fbpx

People

Arrêté dans la soirée d’hier  par la Brigade de recherches de la Gendarmerie de Fedherb suite à une plainte de la 2Stv qui accuse la Tfm de vol de fréquences et de fraude, Ndiaga Ndour directeur de la télévision future media est arrivé  dans la cave du Palais de Justice.
Il a été déféré devant le procureur. Ainsi le parquet devra statuer sur son sort dans les prochaines heures, renseigne Libération Online.

Pour rappel, d’après les premières informations, la Tfm aurait volé les fréquences de plusieurs directs, dont les plus flagrants sont l’inauguration de l’autoroute Ila Touba, le concert de l’artiste-chanteuse Titi, le direct du récital de Coran avec Senico, le brouillage du Gamou de Shérif Mamina Aïdara et de Tafsir Abdourahmane Gaye, le jour même de la Korité, événement qui a été piraté et bloqué pendant une quinzaine de minutes.

D’après Eutelsat, ces retransmissions de la Tfm ont impacté le service d’Origines SA (propriétaire de la 2STV) sur le répéteur BW03. Ce, en rendant inexploitable ses capacités de transmissions attribuées au terme d’un contrat entre Origines SA et Eutelsat, signé le 15 février 2017.

 

 

 

 

Le 21 juin dernier à l’occasion des 18 ans de la 2STV le patron d’origine SA  communément appelé Elhaje Ibrahima Ndiaye avait accordé une interview à deux de ses journalistes à savoir Arame Touré et Babacar Dione. Lors de cet entretien le PDG de la 2STV avait ouvertement accusé la TFM ainsi que Ndiaga Ndour  d’un vol de signal et de piratage de fréquences sur satellites qui perdure depuis 2018.

Suite à une plainte déposée à la gendarmerie, Ndiaga Ndour le jeune frère du patron de la TFM Youssou Ndour a été arrêté par les pandores de la Brigade des Recherches (Faidherbe) selon  Seneweb.

En effet, EutelSat a fourni des informations qui ont été bien consignées dans un rapport explicite et exhaustif déposé au niveau de la gendarmerie. L’ensemble des preuves de “fraudes et piratages” des fréquences de la 2Stv depuis 2018 y figurent. Parmi elles, les transmissions en direct de l’inauguration de l’autoroute Ila Touba, le concert de l’artiste-chanteuse Titi, le direct du récital de Coran avec Senico, le brouillage du Gamou de Shérif Mamina Aïdara et de Tafsir Abdourahmane Gaye, le jour même de la Korité, événement qui a été piraté et bloqué pendant une quinzaine de minutes.

Rappelons que Ndiaga Ndour le directeur de la TFM avait, une première fois, été entendu le mercredi, 2 juin dernier, tout comme son frère, Bouba Ndour, Directeur des programmes de la télévision. D’autres auditions avaient également été faites dans le cadre de l’enquête.

 

 

 

La sentence est  tombé pour les danseurs de Waly Seck à savoir Ameth Thiou et Eumeudy Badiane.

En effet, les deux chorégraphes du Faramaréne ont fait face au juge du tribunal des flagrants délits de Dakar ce lundi 06 juillet 2021.
Les deux danseurs ont été reconnus coupables d’actes impudiques et outrage aux bonnes mœurs. Ils ont écopé d’une peine d’emprisonnement ferme d’un (1) mois.

Le juge s’est avéré plus clément que la parquetier qui lors des débats, mardi dernier, avait requis une condamnation plus conséquente. Il avait demandé au Juge une peine de deux (2) ans dont six (6) mois de prison ferme à l’encontre de Ameth Thiou  (Mouhamed Samb ) et Eumeudy Badiane pour attentat à la pudeur.

Pour se défendre, les deux danseurs avaient expliqué qu’ils voulaient imiter les comédiens burkinabés «Siriki» et «Souké» de la célèbre série les «Bobodioufs».

Rappelons que le duo avait étais appréhendé par les hommes du commissaire Sankaré de la sûreté urbaine suite à une plainte introduite par l’Ong jamrah de Mame Matar Gueuye et du mouvement  nitou deug de Abdou Karime gueuye dit xroum xax . Ce après que les deux danseurs aient échangé un bisou sur la scène, du 12 juin dernier, lors du concert de Wally Seck à l’esplanade du Grand-Théâtre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Après une énième accusation sur des faits en rapport avec l’homosexualité, le chanteur Wally Seck décide de sortir de sa réserve. En effet, il lui est souvent reproché de promouvoir la cause homosexuel ou encore d’avoir un code vestimentaire jugé indécent pour un homme, à la limite certain vont plus loin et ne manquent pas de remettre en cause la virilité du leader du FARAMAREN. Cette fois si c’est suite à un incident technique lors de son récent concert à la Médina où un immeuble paressait s’illuminer au couleur du drapeau LGBTQ que les “haters” ont repris les hostilités . Contrairement à d’habitude le fils de Thione Ballago Seck a décidé de prendre la parole et de mettre en garde ses accusateurs. Voici la vidéo de Wally Seck répondant à ses critiques.

C’est un goût amère de déjà vécu qui plane chez la famille Seck.

En effet, après le père qui n’est autre que le célèbre journaliste Cheikh Yérim Seck et qui a été condamné pour des faits de viol sur une jeune fille il y a quelques années, aujourd’hui c’est son fils Souleymane Sidi Seck qui a des déboires avec dame justice pour des faits similaires.

Le jeune homme est actuellement placé sous mandat de dépôt pour des faits de viol, détournement de mineure et collecte illicite de données. Après plusieurs jours depuis que les parents de Louise la présumée victime âgée de 15 ans ont déposé une plainte contre lui, c’est aujourd’hui mardi 29 juin 2021 que la machine judiciaire c’est enclencher.

Il faut admettre qu’après le tollé suscité par les Twittos sur les réseaux sociaux avec notamment le hashtag #JusticePourLouise qui a rapidement émergé, la procédure c’est accélérer tel un tour de magie.

Arrêté le week-end dernier avant de bénéficier d’un retour de parquet, le fils de Cheikh Yérim Seck a finalement été placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction du Tribunal départemental de Mbour. Selon nos confrères de Libération, repris par le site d’information Press Afrik, ses avocats avaient versé dans le dossier un document sonore qui serait un échange entre lui et sa victime présumée.

Hier, son père, le journaliste et chroniqueur Cheikh Yérim Seck, avait annoncé une conférence de presse, avant de se rétracter au dernier moment après des pressions d’un mouvement de femmes qui s’opposent à sa présence sur la scène médiatique après qu’il a été condamné pour viol.

Selon Libération online, qui donne l’info, ses avocats avaient versé dans le dossier un audio qui serait un échange entre lui et sa victime présumée pour le disculper.

 

 

Les deux danseurs du chanteur Wally Seck en l’occurrence Amady Badiane et Mouhamed Samb alias Ameth Thiou, ne sont pas près de sortir de l’auberge.

En effet les deux chorégraphes ont fait face au juge ce mardi, 29 juin devant la barre du Tribunal des flagrants délits de Dakar

Poursuivi pour outrage public à la pudeur et acte impudique, après avoir échangé un bisou sur la scène, du 12 juin dernier, lors du concert de Wally Seck à l’esplanade du Grand-Théâtre, le duo risque deux ans de prison dont six mois ferme. Du moins c’est la peine demandée par le procureur dans son réquisitoire.

Selon le Parquetier le geste est déplacé et les faits sont graves et ternissement l’image du Sénégal.
Attrait  à la barre du Tribunal des flagrants délits de Dakar les prévenus se sont contentés de nier la gravité des faits qui leurs sont reprochés. Le délibéré est prévu le 6 juillet.

 

 

 

 

 

La famille de Cheikh Yerim Seck est à nouveau éclaboussée par une histoire de mœurs. En effet, après le père c’est le fils qui est accusé de viol sur une mineure de 15 ans.
Il s’agit Souleymane Sidy Seck accablé par sa camarade de classe une adolescente de 15 ans. Cette dernière l’accuse de l’avoir violé et filmé la scène avant de diffuser la vidéo sur Internet, le journaliste et analyste politique Cheikh Yerim Seck va briser le silence, ce lundi à 16 h, lors d’une rencontre à la Maison de la presse, sur cette affaire de viol présumé, mettant en cause son fils.

La présumé la victime, une certaine, Louise a déclaré avoir été invité par le jeune homme à son domicile pour des révisions. C’est là-bas que les choses auraient dégénéré au point d’aboutir à un présumé viol.

Si d’une part les parents et leur fille soutiennent que l’acte sexuel a eu lieu sous la menace, d’autre part le jeune Souleymane Seck affirme de son côté que c’était une relation consentie.

Une enquête a été ouverte puis bouclée depuis le 22 juin dernier par la police de Mbour. Pour l’heure, la suite de cette affaire est entre les mains du procureur, informe Pressafrik.

 

Les deux danseurs de Wally Seck sont dans de beaux draps.
En effet, les deux chorégraphes étaient placés hier en garde-à-vue dans les locaux de la Sûreté Urbaine du commissariat central de Dakar. 

Les éléments du commissaire Bara Sangaré ont déjà bouclé l’enquête et le dossier a atterri ce vendredi sur la table du procureur. Ameth Thiou et Eumeudy Badiane viennent d’être déférés au  parquet selon des informations de Seneweb.

Pour rappel, Ameth Thiou et Eumeudy Badiane ont été auditionnés hier à la brigade des mœurs suite aux plaintes pour attentat à la pudeur introduites par l’ONG Jamra et le mouvement Nittu Dëgg. Le chanteur Wally Seck a été également entendu par les enquêteurs dans cette affaire.

 

 

 

Les fidèles compagnons et acolytes du chanteur Wally Seck à savoir  Ameth Thiou et Eumady Badianesont dans les locaux du Commissariat central de Dakar (Sûreté urbaine), suite à une convocation de la brigade des mœurs, pour des plaintes de Jamra et de Nitu Dëug.
Et selon Lobs, les deux danseurs du “Faramareen” ont passé la nuit dans les locaux du commissariat central de Dakar. En effet, ils viennent d’être placés en garde-à-vue après leur première audition.

Les deux danseurs de Wally Seck, Ameth Thiou et Eumady Badiane qui s’étaient livrés, en public, à des obscénités (danse avec “bouche-à-bouche”), lors du concert du lead-vocal du groupe Raam Daan, du samedi 12 juin dernier au Grand Théâtre, viennent d’être placés en garde-à-vue après leur première audition. D’après la même source, le chanteur Wally Seck a été aussi longuement cuisiné par les redoutables enquêteurs. Mais contrairement à ses deux danseurs, il va passer la nuit auprès de sa famille.


Rentré en Côte d’Ivoire après dix ans d’absence, Laurent Gbagbo annonce le divorce avec Simone, son épouse et compagne politique. Dans un communiqué de Me Claude Mentenon, conseil de l’ancien président, les motifs sont clairement exposés : «Monsieur Laurent GBAGBO annonce qu’en raison du refus réitéré depuis des années de Dame Simonne EHIVET de consentir à une séparation amiable, au demeurant voie de règlement appropriée à leurs statuts personnel et politique réciproques, il s’est résolu à saisir ce jour, le Juge des affaires matrimoniales du Tribunal de Première Instance d’Abidjan, d’une demande de divorce. Cette annonce ne sera suivie d’aucun commentaire». 

Ce divorce intervenu 4 jours après le retour de Laurent Gbagbo est diversement interprété par les observateurs de la scène politique ivoirienne. Nous y reviendrons.