fbpx

FAITSDIVERS

 

Le Palais de justice de Dakar a été le théâtre d’un dramatique incident. En effet, ce mardi 20 avril 2021 un détenu ressortissant de l’Inde a perdu la vie dans le box des prévenus.

D’après nos confrères de IGFM, La victime se prénomme Maheseh Suresh  Tendulkar. Ce dernier était en détention préventive depuis le 24 mars 2020. Il devait être jugé pour abus de confiance au préjudice d’un de ses compatriotes. Pendant qu’il attendait de faire face au juge des flagrants délits de Dakar, il a eu un malaise et est mort sur le coup.

La victime établie à Dakar est mariée et directeur de société de transit. Dans le box, il pique une crise, s’est affalé et commence à éprouver des difficultés à respirer normalement. C’est dans ces circonstances que Mahesh est mort emportant avec lui sa version des faits dans sa tombe. Renseigne le site de Groupe Futur Médias

Alertés, les sapeurs pompiers ont évacué le corps.

L’actualité de cette fin de semaine a été marquée  par une sordide histoire de trafic de faux médicaments. En effet les éléments de la sûreté urbaine on mis la main sur une grosse cargaison du produit prohibée  impliquant un pharmacien sénégalais.

Lor de son audition, le présumé cerveau de la bande un ressortissant de la république de Chine dénommée Zang Hai Dong déclare aux enquêteurs: « j’ avoue que j’ai commencé à commercialiser les deux conteneurs de  médicaments, parce que la date de péremption approchait ». Il reconnaît en ces termes  les faits qui lui sont reprochés  dans l’affaire des médicaments saisis à la Patte d’Oie.

Poursuivant son récit il déclare que:« Pour la commercialisation des médicaments, nous avons accompli toute la procédure nécessaire en la matière et les dossiers ont été déposés à la Direction de la Pharmacie et du Médicament mais l’autorisation n’est pas encore sortie », a-t-il affirmé . Avant d’ajouter: « nous avons commencé à commercialiser les médicaments parce qu’il avait déjà un stock de deux containers et que la date de péremption s’approchait. « Ce serait un énorme manquer à gagner si je ne parvenais pas à les écouler au niveau des hôpitaux, centres de santé, cliniques ».

Le  pharmacien Docteur Aliou Bâ arrêté dans cette affaire se lave à grande eau et accuse son patron Zang Hai Dong.
Interrogé dans l’enquête , Bâ enfonce son patron en soutenant que les produits mis en cause ont été importés à son insu par ses collègues chinois. 
Il a confié aux enquêteurs que la société a débuté la commercialisation des médicaments depuis le mois de mai 2020, durant la période du Covid. »

Par ailleurs, le pharmacien percevait un gros salaire mensuel de 1,5 millions par mois, de son patron chinois Zang Hai Dong,

 Les mis en cause seront déférés devant le parquet ce lundi.

C’est le journal l’Observateur qui vend la mèche dans sa parution du jour. Il s’agit d’un important réseau de trafic de migrants  établi dans la région de Tambacounda qui a finalement été démantelé par la police de  la localité.

En effet,  un ivoirien ainsi qu’un homme et une femme d’origine malienne ont été interpellé.

Selon la même source, le chef de la bande, est un maître coranique du Dental Daaka de Niary Tall à Dakar. Il a été aussi interpellé.

Se faisant passer pour un policier, afin de trouver des passeports sénégalais à des étrangers, il recevait  250 000 FCFA après chaque document confectionné à la mairie de Médina Gounass.

 


Une jeune fille célibataire accouche et tue son bébé. Les faits se sont déroulés ce lundi 05 avril 2021 à Louga au quartier Santhiaba. 

Les voisins son restés sous le choc suite  à ces fais  grave . Une jeune fille célibataire de 21 ans accouche et tue son bébé. Elle est mise sous contrôle policière à l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga. Selon nos confrères de Louga médias, la jeune fille a accouché seule dans la maison familiale où personne n’avait connaissance de sa grossesse.

Après avoir coupé le cordon ombilical, «la femme aurait pointé un objet tranchant dans le nez du nouveau-né», rapporte la source.

Un crime n’étant jamais parfait, dans la journée, « un membre de la famille s’est rendu dans les toilettes et a découvert le bébé de sexe masculin gisant dans une marre de sang ». C’est ce dernier qui a prévenu les secours. 

 

Les pensionnaires de l’école de police ainsi que l’administration ont eu un réveil brutal.

En effet,  Pape Mbar Faye élève inspecteur de police a été retrouvé mort dans son lit à la veille de sa sortie de promotion. Selon nos confrères du Journal l’observateur, C’est ce mercredi qu’il devait finir sa formation d’Inspecteur de police pour aller faire un stage.

Le défunt ne souffrait d’aucune maladie. C’est une mort naturelle. D’ailleurs, informe le journal qui a interrogé l’un de ses proches, la nuit des faits, il était avec ses camarades de promotion, ils discutaient ensemble autour d’une partie de thé.

Selon les témoignages, le défunt inspecteur de la police était une personne très correcte qui respectait tout le monde. Il sera inhumé ce jeudi à Kaffrine.

Ce Mercredi la chambre criminelle a abrité un procès sur une affaire sordide et macabre.

En effet, Modou Ndiaye et sa bande ont été conduit devant la barre pour des accusations très graves. On leur reproche des délits d’association de malfaiteurs mais pas que  ils sont également poursuivis pour des crimes de viol collectif de meurtre et d’acte de tortures et de barbarie sur une jeune femme dénommée Ndèye Sokhna Lô âgée de 20 ans.

Selon le journal Rewmi quotidien, les policiers ont retrouvé  la victime  morte la tête plongée dans une fosse septique et elle a été au paravant traînée dans divers endroits du bâtiment en construction à Keur Massar dans la banlieue dakaroise.

Modou Ndiaye et sa bande  risquent des peines allant de 20 ans de travaux forcés à la réclusion à perpétuité.

 

 

La Plateforme GoFundMe vient de bloquer la campagne de collecte initiée pour réunir la caution nécessaire à la libération de Lamine Diack, 87 ans, condamné en septembre par la justice française et devant s’acquitter d’une caution de 500 000 euros pour pouvoir rentrer chez lui, au Sénégal. Les raisons de ce blocage sont  inexpliquées et pour le moins mystérieuses. 

En effet, le collectif des enfants et amis  de l’ancien président de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme, devenue « World Athletics », dit avoir  été notifié par GoFundMe du retrait de la campagne pour «non conformité». Jusque-là, 20 058€ (vingt mille cinquante-huit euros ) ont été levés. 

« Votre participation nous est allée droit au cœur et nul mot ne serait assez fort pour vous dire à quel point nous avons été touchés.  Cependant, nous sommes au regret de vous informer que l’aventure GoFundMe tire à sa fin, car la plateforme a décidé d’interrompre cette campagne pour cause de non-conformité à leur règlement », informe le collectif à l’endroit des nombreux soutiens qui se sont manifestés à travers le monde.

La  plateforme s’engage à restituer les sommes collectées à leurs expéditeurs dans un délai maximum de 7 jours.  Ce brusque coup d’arrêt  ne suspend pas pour autant la campagne de solidarité qui se poursuivra par d’autres moyens. 

Cinquième Président de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF), désormais rebaptisée World Athletics, Lamine Diack, malade, est frappé d’une interdiction de sortie du territoire français depuis le 1er novembre 2015. Après le verdict prononcé par le tribunal, suivi d’un appel de ses avocats, l’interdiction a été levée le 22 décembre 2020, à la condition de payer une caution de 500 000 € (327 millions FCFA).

C’est une véritable tragédie! Amy Faye est une jeune demoiselle âgée de 18 ans, élève au lycée de Thiadiaye elle a été retrouvé morte pendue à un arbre.

Le drame, indique Libération, a eu lieu, ce 21 mars, au village de Yabo-Yabo sis dans la commune de Sessène (département de Mbour).

S’agit-il d’un crime ou d’un suicide ? La gendarmerie, qui a déjà  diligenté  une enquête, permettra  d’élucider ce mystère.

Trois marins de nationalité chinoise chinois (Chu Zhentao, Zhang Weijian et Hu Honglu), âgés respectivement de 47, 23 et 52 ans, ont été inculpé, pour avoir aspergé d’acide un pêcheur sénégalais en pleine mer. Selon le journal libération, ces marins ont tenté, après leur forfait, d’acheter le silence de la victime avec 7 millions de nos francs.

Pour retracer le film de l’inciedent qui a failli couter la vie à Maguette Mbaye, nos confrères rapporte que ce dernier qui se trouvait à bord de sa pirogue avec d’autres camarades, a été sommé par les marins chinois de quitter la zone de pêche. Ce qu’ils ont formellement refusé. C’est alors que les marins chinois ont aspergé Maguette Mbaye d’essence et d’acide, lui occasionnant de grave brûlures. Sachant que la pirogue était proche de la Gambie, les autres pêcheurs ont conduit Maguette Mbaye à l’hôpital “Edwards Francis Small Teaching Hospital” où il recevra les premiers soins.

Maguette Mbaye s’est retrouvé avec de sévères brûlures au visage et sur son corps.

Ce Mercredi les autorités administratives ont incinéré des produits prohibés  saisis par les services de la subdivision régionale des douanes et du tribunal de grande instance de Kédougou. Il s’agit pour l’essentiel de 517,416 Kg de chanvre indien, 534800 bâtons de cigarettes, 1,600 tonne de faux médicaments et de  1,5 tonne de produits alimentaires avariés estimés à  près de 401 millions de FCFA.

L’adjointe au gouverneur chargée des questions administratives qui a présidé la cérémonie d’incinération  a saisi l’occasion pour rendre un hommage aux forces de défense et de sécurité qui abattent un énorme travail malgré leurs moyens limités. Diégui Ngom d’ajouter:

lance-t-elle.

Pour le chef de service régional des douanes de Kédougou, ces produits introduits en contrebande en dehors des circuits normalisés ont des conséquences néfastes sur la jeunesse, la santé de la population et l’économie. Et le lieutenant Mamadou Aliou Diallo d’expliquer:

a-t-il averti.

Il faut cependant noter une baisse significative des saisies de drogue.  Car d’un peu plus de 2 tonnes de chanvre incinérés l’année dernière, la région n’a pu incinérer qu’une demi-tonne  de chanvre cette année.