fbpx

BREVES

Après l’hôpital Magatte Lô de Liguere, c’est maintenant l’hôpital de Saint-Louis qui à étais frappé par un incendie .

Il s’agit principalement du service de réanimation qui a pris feu ce dimanche vers les coups de 19h30.
Heureusement qu’il y’a eu plus de peur que de mal car aucune perte en vie humaine n’a été recensée. 

 En effet, selon des informations qui nous sont parvenues, le personnel est arrivé à tempt pour maîtriser le feu qui serait .

L’incendie serait provoqué par l’état  des installations électriques du bâtiment jugé vétuste.

Les 7 malades, qui étaient internés dans la salle, ont été évacués et transférés à l’ancien local qui accueillait les malades de Covid-19 et qui était fermé depuis la régression de la pandémie dans la région.

Pour l’instant les dégâts sont minimes le bilan provisoire se résume à quelques machines endommagées.

Le directeur de l’hôpital Thierno Seydou Ndiaye et les responsables sont à pied d’œuvre pour la reprise du service de réanimation. 

Cet incident est survenu un peu plus d’un mois après l’incendie à l’hôpital Magatte Lô de Linguère ayant fait 4 morts. 

Les fortes averses qui se sont abattues dans la nuit du jeudi au vendredi n’ont pas fait que du bonheur dans la région de Tambacounda. Au quartier Kandéry, la pluie a provoqué l’effondrement d’un bâtiment. Le bilan fait état d’un mort et des blessés graves.

Les victimes ont été acheminés à l’hôpital régional de cette localité par les sapeurs-pompiers. Une enquête est ouverte par la police.

Le Sénégal a enregistré ses premières pluies ce mardi 08 juin .
En effet, la commune de Kaolack a reçu sa première pluie aux environs de 6 heures, tandis qu’à Ziguinchor, une pluie a été notée dans la nuit du mardi au mercredi. Elles sont ainsi des premières communes sénégalaises à enregistrer de la pluie pour la saison d’hivernage 2021.

 

Sidi Traore, le chauffeur au volant du camion malien qui à percuté la voiture de nos confrères de Leral tv ayant occasionné la mort de 3 parmi eux a fait face au juge.

En effet, ce jeudi 10 juin, le transporteur Agent aux Grands moulins de Bamako (Mali), a comparu pour les délits d’homicide involontaire et de défaut de maîtrise, suite à cet tragique accident , survenu sur la route de Kédougou.
Avançant à pas feutrés, la mine triste et le visage renfrogné, le chauffeur malien Sidy Traoré, âgé de 29 ans, est condamné à une peine d’un an d’emprisonnement ferme.

Le juge du tribunal de Tambacounda a prononcé également à son encontre le paiement d’une amende de 106 000 F CFA. Le coupable a vu aussi son permis être suspendu pour une durée de deux ans.

Pour sa défense il déclare:«Je revenais du Mali pour Dakar à bord de mon camion remorque, en compagnie de mon apprenti. Seulement, en cours de route, le pneu avant gauche du véhicule a éclaté et le véhicule a bifurqué vers la gauche pour ensuite heurter un véhicule qui roulait dans le sens inverse».

Cependant, ses allégations ont été balayées d’une revers de main  par le substitut du procureur qui est revenu sur les déclarations des victimes. Lesquelles ont rapporté que le Malien tentait de faire un dépassement, malgré ses véhémentes dénégations. Sur les défaillances techniques, le prévenu répond au juge Pape Sangoné Sall avoir vérifié tous les pneus du véhicule avant son départ du Mali sans rien constater d’anormal. Loin d’être convaincus par les déclarations du chauffeur, le parquetier a requis l’application de la loi, compte tenu de la constance des faits.

En l’absence des familles des trois victimes, les intérêts civils ont été réservés.

Abou Ousmane Sy (journaliste), Mamadou Yoro Diallo (cadreur) et Ousmane Ndiaye (chauffeur) sont décédés le lundi 31 mai à Kédougou, lors de la tournée économique du président Macky Sall.

 La voiture de l’équipe de reportage, qui avait devancé le cortège présidentiel resté à Tambacounda, a eu un choc frontal avec le « camion fou » conduit par Sidy Traoré.

 

 

Suite au prétendu suicide d’Abdou Faye accusé de complicité d’évasion dans l’affaire boy djinné , les circonstances de cette mort survenue au cours d’une garde à vue dans les locaux de la police centrale ne sont pas nettes pour certains en l’occurrence les parents du prévenu. Ces derniers ne sont décidément  pas convaincu par l’argument  du suicide avancée comme cause du décès. Le FRAPP à d’ailleurs organiser en cette fin de matinée un point de presse pour manifester son soutien à la famille éplorée. Guy Marius Sagna coordinateur du mouvement n’a pas manqué de rappeler la longue liste des personnes qui ont péri dans pareil circonstance et d’inviter l’opinion nationale et internationale  à se pencher sur ces morts mystérieuses souvent qualifiées de suicide par la police ou la gendarmerie. Ali Faye père d’Abdou Faye a également pris la parole pour exprimer sa peine. Il a par ailleurs réfuté catégoriquement la thèse selon laquelle son fils se serait suicidé. Suivez ci dessous la vidéo de sa déclaration !  

Les détails du suicide dramatique d’Abdou Faye, l’ami de Boy Djinné ne sont plus un mystère.

En effet, d’après nos confrères d’IGFM c’est un remord trop pesant que le prévenu ne pouvait plus supporter qui fut le motif de son geste fatal. Ronger par la culpabilité il opte pour une solution radicale: la mort.

La garde à vue a finalement tourné court pour Abdou Faye suite à cet incident tragique, l’ami de Baye Modou Fall a finalement réussi à mettre fin à ses jours après plusieurs tentatives qui se sont soldés par des échecs . C’est dans les toilettes de la cellule de la prison centrale et à l’aide d’un filet de bain que le suicidaire c’est pendu mettant en exécution sa résolution. Du moins c’est ce que révèle les premières informations recueillies.

Abdou n’est pas à son premier coup d’essai, après deux tentatives à la Section de Recherches (Sr) et à la cave du palais de justice de Dakar, il s’est tué car ne supportant pas que son amie soit impliquée dans la cause, il aurait littéralement perdu son sang froid.  Relate nos confrères d’Igfm.

 «Je préfère mourir que de te voir en prison.» Cette phrase, lancée dans un moment de désespoir par Abdou Faye, s’est installée dans son sens quelques heures après sa formulation. Voir sa grande amie, G. Diaw, mêlée dans cette fracassante affaire d’évasion de Baye Modou Fall alias Boye Djiné lui a brisé le coeur. Dès que la demoiselle a été arrêtée par les éléments de la Section de Recherches (Sr) de Colobane, il a pété un câble. La tournure que prenaient les choses, inattendue, le bonhomme tente d’arracher sa «pote» de la cause. «Elle n’est en rien impliquée dans cette affaire. Laissez-la rentrer chez elle», aurait-il juré aux enquêteurs, les suppliant de la retirer de la cause.

première tentative de suicide en se cognant la tête contre le mur des locaux de la Section de recherches. Ce n’était pas la bonne. Maitrisé, il survit. Il ne s’arrête pas pour autant. Avant-hier, mardi 08 juin 2021, l’homme qui semblait dégoûté de la vie, a remis ça.

Déféré à la cave du tribunal de grande instance de Dakar, en même temps que G. Diaw, D. Sy et Cheikh dit Ganila, Abdoulaye s’est, une fois de plus, cogné contre le mur de la cave, Une deuxième tentative qui ne l’achève pas, mais qui l’affaiblit. Lorsque le groupe, avec à leur tête Baye Modou, a connu un 2ème retour de parquet, Faye implore le pardon de la fille : «Balma akh. Li malako teg (Pardonne-moi. Tout est est de ma faute.)»

Il était rongé par la culpabilité et s’en voulait à mort. Là, l’homme était prêt à payer la note salée au prix de sa vie. Confié ainsi que les autres au commissariat central par le parquet, il demande, apprend-on, la permission d’aller dans les toilettes. Là, loin du regard des gardes, il se tue. Avec l’aide, selon les premières informations recueillies, d’un filet de bain, il a écourté sa vie. Un acte qui matérialise les mots qu’il avait lancés à son amie : «Je préfère mourir que de te voir en prison. » G. Diaw ira-t-il ou non en prison ? Abdoulaye Faye n’a pas attendu pour en avoir le coeur net. Du ciel, il suivra la décision que prendra le juge du 8ème cabinet Mamadou Seck, en charge du dossier. 

Ce nouveau gouvernement devra diriger le pays avant le retour des civils prévu pour début 2022.

Le Premier ministre de transition malien Choguel Kokalla Maïga a annoncé ce mercredi son intention de former d’ici à dimanche un gouvernement censé conduire les affaires du pays avant un retour des civils au pouvoir prévu début 2022.

« Sauf avis contraire du président de la transition, avec lequel je m’entretiens quotidiennement, nous avons l’intention au plus tard dimanche d’annoncer aux Maliens la composition du nouveau gouvernement« , a déclaré Choguel Maïga à l’issue d’entretiens avec une délégation de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

L’émissaire des Etats ouest-africains, Goodluck Jonathan, est arrivé mardi au Mali pour évaluer si les assurances données par le nouveau président de transition, le colonel Assimi Goïta, suffisent à satisfaire les exigences de la Cédéao quant à un retour des civils au pouvoir après deux coups d’Etat.

La Cédéao a suspendu le 30 mai le Mali de ses institutions après un deuxième putsch en neuf mois, qui a porté de facto le colonel Goïta à la tête de ce pays crucial pour la stabilité du Sahel confronté au djihadisme. La France, engagée militairement au Mali et au Sahel, a quant à elle suspendu ses opérations militaires conjointes avec les forces maliennes.

Le colonel Goïta s’est depuis fait investir président de transition lundi. Face à la réprobation des principaux partenaires de son pays, le colonel Goïta a tenté d’apporter des gages, comme la tenue d’élections présidentielle et législatives « aux échéances prévues », le 27 février 2022.

Il a accédé à une autre demande de la Cédéao en nommant un Premier ministre civil en la personne de Choguel Maïga. Lors de ses entretiens avec Choguel Maïga, la délégation de la Cédéao a « noté la réaffirmation des engagements » de sa part, dont celui de laisser la place à des civils élus début 2022, ainsi que la volonté du nouveau Premier ministre de la transition de former un gouvernement « inclusif« , a dit un des membres de cette délégation, Jean-Claude Kassi Brou, un haut responsable de la Cédéao.

 

Trois gardes pénitentiaires ont été arrêtés et placés en garde à vue hier mardi à la Section de Recherches de Colobane, informe Libération. Ils sont accusés d’avoir aidé Baye Modou Fall à s’évader de prison.

Plusieurs éléments troublants les impliqueraient dans cette rocambolesque affaire notamment le bornage d’un des téléphones du fugitif dans la prison, le soir des faits.

D’après Libération, les gendarmes ont pu réunir des indices graves et concordants établissant cette thèse de complicité interne.

Les mis en cause seront présentés au procureur aujourd’hui mercredi ainsi que Boy Djinné. Le parquet a décidé d’ouvrir une information judiciaire.

 

 

 

Il s’agit de Abdou Faye interpellé au moment de l’arrestation de Boy Djinné à Missirah (Tambacounda) suite à l’évasion de ce dernier. Le présumé complice de Baye Modou Fall a été retrouvé pendu au Commissariat Central.

D’après nos confrères de SeneNews, Abdou Faye s’est suicidé hier dans sa cellule au commissariat central de Dakar. Il y était suite à un retour de parquet.

Le premier magistrat de Cambérène, a fait face aux magistrats ainsi qu’au parquet mardi, au tribunal correctionnel de Pikine, pour «occupation illégale d’un terrain du domaine national et conclusion d’une convention portant sur un terrain du domaine national».
En effet, E. H. Sall, qui a acheté une parcelle, il y a quelques années, a découvert récemment qu’il y a confusion sur le terrain et que le sien a été vendu par le maire de Cambérène à une dame. Le plaignant, craignant se retrouver un jour dans la rue, parce que son terrain a été vendu à quelqu’un d’autre, a découvert, au cours de ses investigations, que le maire n’avait pas qualité à vendre. C’est ainsi qu’il a engagé des poursuites judiciaires contre lui.
Devant le juge, Amadou Samba maire de cambéréne soutient qu’il se trouvait en France, au moment de la vente, et a envoyé l’argent à sa mère pour l’acquisition du terrain.
Il sera édifié sur son sort le 27 juillet prochain.

 

À l’occasion du 21eme match amical avec le cap-vert sous l’air Alioune Cisse les lions de la terranga on assuré la 10ème victoire face au requin bleu avec un score final de deux buts à zéro (2-0).

Ce succès est la continuité d’un élan de victoire en match amical depuis la rencontre du samedi dernier  avec la zambie qui s’est soldé par trois buts à un (3-1) en faveur du Sénégal.

Au premier mi-temps les protégés d’Alioune Cisse n’ont pas su trouver la faille pour percé cette défense inébranlable du Cap-vert c’est d’ailleurs  sur un score nul et vierge que les deux équipes ont abordé la première période.

Au retour des vestiaires, l’équipe nationale du Sénégal a imposé son rythme de jeux au requin bleu du Cap-vers et c’est à la 55 mn qu’Idrissa Gana Gueye a ouvert le score en faveur des lions de la terranga sur un coup franc bien exécuté. Un magnifique but que le passionner du Paris Saint Germain n’a pas manqué de célébrer avec ses coéquipiers. En suite le fils de Bambali Sadio Mané a apporté le coup de grâce sur un penalty provoqué par Ismaela Sarr ramenant le score à deux buts à zéro (2-0).