fbpx

Football

 

Auteur d’une excellente saison avec le RC Lens, Gaël Kakua remporte le prix Marc-Vivien Foé, décerné au meilleur joueur africain du championnat de France de Football (Ligue 1) ce 17 mai.

Le milieu offensif du club lensois devient le premier joueur congolais à remporter ce prix. Une récompense pour son excellente saison avec les Sang et Or. Il succède ainsi au nigérian Victor Osimhen.

Auteur de 11 buts marqués et 5 passes décisives délivrées, l’ancien de Chelsea a contribué à la très belle saison du RC Lens, actuel sixième de Ligue 1. L’ancien dijonnais devance au classement l’Algérien Andy Delort et le Zimbabwéen Tino Kadewere, tous deux auteurs aussi d’excellence saison, respectivement avec Montpellier et l’Olympique Lyonnais.

A noter que le prix a été décerné par un jury de plus de 100 journalistes spécialistes du football français et africain.

 

Les lauréats des précédentes éditions :

2020 : Victor Osimhen (Nigeria)

2019 : Nicolas Pépé (Côte d’Ivoire)

2018 : Karl Toko-Ekambi (Cameroun)

2017 : Jean Michaël Seri (Côte d’Ivoire)

2016 : Sofiane Boufal (Maroc)

2015 : André Ayew (Ghana)

2014 : Vincent Enyeama (Nigeria)

2013 : Pierre-Emerick Aubameyang (Gabon)

2012 : Younès Belhanda (Maroc)

2011 : Gervinho (Côte d’Ivoire)

2010 : Gervinho (Côte d’Ivoire)

2009 : Marouane Chamakh (Maroc)


Plusieurs des clubs impliqués dans la Super Ligue ont trouvé un accord avec l’UEFA. 5% de leurs revenus européens de la saison prochaine seront bloqués.

La sanction est tombée. Comme le rapporte le journaliste Rob Harris, 9 des 12 clubs impliqués dans l’initiative Super Ligue viennent d’être sanctionnés par l’UEFA, et ont accepté cette sentence. Ainsi la saison prochaine, Arsenal, Chelsea, Manchester United, Manchester City, Tottenham, Liverpool, l’Atlético Madrid, l’Inter Mian et le Milan AC verront 5% de leurs revenus européens être bloqués par l’instance.

Le Real Madrid, le Barça et la Juventus auraient refusé cette proposition, et passeront donc par la case discipline avec l’UEFA, ultérieurement.

Cette sanction fait également suite à une information révélée par L’Equipe un peu plus tôt. La réforme prévue de la Ligue des Champions à partir de 2024, prévoyant deux tickets supplémentaires pour la C1 favorisant les gros clubs, devrait être revue. Cette mesure serait ainsi supprimée, obligeant les gros clubs à se qualifier pour la C1 via leur championnat.

Au terme d’un match globalement maîtrisé, Chelsea se qualifie pour la finale de la Ligue des Champions en faisant tomber le Real Madrid sur le score de 2-0.

Après son match nul 1-1 à l’aller, Chelsea arrivait avec l’avantage d’avoir trouvé la faille à l’extérieur dans cette demi-finale retour de la Ligue des Champions. Et à domicile, les Blues n’ont pas tardé à faire à nouveau la différence. Après un premier but refusé logiquement pour une position de hors-jeu, Timo Werner allait finalement trouver la faille de la tête à la retombée d’un piqué d’Havertz ayant tapé la barre à la 28e minute de jeu. Bousculés dans le premier acte, les Blues ont ensuite enchaîné les grosses occasions en deuxième période, butant sur Courtois, Valverde, ou ratant par manque de maladresse.

Finalement, face à des Merengue sans réelle solution à offrir, et grâce tout de même à deux beaux arrêts de Mendy sur Benzema, la bande à Thomas Tuchel retrouve la finale de la Ligue des Champions. L’Allemand et son défenseur Thiago Silva vont donc participer à leur deuxième finale de C1 de suite.

 

Il était temps ! Longtemps freiné à la porte de la finale de ligue des champions, Manchester City va jouer cette fois-ci et pour la première fois de son histoire, une finale de la Ligue des Champions. Ce succès a été acquis grâce à un seul homme, Riyad Mahrez.

Auteur du but victorieux il y a une semaine au Parc des Princes contre le PSG, l’international Algérien vient de porter les skyblues mardi soir lors de la manche retour des demi-finales. A la 11è minute,  Zinchenko a du champ à gauche pour recevoir la relance au pied d’Ederson et peut aller centrer fort en retrait. De Bruyne tire du droit aux seize mètres, le ballon ricoche sur Florenzi vers Mahrez qui marque du droit de près, 1-0.

Après la pause, l’Algérien récidive à la 63è. Sur un contre-attaque, limpide de la part des Citizens, De Bruyne lance à gauche Foden qui centre au sol au six mètres. Mahrez surgit pour conclure de près du gauche, 2-0. Le champion d’Afrique s’offre un doublé et envoie Manchester City en finale de ligue des champions pour la toute première fois de son histoire.

Le PSG est éliminé de la Ligue des champions face à une équipe de Manchester City portée par Riyad Mahrez (2-0). Avant que Di Maria ne finisse par craquer en fin de match.

Les Parisiens, pourtant, n’ont pas manqué de munitions pour tenter d’égaliser. Mais Marquinhos a touché du bois, Di Maria et Herrera ont loupé le cadre de peu avant que Neymar ne manque la dernière grosse occasion avant le break des Citizens.

Le but du KO marqué, le mental parisien a flanché, symbolisé par le carton rouge d’Angel Di Maria pour un mauvais geste sur Fernandinho (69e). City a même poussé pour alourdir le score avec une double occasion de Foden (77e, 80e). Mais les hommes de Pep Guardiola n’avaient pas besoin de ce troisième but pour s’offrir leur ticket leur première finale de Ligue des champions. Chelsea ou le Real Madrid sera l’adversaire des Citizens.

C’est une soirée sombre pour le Paris Saint Germain. Après une première période maîtrisée, le PSG est en grande difficulté depuis le retour des vestiaires. Malmené et dominé par Manchester City, le club français a concédé l’égalisation sur un centre-tir de Kevin De Bruyne. Riyad Mahrez donne ensuite l’avantage aux Anglais sur Coup franc et démoralise la troupe de Mauricio Pochettino.

Mais le gros coup dur vient de l’international Sénégalais, Idrissa Gana Gueye. Frustré par le second but des Cityzen, l’ancien Toffees est coupable d’un tacle très dangereux par derrière sur le tendon d’Achille de Gündogan.

Gueye est logiquement exclu par Monsieur Brych et laisse le PSG à 10 ! Le club de la capitale française  doit terminer sa demi-finale aller de Ligue des champions aface à Manchester City avec un désavantage considérable .

En effet, notre compatriote  Idrissa Gueye, a été l’auteur d’une grosse faute sur Ilkay Gündogan (il a attrapé, par derrière, le talon du milieu allemand), le carton rouge est bien mérité.

Il est le premier joueur à récolter deux cartons rouges lors d’une même campagne de Ligue des Champions depuis Alvaro Arbeloa en 2012-2013.

Le Sénégalais, pièce maîtresse du dispositif de Pochettino est d’ores et déjà suspendu pour le match retour à Ethiad Stadium mardi prochain.

Après une première période pourtant maîtrisée, le PSG s’est écroulé après la pause pour concéder une douloureuse défaite face à Manchester City (1-2).

Quel contraste incroyable entre les deux périodes de cette demi-finale aller de Ligue des champions. Lors du premier acte, Manchester City a fait face à une équipe du PSG conquérante, qui a rapidement été récompensée de ses efforts par Marquinhos, coupant victorieusement de la tête le coup franc de Di Maria (1-0, 15e). Le PSG a même eu quelques occasions de faire le break, mais Bakker notamment a manqué de précision (34e).

La frappe de Foden détournée par Navas, juste avant la pause (42e), sonnait comme un avertissement pour des Parisiens sur le réveil des Citizens. Un réveil confirmé au retour des vestiaires malgré une occasion énorme pour Verratti (56e). Asphyxié, les Parisiens ont craqué sur un centre-tir décisif de De Bruyne (1-1, 64e) avant que Mahrez ne double la mise sur coup franc, profitant d’un mur défaillant des Parisiens (1-2, 71e).

Les joueurs de Pochettino ont même bu le calice jusqu’à la lie avec l’expulsion de nôtre compatriote Idrissa Gana Gueye, auteur d’un tacle bien trop dangereux sur Gundogan (77e). Plus que le score, Manchester City a sans doute impacté le PSG psychologiquement avant le match retour. Le club de la capitale française n’a pu rivaliser qu’une bonne demi-heure avant de s’effondrer…

La tentative avortée de créer une Super League pour supplanter la Ligue des champions aura des « conséquences » pour les 12 clubs à l’initiative du projet, a affirmé ce mercredi un des dirigeants du comité exécutif de l’UEFA, qui se réunit vendredi.

Même si la Super League est déjà enterrée et que la plupart des clubs se sont retirés, l’UEFA n’écarterait pas des « conséquences » pour les 12 clubs fondateurs. L’avertissement a été brandi à l’approche du comité exécutif de l’instance dirigeante, qui se réunit vendredi.

Cité par les médias suédois Fotbollskanalen et SVT, Karl-Erik Nilsson, un des vice-présidents de l’UEFA (et aussi président de la fédération suédoise), a déclaré que cette réunion devait leur permettre de « discuter d’éventuelles conséquences additionnelles » contre les douze clubs à l’initiative de la Super League.

« Mais il y aura de toute façon des conséquences, sur les questions de confiance notamment, et sur leur crédibilité à l’avenir », a ajouté le dirigeant, constatant que les fondateurs étaient à présent couverts de « honte ».

 

Plus tôt dans la journée, Aleksander Ceferin, le président de l’UEFA, avait adouci son discours à l’égard des dissidents, après les avoir sèchement rappelés à l’ordre en début de semaine, et menacés d’exclusion de plusieurs compétitions majeures. « L’important maintenant est d’aller de l’avant, de rebâtir l’unité dont ce sport jouissait auparavant, et d’avancer ensemble », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Annoncé en tout début de semaine, le projet de Super Ligue s’est délité mardi soir à la suite du retrait successif des six clubs anglais impliqués (Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester United, Tottenham). Ils ont été suivis par l’Inter, l’AC Milan et l’Atlético de Madrid.

Devant le fait accompli, la Juventus d’Andrea Agnelli, en première ligne sur ce dossier, a fini par admettre sa défaite. Seuls le FC Barcelone et le Real Madrid restent pour le moment officiellement porteurs de ce projet annoncé dans la nuit de dimanche à lundi, avec l’objectif de supplanter la Ligue des champions de l’UEFA.

 

 En s’imposant (1-0) sur la pelouse du Stade Lat Dior dans le cadre de la 5e journée de la Coupe CAF, le Jaraaf s’est qualifié pour les quarts de finales pour la première fois de son histoire. Une qualification acquise grâce à l’unique but de la partie signé Pape Youssou Paye.

Tout va bien du côté du Jaraaf car il va disputer pour la première fois de son histoire les quarts de finale de Coupe CAF. Après deux victoires d’affilée lors des deux dernières journées, le Club de la Medina  a enchaîné par une qualification historique en quarts de finale en disposant (1-0) de l’Etoile Sportive du Sahel, deux fois Championne de la compétition.

Dominatrice dans le jeu, compacte, solidaire et très combative, l’équipe de Cheikh Seck pourra seulement regretter que cette victoire ait été acquise avec un seul but au tableau d’affichage. Mais les partenaires d’El Hadji Madické Kane peuvent se faire pardonner de ne pas être trop tueurs, tant la performance est historique.

Malmené dès l’entame du match comme on pouvait s’y attendre, le Jaraaf a réussi à prendre la mainmise sur la rencontre en pressant très haut pour récupérer les deuxièmes balles. Après des occasions franches, le Jaraaf a trouvé l’ouverture par leur avant-centre vedette, Pape Youssou Paye, qui marque à la 25e minute et signe sa troisième réalisation dans la compétition.

Boosté par cette ouverture du score qui met un coup de bâton à l’adversaire, le Jaraaf gérait tranquillement avec le ballon, se procurait des occasions, sans pour autant parvenir à corser l’addition. A l’image de deux face-à-face notamment un pour le buteur Youssou Paye, en deuxième période. L’ES Sahel a poussé mais sans réussite et ne pourra pas changer le score, qui reste sur un 1-0.

Au bout de la 90e minute plus les arrêts de jeu, l’équipe de Cheikh Gueye dompte un adversaire qui l’a battu lors de la journée inaugurale. Non seulement, le Jaraaf prend sa revanche, se qualifie pour les quarts de finale de Coupe CAF et élimine l’Etoile Sportive du Sahel notamment avec la victoire (2-0) du Club Sportif Sfaxien sur le Salitas FC. Le CS Sfaxien accompagne les Jaraaf-men en quarts.

 

Tout semblait apparemment préparé d’avance. À la suite de l’annonce de la création de la Super ligue européenne dissidente de la Ligue des champions organisée par l’UEFA, la banque américaine JP Morgan annonce officiellement être sur le coup pour financer l’opération. Son investissement sera compris entre 4 et 6 millions d’euros.

JP Morgan qui mise sur une explosion des revenus marketing, de la billetterie et des droits télé, entre autres, pour le retour sur investissement devra verser 350 millions d’euros qu’elle avait promis à chacun des 12 clubs européens dissidents à la base de la création de la Super Ligue. Dans sa phase de matérialisation, le nouveau projet devrait, selon les projections, générer trois plus de revenus que la traditionnelle Champions league (C1). Soit plus de six milliards d’euros par an, répartis entre les 20 clubs participants, contre les 2 milliards d’euros actuels de la C1 pour 32 équipes.

Il faut par ailleurs noter que rien n’est encore définitif car l’instance européenne du football, l’UEF, soutenue par la FIFA, a promis qu’elle mettra tout en œuvre pour empêcher la matérialisation d’un tel projet de dissidence qu’il faut le noter, pourrait bouleverser profondément le football mondial tant dans son organisation que dans sa philosophie managériale. C’est un combat de titan qui s’annonce…


José Mourinho n’est plus l’entraîneur de Tottenham. Ce lundi, les Spurs ont annoncé qu’ils se séparaient du « Special One » débarqué en novembre 2019 pour remplacer Mauricio Pochettino. Le Portugais quitte de nouveau un club sur un échec et voit sa cote en prendre encore un sérieux coup. Ryan Mason prend en charge l’équipe par intérim.

Un échec de plus qui commence à faire tâche. Arrivé en novembre 2019 pour reprendre les rênes d’un Tottenham en perte de vitesse depuis la finale de Ligue des champions, José Mourinho n’est déjà plus l’entraîneur des Spurs. Le club de Londres a officialisé ce lundi le départ du coach portugais avant la fin d’une saison ô combien pénible pour les coéquipiers d’Harry Kane. Le tout à six jours d’une finale de Carabao Cup qui pourrait sauver quelque peu leur année.

Malgré un début de saison prometteur, les Spurs ont fini par rentrer dans le rang. Septième à cinq points de la quatrième place qualificative, Tottenham semble avoir perdu la main dans cette course effrénée vers l’Europe. Dévitalisés et lessivés par le management du Portugais, les joueurs du club londonien semblent aussi avoir perdu leur envie habituelle. Fatigués également par la communication de leur entraîneur et le rejet du personnage par ses fans, les dirigeants de Tottenham ont décidé de couper court.

Pour Mourinho, c’est un nouveau désaveu anglais. Depuis 2015, le « Special One » s’est transformé en « Fired One », en étant mis dehors par Chelsea (décembre 2015), Manchester United (décembre 2018) et Tottenham (2021). Le tout sans trophée cette fois-ci, une première depuis son départ de Porto en 2004. Preuve que « l’ère Mourinho » touche définitivement à sa fin ? Avec lui, il ne faut jamais jurer de rien…