fbpx

SOCIETE

Après le ralentissement sans précédent qu’a connu l’économie de la zone UEMOA induit par la crise sanitaire de la Covid-19, l’on note une accélération de la reprise depuis le début de cette année 2021.

Ainsi, le taux de croissance du PIB réel de l’Union s’est établi à +3,2% au premier trimestre 2021, en rythme annuel, après une croissance de +1,8% au trimestre précédent, selon les données officielles de la BCEAO rendues publiques lors de la 2ème réunion ordinaire de 2021 du Comité de politique économique, tenue le 9 juin dernier.

Cette évolution est portée par le dynamisme de l’ensemble des secteurs de l’économie, sous l’effet du regain de vigueur de la demande intérieure.

En outre, la Banque centrale prévoit une croissance de +5,6% fin 2021, loin du taux de croissance de +1,8% enregistré à fin 2020.

Maintien des taux directeurs

Toutefois, conscient que la consolidation de la reprise de l’activité économique dans l’Union serait portée par une bonne exécution des plans de relance, le maintien des mesures de soutien budgétaire et monétaire, le Comité de politique monétaire a décidé de la poursuite de sa politique monétaire accommodante en maintenant inchangés les taux directeurs de la Banque centrale.

Ainsi, le taux d’intérêt minimum de soumission aux opérations d’appels d’offres d’injection de liquidité et le taux d’intérêt du guichet de prêt marginal, établis respectivement à 2% et 4% depuis le 24 juin 2020, restent en vigueur au moins jusqu’à la prochaine session du Comité de politique monétaire.

C’est une pratique similaire à la toxicomanie qui lui donne ce titre de « nouvelle drogue ». En réalité il s’agit du protoxyde d’azote, surnommé «gaz hilarant» qui séduit de plus en plus la jeunesse sénégalaise.

Selon le journal L’Observateur qui, cette forme de drogue est désormais plébiscitée au Sénégal .

Le protoxyde d’azote est accessible en vente libre. On le trouve par exemple dans les cartouches qui permettent de faire fonctionner un siphon à chantilly. Dans les grandes surfaces les magasins et supérette ce produit est soigneusement rangé au rayon cuisine.

Mais ce gaz est détourné de son premier usage, pour être utilisé comme gaz hilarant. Les jeunes qui font cela utilisent un ballon de baudruche, qu’ils remplissent de gaz, avant de l’inhaler. Le gaz provoque alors fou-rires, sensation de planer, et des effets similaires à l’ivresse pendant quelques minutes.

Cela peut aller de la détresse respiratoire à l’arrêt cardiaque pour les consommateurs qui ont une pathologie du cœur. Mais cela peut aussi atteindre les neurones avec des troubles de la marche ou de la compréhension, et même la paralysie de certains membres. Dans certains cas, le consommateur doit être hospitalisé.

Le produit  sert également d’anesthésiant dans la médecine, mélangé à de l’oxygène.

La drogue est vendue à 12 000 Fcfa le ballon et 40 000 Fcfa les 10 petites bonbonnes.

Un jeune de 32 ans, issu d’un milieu aisé, en prenait jusqu’à 100 bonbonnes par jour.

Il était interné au Centre de prise en charge intégrée des addictions de Dakar (CEPIAD).

Une forte consommation qui lui a causé des troubles neurologiques.

Il a perdu la fonctionnalité de ses membres inférieurs et ressent une énorme difficulté à marcher.

Même désintoxiqué, le patient peut être déficitaire sur le plan neurologique.

Vidé dans un ballon de baudruche puis inhalé, le protoxyde d’azote provoque instantanément «une sensation d’euphorie avec fou rire».

 

Il y a quelques jours, les éléments de la Division des investigations criminelles (DIC) avaient mis la main sur une grosse mafia chinoise, en découvrant des salles de jeux avec des machines à sous. Apparemment, cette mafia est beaucoup plus large qu’on ne le pensait.

D’après les informations publiées par Libération dans sa livraison de ce lundi 14 juin, les pièces de 100 Fcfa, récupérées sur les machines à sous, étaient frauduleusement transportées en Chine. Là-bas, des machines les attendaient pour fabriquer des pièces de 500 Fcfa.

Les Chinois faisaient d’abord fondre les pièces de 100 Fcfa avant d’en faire une copie conforme des pièces de 500 Fcfa. Au Sénégal, ils étaient aidés par nos compatriotes Amath Gaye, Massamba Gaye Ndiaye et Ismaila Mbaye. Ils ont tous été arrêtés.

Et, cette mafia ne se limitait pas qu’au Sénégal. En effet, les Chinois étaient presque partout en Afrique de l’Ouest, où le Fcfa est utilisé. D’ailleurs, d’après Libération, ils sont à l’origine de la pénurie des pièces de 100 Fcfa au Cameroun.

La cité religieuse de Médina Baye, dans la commune de Kaolack  a abrité, dimanche soir, le lancement officiel d’une levée de fonds pour la mise en œuvre d’un projet sur l’histoire de la faydatou tidjania (vulgarisation de la voie tidjane).

Selon Ahmeth Boucar Niang, président du comité international chargé de l’écriture de la fayda, cette initiative est mûrie « depuis quelques mois » sous l’égide du khalife général de Médina Baye, Cheikh Mahi Ibrahima Niass.

A travers ce projet d’écriture de l’histoire de la fayda, « nous allons traduire la pensée et les écrits de Cheikh Ibrahima Niass dit baye Niass dans toutes les langues, arabe, anglais et français », a-t-il indiqué à des journalistes, lors de la cérémonie officielle de lancement de cette levée de fonds, en présence de membres de la famille de Baye Niass et de dignitaires de Médina Baye.

 

« Ce projet qui sera une encyclopédie » comportera six collections et va retracer la vie et l’œuvre de El Hadji Abdoulaye Niass et celle de El Hadji Ibrahima Niass dit Baye Niass, a expliqué M. Niang. 

 

« Il y aura aussi une collection axée sur le vison de Baye Niass, sur sa poésie, sur sa biographie et sur la vie des +moukhadames+ de Baye Niass », a ajouté le président du comité international chargé de l’écriture de la fayda.

 

« Notre ambition, c’est de divulguer la vie et l’œuvre de Baye Niass qui est la guérison de tous les maux de la société. L’Afrique n’a pas d’autre modèle que le prophète Mouhameth (PSL) qui considère de la même façon l’étranger et le proche. Et cheikh Ibrahima Niass s’est toujours inspiré du prophète Mouhammad (PSL) », a fait valoir Ahmeth Boucar. 

 

Ahmeth Boucar Niang a invité « les fidèles musulmans, où qu’ils soient, à participer financièrement et intellectuellement à la réalisation dudit projet », estimant que si le monde arrive à s’inspirer de la pensée de Baye Niass, de ses écrits, de son mode de vie et de « son action salvatrice au service de l’humanité, il pourra régler tous les mots qui l’assaillent de tous les côtés ».

 

« Mawlana Cheikh Ibrahima Niass dit Baye Niass (1900-1975) a été un érudit dont l’envergure planétaire et la dimension internationale ne sont plus à démontrer », a souligné Ahmeth Boucar Niang.

 

Il a vanté « l’exemplarité de l’action de Baye Niass, l’épaisseur de sa science religieuse, le modèle de soufisme qu’il a promu toute sa vie durant et l’énorme écho international à son appel à la voie de la faydatou tidjania ».

 

Le comité international pour l’écriture de la fayda tidjania compte en tout cinquante membres, des universitaires et des religieux.

Après l’hôpital Magatte Lô de Liguere, c’est maintenant l’hôpital de Saint-Louis qui à étais frappé par un incendie .

Il s’agit principalement du service de réanimation qui a pris feu ce dimanche vers les coups de 19h30.
Heureusement qu’il y’a eu plus de peur que de mal car aucune perte en vie humaine n’a été recensée. 

 En effet, selon des informations qui nous sont parvenues, le personnel est arrivé à tempt pour maîtriser le feu qui serait .

L’incendie serait provoqué par l’état  des installations électriques du bâtiment jugé vétuste.

Les 7 malades, qui étaient internés dans la salle, ont été évacués et transférés à l’ancien local qui accueillait les malades de Covid-19 et qui était fermé depuis la régression de la pandémie dans la région.

Pour l’instant les dégâts sont minimes le bilan provisoire se résume à quelques machines endommagées.

Le directeur de l’hôpital Thierno Seydou Ndiaye et les responsables sont à pied d’œuvre pour la reprise du service de réanimation. 

Cet incident est survenu un peu plus d’un mois après l’incendie à l’hôpital Magatte Lô de Linguère ayant fait 4 morts. 

« Dakar Music Expo », la vitrine panafricaine annuelle parrainée par les légendes de la musique le roi du mbalax Youssou Ndour et Angélique Kidjo, se déroulera, cette année, sous le thème « Célébrer la musique ». L’Afrique et le monde sont invités à « découvrir Dakar et ses racines musicales » à travers une série de concerts, tables rondes, présentations et masterclass, entre autres activités.

La 2ème édition du « Dakar music expo », une rencontre internationale de prestations et d’échanges sur l’industrie musicale, se tiendra du 17 au 21 juin, dans la capitale sénégalaise. L’édition 2021 de cet évènement, portant sur le thème « Célèbre la music », aura une programmation 100% digitale sous un format hybride. Plusieurs artistes, de jeunes talents du Sénégal en particulier, seront mis en avant en même temps que d’autres grands artistes sur différentes scènes.

« Dakar Music expo (DMX) qui met en exergue la créativité africaine dans l’industrie musicale compte s’adapter à la crise sanitaire actuelle et aborder différents sujets durant les cinq jours de manifestation », soulignent ses organisateurs. Il s’agit pour les professionnels de débattre du rôle du Sénégal et de l’Afrique de l’Ouest dans cette crise « musicale et sa résilience à construire de nouveaux modèles économiques de la production à la diffusion ».

L’événement est une idée originale du promoteur et directeur artistique Doudou Sarr et les organisateurs se disent « heureux de dévoiler le programme de ces nouvelles rencontres professionnelles visant à célébrer la production musicale africaine et à rassembler ses plus grands noms ainsi que ses derniers talents émergents ».

Le premier jour de l’exposition aura lieu à l’Institut français de Dakar et présentera des performances d’une formation entièrement féminine comprenant Mariaa Siga, Will’s Afro Choir, la Mauritanienne Tifa et Jigeen Ni Orchestra avec Amira Abed, Korka Dieng et Soda Mama Fall. Le deuxième jour, également prévu à l’Institut français, mettra en lumière de nouvelles voix passionnantes sur la scène pop africaine, notamment Fulaa, Nicole Obélé, Elom20ce, Obree Damane et Diyane Adams.

Le jour 3 se tiendra au Centre culturel Blaise Senghor et mettra en vedette Woz Kaly & Shua Ndiaye, Alibeta et Orchestra Baobab, ainsi que les DJ Boddhi Satva, Cortega et Leuz Zarak. Le salon de la musique culminera le 20 juin à la Maison de la Culture Douta Seck, avec le rappeur Didier Awadi en tête d’affiche. De plus, DMX présentera la projection des films documentaires Africa Mia, centrés sur le groupe malien Maravillas et Tonton Manu, qui célèbre la regrettée légende camerounaise Manu Dibango.

Les fortes averses qui se sont abattues dans la nuit du jeudi au vendredi n’ont pas fait que du bonheur dans la région de Tambacounda. Au quartier Kandéry, la pluie a provoqué l’effondrement d’un bâtiment. Le bilan fait état d’un mort et des blessés graves.

Les victimes ont été acheminés à l’hôpital régional de cette localité par les sapeurs-pompiers. Une enquête est ouverte par la police.

Le Sénégal a enregistré ses premières pluies ce mardi 08 juin .
En effet, la commune de Kaolack a reçu sa première pluie aux environs de 6 heures, tandis qu’à Ziguinchor, une pluie a été notée dans la nuit du mardi au mercredi. Elles sont ainsi des premières communes sénégalaises à enregistrer de la pluie pour la saison d’hivernage 2021.


Le Sénégal a désormais atteint un taux d’électrification rurale de 60 pour cent grâce à la mise en œuvre en cours de son projet d’électrification de 300 villages grâce à des mini-centrales photovoltaïques, a soutenu vendredi la ministre du Pétrole et des Energies, Aïssatou Sophie Gladima.

L’exécution de ce programme d’électrification via des mini-centrales photovoltaïques « a permis aujourd’hui d’avoir un taux de couverture de 60% au niveau de l’électrification rurale contre 24 % en 2012 », a-t-elle dit.

 

La ministre du Pétrole et des Energies procédait à l’inauguration du volet de ce projet relatif au cluster de Malem Hodar, constitué de 21 villages, dans la région de Kaffrine.

 

Selon Aïssatou Sophie Gladima, ce projet d’électrification via des mini-centrales photovoltaïques devrait conduire le Sénégal à « un équilibre régional en matière d’accès à l’électricité », sans compter qu’il « répond aussi à la volonté de rétablir une équité sociale en zone rurale et urbaine ». 

 

« Ce combat que nous menons pour l’électrification répond à la volonté d’améliorer les conditions de vie des populations rurales qui, elles aussi doivent connaître l’émergence au même titre que les zones urbaines », a-t-elle indiqué. 

 

Mme Gladima, rappelant que de nombreuses localités restent encore non électrifiées, est revenue sur les intentions de financement annoncées par certains partenaires, pour les besoins de l’accès universel à l’électricité.

 

Le projet d’électrification par le biais de mini-centrales photovoltaïques est financé à hauteur de 120 millions d’euros, soit plus de 78 milliards de francs CFA, grâce à l’appui de la coopération technique allemande. Il va durer 48 mois et va consister à électrifier 3 villages par semaine, soit 12 par mois. 

 

Quinze départements devraient être impactés par ce projet à travers 8 régions du Sénégal, avec près de 20 mille ménages concernés pour une population de 180 mille personnes, compte non tenu de 3 centres pédagogiques mises en place. 

 

Dans la région de Kaffrine, 66 villages ont déjà été sélectionnés, dont 26 ont vu leurs infrastructures livrées, 40 étant en travaux.

 

Dans le département de Malem Hodar, 21 centrales photovoltaïques sont opérationnelles. 

En réponse aux nombreuses difficultés répertoriées au nouveau national et dans la diaspora par rapport  l’obtention du titre de voyage renouvelable jusqu’ici tous les 5 ans, le président Macky Sall a décidé de faire évoluer la durée la validité du passeport en la passant de 5 à 10 ans, 

« Le président de la République a pris des mesures viables, durables et salutaires au dernier Conseil des ministres. En effet, il a instruit le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur ainsi que le ministre de l’Intérieur à travailler conjointement à l’augmentation des valises mobiles et à l’ouverture de nouveaux centres de production dans nos ambassades et consulats », confie Moise Sarr, Secrétaire d’Etat aux Sénégalais de l’extérieur au journal L’Observateur.

Poursuivant son argumentaire il déclare « des centres satellites seront mis en place afin de soulager les centres de production. A terme, le maillage sera très satisfait et la prise en charge de nos compatriotes sera considérablement améliorée pour ne pas dire totalement réglée ».

Moise Sarr informe que la mesure phare prise par le président Macky Sall est la prolongation de la durée de validité du passeport qui passe de 5 à 10 ans, à l’instar de certains pays qui ont une forte communauté à l’étranger. Cependant, le secrétaire aux Sénégalais de l’extérieur n’a pas donné la période durant laquelle cette mesure va entrer en vigueur. 

A cette mesure, s’ajoute l’augmentation des valises mobiles d’enrôlement et à l’ouverture prochaine de nouveaux centres de production et de centres satellites dans nos missions diplomatiques et consulaires. Ceci réglera durablement voire définitivement la lancinante et récurrente question de l’établissement et de renouvellement de passeports dans la diaspora.

En plus, elle facilitera, par ricochet, les conditions de séjour des Sénégalais de la Diaspora ainsi que le déplacement de tous les Sénégalais.  


 

L’Ambassadeur de la République d’Indonésie, Dindin Wahyudin, a officiellement donné le coup d’envoi à la distribution des motos électriques GESITS au Sénégal.

Le Ministre de l’Artisanat et de la Transformation du Secteur Informal, le Gouverneur de la région de Thiès, le Représentant du Maire de la ville de Thiès, le Chef de la division région des transports de Thiès, le Directeur de Ndiaye Transport, Le consul honoraire de l’Indonésie en Guinée-Bissau et les futurs propriétaires de motos GESITS étaient présents à cette occasion sur la Promenade des Thiessois.

Dindin Wahyudin Ambassadeur de la République d’Indonésie  a tenu ces propos « La moto GESITS, fabriquée par PT WIKA Industri Manufaktur, est née d’une aspiration à concevoir un produit recourant aux technologies modernes respectueuses de l’environnement et de le rendre disponible en Indonésie et dans le monde entier. L’Indonésie appelle ses pays amis et partenaires, parmi eux le Sénégal, à réaliser un rêve commun, à savoir adopter des technologies écologiques au quotidien ».

Lors de cet événement, il a été fait mention d’une autre réussite de l’industrie indonésienne.

En effet, trois avions CN-235, produits par PT Dirgantara Indonesia, sont actuellement en service au sein de l’armée de l’air sénégalaise. « L’Indonésie et le Sénégal partagent de nombreux points communs, et les liens tissés entre eux ont créé une relation durable et de qualité ». Ajoute son Excellence, Dindin Wahyudin,

L’Ambassadeur pressent ainsi que les motos GESITS recevront un accueil chaleureux parmi les Sénégalais.

Par ailleurs, l’Ambassadeur a remercié le partenaire de l’événement, la société Transport Ndiaye, représentée par son directeur, M. Makhtar Ndiaye. Pionnière dans le secteur des moto-taxi de nouvelle génération à Thiès et première utilisatrice des motos GESITS au Sénégal, il est espéré que cette société suive la voie de Gojek Indonesia, une start-up de transport innovatrice et prospère.

Avec l’usage des motos GESITS et le développement de Ndiaye Transports, le Gouvernement du Sénégal est en mesure de proposer, selon les termes de l’Ambassadeur : « un moyen de transport rapide, sûr, abordable, écologique, et surtout qui permettra de créer des emplois » pour les Sénégalais.

Les personnes présentes ont manifesté leur enthousiasme et plus de 200 formulaires de commande de motos GESITS ont été remplis. La livraison d’au moins 200 motos GESITS au Sénégal est programmée pour le troisième trimestre de cette année. L’Ambassade de la République d’Indonésie supervisera ce dossier afin que les délais soient honorés. Véritable relais de promotion des motos électriques GESITS sur des marchés jusqu’alors prospectifs en Afrique occidentale, l’Ambassade de la République d’Indonésie à Dakar met en œuvre une des missions de soutien du gouvernement indonésien pour ses entreprises nationales (BUMN) conformément au programme « BUMN GO GLOBAL ».

Le ministre de l’Artisanat a salué cette ‘’très belle initiative’’, qui facilite la mobilité urbaine, préserve l’environnement et contribue à la création d’emplois, chère au Président de la République.

L’Ambassade de la République d’Indonésie coordonne également le projet de mise en place d’un programme de jumelage entre les villes de Bogor et de Thiès.

Ce lancement en est une partie intégrante, étant donné que l’usine des motos GESITS se trouve dans la région de Bogor. Il est par ailleurs espéré que PT WIMA sera en mesure d’ouvrir un site de production de motos GESITS à Thiès. Si cette initiative voit le jour, les motos écologiques GESITS pourront alors pénétrer d’autres marchés d’Afrique occidentale à partir du Sénégal.