fbpx

RELIGION & SPIRITUALITÉ

Religion

LA PRIÉRE L’AUMÔNE LE REPENTI: VOICI LES RECOMMANDATIONS DE SERIGNE MBAYE SI MANSOUR KHALIF GÉNÉRAL DES TIDIANES FACE A LA PANDEMIE

Pour parer à cette terreur que représente la pandémie covid19, l’héritier du trône de Maodo (RTA) a recommandé des unions de prières. Ainsi, il demande à chaque chef de famille de donner, en guise d’aumône, un kilogramme de riz, un kilogramme de sucre et un litre d’huile aux nécessiteux. Et à formuler des prières. Ainsi, « après ablution, faire deux Rakkas. Au salut final, nourrir l’intention sincère d’un repenti. Réciter : 111 Astaghfiroulah, 111 Salatoul Ala Nabi, 111 Ya Kaafi, 903 Ya Latifou, 65 Hasbounalahou wa nihmal wakilou, 1 Sourate Al Ikhlass, 1 Sourate Al Falaq, 1 Sourate An Nassi et Salatoul Alal Nabi. » Et une fois ces prières effectuées, le khalif ajoute « qu’il ne faut pas boire de l’eau durant un tour d’horloge où de ne prendre qu’une gorgée et éviter également d’allumer la télé et d’éviter toute distraction.

Abdoul Aziz Sy, fils de Serigne Moustapha Sy Djamil, poignardé à mort par son fils

La nature de la mort de Serigne Abdoul Aziz Sy, fils de Serigne Moustapha Sy Djamil, survenu le 11 janvier dernier à Dakar n’est plus un mystère. Il s’agit d’un parricide.

Selon les informations de L’Observateur, le guide religieux a été poignardé à mort par son fils M. Sy, âgé de 28 ans.

La victime a été tué à son domicile. Le couteau lui a occasionné plusieurs blessures qui l’ont vidé de son sang, d’après le récit du journal.

Le présumé meurtrier, qui avait pris la fuite après son acte, a été arrêté par la police mardi dernier.

Mobile du crime ? Le fils meurtrier a confié aux enquêteurs qu’il se sentait marginalisé et qu’il n’est pas pris en considération dans la famille.

Mais, selon sa mère, qui a été auditionnée par les limiers, son fils est sujet à des troubles psychiques.

Depuis ce 9 décembre 2012 à Paris
Où aux Cieux à 87 ans tu partis,
Nos oreilles orphelines pleurent
Ton verbe honorable, ta verve utile
Les Daaras pleurent leur Maître
Mémorable symbole de l’Elégance
Un érudit savant pédagogue
Un Khalife général inégalable
Un Homme au port imparable!

Tu a été le symbole du bien certifié
Depuis ce 15 août 1925
Où tu vis le jour à Tivaouane
La Sainte terre aux Saints sanctifiés.

En ce jour souvenir, sept ans après
Me reviennent en mémoire ces belles
Conférences-cours magistraux
De savoirs et de savoir-vivre
Ces leçons d’humilité illustres.

J’ai aimé la Parole en t’écoutant
J’ai aimé mon pays en t’écoutant
J’ai compris ma paisible Religion
J’ai compris le sens de la vie.

En t’écoutant dire te voyant sourire,
J’ai compris comment enseigner
Par l’humour sans friser le ridicule
J’ai compris ce que ELEGANCE
Voulait dire…

L’adulte peut courir au rythme
Du jeune mais à l’arrivée il meurt.
« Mag man a xéelu ndaw waaye
Bu àkke dee » disais-tu Patriarche.
Qui m’en dira d’autres aujourd’hui ?

SERIGNE MANSOUR SY
BOROOM DAARA YI… RTA,
Tu nous manques !