Touré aura été de tous les combats pour la liberté et la démocratie. La Maison de presse porte désormais son nom.

MANSOUR KAMA, BOSS DU CNES

On ne peut parler du secteur privé sénégalais sans Mansour Kama. Il a consacré sa vie pour un secteur privé fort et performant. Président de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (Cnes), Kama a aussi été le président du Conseil d’administration de la défunte Sénégalaise des Eaux (SDE).

Il a également assuré de 2014 à 2018 la présidence du Secteur privé pour l’Éducation (FSPE), et dirigé le collège des Directeurs de la Banque régionale de marché (BRM). C’est le dimanche 2 août 2020 qu’il a rendu l’âme à Dakar.

CHEIKH AHMED TIDIANE NIASS, KHALIFE DE MÉDINA BAYE

C’est à l’âge de 88 ans que Cheikh Ahmed Tidiane Ibrahima Niass, le khalife général de Médina Baye, est décédé. C’était le 3 août, à Dakar, à l’hôpital Idrissa Pouye de Grand Yoff. Le patriarche de Médina Baye est décédé des suites d’une courte maladie.

Cheikh Ahmad Tidiane Ibrahima Niass, surnommé « Papa Cheikh » par les disciples, était le quatrième khalife de cette cité musulmane où vivent de nombreux fidèles de la tidjaniya, à Kaolack.


PR IBA DER THIAM, ANCIEN MINISTRE

« L’histoire fut le fil conducteur de sa vie ». Il s’agit bien du Professeur Iba Der Thiam qui s’est éteint le 31 octobre, à l’âge de 83 ans.

Le Sénégal lui doit la ’’révision générale de son histoire’’, un projet du président de la République, Macky Sall.

Déjà, en 1985, alors qu’il était ministre de l’Education nationale en charge de l’Enseignement supérieur, Pr Thiam cumulait ses fonctions avec celles de secrétaire général de l’Association panafricain des historiens et vice-président de l’Association sénégalaise des professeurs d’histoire et de géographie.

BALLA GAYE 1, PARRAIN DU ROI DES ARÈNES

Le mentor et coach de Balla Gaye 2, a été rappelé à Dieu le 15 novembre. Avant sa disparition, il était alité depuis des mois l’obligeant à diminuer ses sorties médiatiques.


PAPA BOUBA DIOP, ANCIEN INTERNATIONAL SÉNÉGALAIS

Dimanche 29 novembre, le monde sportif subissait un nouveau choc avec le décès de Papa Bouba Diop. L’ancien international, âgé de 42 ans, avait finalement succombé des suites de sa longue maladie de Charcot.

De lui, les Sénégalais retiennent particulièrement le but marqué en match d’ouverture de la Coupe du monde 2002, contre l’équipe championne du monde, la France. À sa mort, le chef de l’Etat lui a rendu un vibrant hommage. « La mort de Pape Bouba Diop constitue une perte énorme pour sa famille et pour le sport », a déclaré le président Macky Sall lors de l’hommage national qui lui a été rendu. « Nous avons tous en mémoire ce fameux but, après une course époustouflante, Pape Bouba Diop marqua le tout premier but de l’histoire du Sénégal en Coupe du Monde de football. Face aux champions du monde en titre, Pape Bouba et ses coéquipiers nous offrirent ainsi la victoire qui plaça pour la postérité notre pays sur la planète football », avait salué Macky Sall.


MARIE LOUISE DIOUF, DÉPUTÉE

L’épidémie de Coronavirus a fait ses dégâts à l’Assemblée nationale. La députée Marie-Louise Diouf, infectée avait fini par être terrassée, le 9 décembre, alors que l’institution était en pleine session.

Membre du groupe parlementaire majoritaire Benno Bokk Yaakaar (BBY), Marie Louise Diouf avait été élue sur la liste nationale de la coalition du même nom. Elle militait à Grand-Yoff, à Dakar.

AMADOU BÉCAYE DIOP, MAIRE DE ROSS BÉTHIO

Le maire de la commune de Ross-Béthio, Amadou Bécaye Diop, est décédé dimanche 13 décembre. Le défunt maire était dépeint par ses proches comme ’’un homme social, généreux, humble et qui a servi les populations de Ross-Béthio, avec engagement et détermination’’. C’est lui-même qui avait annoncé à ses proches collaborateurs sa contamination au coronavirus.

GOLBERT DIAGNE, DOMOU NDAR

El Hadji Alioune Badara Diagne Golbert a rendu l’âme, vendredi 6 juin 2020, à l’hôpital régional de Saint-Louis. Sa disparition avait plongé tout Saint-Louis, le Sénégal en général, dans l’émoi et la consternation. L’homme est bien connu et s’est illustré dans le milieu de la culture, particulièrement, l’art dramatique. Avec son décès, le Sénégal a perdu un de ses plus illustres fils. Saint-Louis aussi venait de perdre son emblème, son plus grand défenseur, son deuxième totem, son ambassadeur plénipotentiaire, bref son ange gardien.

ALIOU DIASSÉ, TECHNICIEN À EMEDIA

Lundi 4 mai 2020, le groupe Emedia-Invest perdait l’un de ses plus grands techniciens radio, Aliou Diassé. Brillant et discret, il est parti sur la pointe des pieds après une longue maladie.

SEYDA MARIAMA NIASS, « LA MÈRE DE TOUS »

Seyda Mariama Niass, la fille de Baye Niass a été rappelée à Dieu à son domicile à Mermoz, le 26 décembre 2020. Née en 1932 à Kossi, un village situé à une dizaine de kilomètres de Kaolack, Seyda Mariama Niass s’est très tôt distinguée par son attachement au Coran, comme le souhaitait son père El Hadj Ibrahima Niass Baye. Elle avait créé le complexe Cheikh Al Islam, El Hadj Ibrahima Niass de la Patte d’Oie dédié à l’enseignement général.


IDRISSA DIALLO, PIONNIER DE LA COALITION TAXAWU SENEGAL

Idrissa Diallo, maire de Dalifort, 61 ans, est décédé, lundi 28 décembre 2020, des suites d’une maladie. Proche de Khalifa Sall, l’ancien député était aussi le président du Collectif des familles des victimes du Joola. Sa disparition aura surpris comme l’est la fin tragique de ses 3 enfants emportés par le sinistre naufrage du bateau « Le Joola », le 26 septembre 2020. Le défunt maire de la commune de Dalifort aura marqué la scène politique de son empreinte. Avec sa disparition, la coalition Taxawu Sénégal, perd l’un de ses plus féroces défenseurs.


GÉNÉRAL MAMADOU NIANG, ANCIEN MINISTRE DE L’INTÉRIEUR

Ancien ministre de l’Intérieur du Sénégal, de 2000 à 2003, Général Mamadou Niang est décédé le lundi 28 décembre 2020 à l’hôpital Principal de Dakar, des suites de maladie. Après son passage à la Place Washington, le Général Niang avait été nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Sénégal au Brésil, puis en Grande-Bretagne. Dernièrement, il avait été porté à la tête de la Commission politique du Dialogue national.