fbpx

ALERTE

 

Trois gardes pénitentiaires ont été arrêtés et placés en garde à vue hier mardi à la Section de Recherches de Colobane, informe Libération. Ils sont accusés d’avoir aidé Baye Modou Fall à s’évader de prison.

Plusieurs éléments troublants les impliqueraient dans cette rocambolesque affaire notamment le bornage d’un des téléphones du fugitif dans la prison, le soir des faits.

D’après Libération, les gendarmes ont pu réunir des indices graves et concordants établissant cette thèse de complicité interne.

Les mis en cause seront présentés au procureur aujourd’hui mercredi ainsi que Boy Djinné. Le parquet a décidé d’ouvrir une information judiciaire.

 

 

 

Il s’agit de Abdou Faye interpellé au moment de l’arrestation de Boy Djinné à Missirah (Tambacounda) suite à l’évasion de ce dernier. Le présumé complice de Baye Modou Fall a été retrouvé pendu au Commissariat Central.

D’après nos confrères de SeneNews, Abdou Faye s’est suicidé hier dans sa cellule au commissariat central de Dakar. Il y était suite à un retour de parquet.

 

À l’occasion du 21eme match amical avec le cap-vert sous l’air Alioune Cisse les lions de la terranga on assuré la 10ème victoire face au requin bleu avec un score final de deux buts à zéro (2-0).

Ce succès est la continuité d’un élan de victoire en match amical depuis la rencontre du samedi dernier  avec la zambie qui s’est soldé par trois buts à un (3-1) en faveur du Sénégal.

Au premier mi-temps les protégés d’Alioune Cisse n’ont pas su trouver la faille pour percé cette défense inébranlable du Cap-vert c’est d’ailleurs  sur un score nul et vierge que les deux équipes ont abordé la première période.

Au retour des vestiaires, l’équipe nationale du Sénégal a imposé son rythme de jeux au requin bleu du Cap-vers et c’est à la 55 mn qu’Idrissa Gana Gueye a ouvert le score en faveur des lions de la terranga sur un coup franc bien exécuté. Un magnifique but que le passionner du Paris Saint Germain n’a pas manqué de célébrer avec ses coéquipiers. En suite le fils de Bambali Sadio Mané a apporté le coup de grâce sur un penalty provoqué par Ismaela Sarr ramenant le score à deux buts à zéro (2-0).

 

 

 

Le Président français Emmanuel Macron a été giflé par un homme lors d’un déplacement à Tain-l’Hermitage, dans la Drôme, mardi 8 juin, à la mi-journée, a confirmé l’entourage du chef de l’État, en attestant auprès de l’AFP de l’authenticité d’une vidéo circulant sur les réseaux sociaux. Deux personnes ont été interpellées, a annoncé la préfecture peu après les faits.

Dans l’extrait diffusé sur Twitter, Emmanuel Macron est vu s’approchant d’un groupe de personnes massées derrière des barrières, puis échanger brièvement avec un homme. Saisissant l’avant-bras du président, l’individu semble lui porter ensuite un coup sur la joue, l’entourage d’Emmanuel Macron évoquant une « tentative de gifle ». Le chef de l’État a poursuivi sa visite, a indiqué l’Élysée.

Dans cette même vidéo, juste avant la gifle, est hurlé le cri de guerre royaliste « Montjoie Saint-Denis ! », ainsi que « À bas la macronie ».

Quelques heures plus tard, le chef de l’État a voulu relativiser l’incident, dénonçant des « faits isolés », commis par « des individus ultraviolents » qui ne doivent pas, selon lui, « prendre possession du débat public ». 

« Je ne voudrais pas que des individus isolés ou des gens qui vont vers les extrêmes puissent, en quelque sorte, faire oublier le reste », a-t-il expliqué dans un entretien au quotidien régional le Dauphiné, ajoutant que ce type d’agression ne l’arrêterait pas.

Deux personnes, dont l’auteur de la gifle, ont immédiatement été interpellées et étaient entendues « par la brigade de gendarmerie de Tain-L’Hermitage », a indiqué la préfecture de la Drôme. 

« Les deux hommes interpellés sont deux Drômois âgés de 28 ans, inconnus de la justice », précise Alex Perrin, procureur de la République à Valence. « À ce stade des gardes à vue, leurs motivations ne sont pas connues », a ajouté le magistrat, sans préciser davantage le profil des suspects.

Selon cette source, l’incident s’est produit « vers 13 h 15 » après qu’Emmanuel Macron a visité le lycée hôtelier de Tain-l’Hermitage, où il a échangé avec des acteurs de la restauration sur le grave manque de main-d’œuvre dans le secteur, à la veille de la réouverture des restaurants en salle.

S’il est parfois pris à partie verbalement durant ses sorties, voire hué et insulté avec virulence comme en 2018 par des Gilets jaunes au Puy-en-Velay, Emmanuel Macron n’avait jamais été agressé physiquement depuis son arrivée à l’Élysée.

  Voici le vidéo de l’incident!    


L’arraisonnement d’un bateau, dans la nuit du samedi au dimanche, a permis à la Marine sénégalaise, soutenue par l’Armée de l’air, de trouver à son bord du haschich.

C’est la Direction de l’information et des relations publiques des Armées sénégalaises (Dirpa) qui a annoncé la nouvelle sur son compte Twitter. Selon cette source, l’interception du navire a eu lieu « à 140 kilomètres au large de Dakar ».

En outre, la Dirpa a précisé que l’équipage du bateau est composé de « quatre Indiens, d’un Mauritanien, d’un Syrien et d’un Libyen », non sans indiquer que « le bilan de la prise sera annoncé (ultérieurement) en liaison avec les services compétents ».

 

C’est  à Missirah que la gendarmerie a mis un terme à cette cavale du très célèbre fugitif Baye Modou Fall alias Boy Djiné.
En effet, après sa 12 éme évasion survenue  ce dimanche 30 mai de la prison du Camp pénal de Liberté 6 , le Michael Scofield du Sénégal vient d’être arrêté dans l’Est du pays à Tambacounda renseigne nos confrères d’E-Media.

Ce sont les gendarmes qui ont procédé à son interpellation à Missirah avec au moins un complice. Le roi des évasions avait déjà réussi à se procurer des papiers gambiens. Toutefois, selon des informations reçues, il s’apprêtait à quitter le pays pour se rendre au Mali.

Dans cette affaire, une enquête interne a été ouverte pour connaître les circonstances dans lesquelles Boy Djiné s’était auto-accordé la liberté provisoire. Raison pour laquelle des éléments de l’administration pénitentiaire, de garde au moment de l’évasion sont toujours mis aux arrêts.

Mieux, le mardi 1er juin dernier, le Garde des Sceaux ministre de la Justice, Me Malick Sall a procédé à un vaste mouvement au sein du Camp pénal de Liberté VI. Du coup, le contrôleur Baye Alley Konté n’est plus Directeur de cette prison. Il a été viré et remplacé à ce poste par l’inspecteur de 4ème classe précédemment Chef de la Division des Ressources humaines, Oumar Diop.

 

 

 

Alors que le monde de la presse ne se remet toujours pas de la tragédie survenue hier lundi 31 mai suite à l’accident mortel sur la route de Kédougou qui a coûté la vie à trois envoyés  spéciaux de l’entreprise de presse  Leral tv; on apprend avec amertume le décès d’un monteur et caméraman à Asfiyahi.

La victime se prénomme Abdou Guéye Diouf, du haut de ses 27 bougies  il a été violemment arraché à la vie à un âgé si jeune.

En effet, le cameraman a été mortellement renversé par une voiture vers l’échangeur de Malick Sy, à hauteur des 4C, dans la nuit du samedi au dimanche dernier, informe une source à Asfiyahi. L’accident s’est produit vers 1h du matin. Le chauffeur qui a percuté son scooter est passé sur son corps avant de prendre lâchement la fuite . La police le recherche activement.

 

 

 

 

 

 

Le président Macky Sall a présenté, ce lundi, ses ’’condoléances les plus attristées’’ aux familles des trois reporters du site d’information Leral.net . Les victimes ont péri en fin de matinée, dans un accident de la circulation survenu alors qu’ils tentaient de rallier Kédougou avant l’arrivée du chef de l’Etat, en tournée, dans la zone.

’’Suite à l’accident sur la route de Kédougou qui a coûté la vie à trois (03) journalistes du site d’informations leral.net et fait deux blessés, en fin de matinée, Macky Sall, président de la République du Sénégal, présente ses condoléances les plus attristées à l’administrateur du Groupe, à la rédaction de Leral.net, aux famille des victimes et à l’ensemble de la presse sénégalaise’’, a indiqué le ministre en charge du pool communicaion de la présidence.

Selon Seydou Guèye, ’’la voiture de l’équipe de reportage, qui avait devancé le cortège présidentiel resté à Tambacounda, a eu un choc frontal avec un camion’’.

’’Immédiatement alertés, les éléments de la Gendarmerie et les Sapeurs-pompiers se sont rendus sur les lieux pour faire les constats et apporter les premiers secours aux blessés’’, a t-il ajouté.

Selon lui, ’’le président de la République a donné des instructions pour la prise en charge rapide des blessés à l’hôpital régional de Tambacounda, et leur évacuation à Dakar’’.

 

 

 

 

 

Trois morts et deux blessés graves ont été enregistrés ce matin en prélude  de la tournée présidentielle dans la région de Kédougou.

Il s’agit des journalistes de Leral TV, dont trois ont péri sur le coup, Abou Mamadou Sy (Journaliste),Mamadou Yoro Diallo (Cameramen), Ousmane Ndiaye (Chauffeur ), renseigne nos confrère de Seneweb. Les deux blessés ont été évacués à l’hôpital de Kédougou.

L’accident s’est produit suite à une collision avec camion dont le chauffeur est actuellement arrêté. 

Il est en train d’être auditionné sur les circonstances du drame, rapporte nos confrères de la Rfm.

Selon des informations de PressAfrik, le véhicule des journalistes de Leral TV n’était pas dans le convoi du président de la République, Macky Sall. En réalité, l’équipe de Leral voulait devancer le chef de l’Etat à Kédougou où il doit se rendre ce lundi dans le cadre de sa tournée économique entamée depuis le week-end. 

Au moment où ces lignes sont écrites, le président Sall est toujours à Tambacounda où il séjourne depuis dimanche. Notre source informe qu’un communiqué est en train d’être rédigé dans ce sens.  

L’ensemble du groupe Africa 7 renouvelle son soutien et sa solidarité à nos confrère de Leral tv et présente  ses condoléances les plus attristées au parents des victimes et à toute la famille de la presse.

Un agent du Groupement Mobile d’Intervention dénommé Lat Ndiaye a péri au cour de son service.

En effet, lors d’une banale opération «coup de poing» de la police des jeunes refusant de se faire contrôler ont foncé fonce tout droit sur le check-point de la police et écrase tout sur leur passage. Dans sa course folle le conducteur à trener le policier sur plusieurs mettre lui ôtant la vie un autre conducteur qui se faisait contrôler à également subi des blessures.

Le drame s’est produit à Rufisque plus précisément au niveau du rond-point djouti ba dans la nuit du 26 au 27 mai vers 1h30 du matin.

Le locataire de la BMW est un mineur. Il se nomme Mansour Diop et est âgé de 16 ans.

Les autres mis en cause sont Mohamed Yaffa (18 ans), Mamadou Diop (19 ans), Pape Lô (17 ans) et Mouhamed Kaïré (17 ans).

D’après l’enquête révélée par libération ces jeunes troubadours issus de familles aisées étaient en état d’ébriétés c’est à dire qu’Ils étaient tous ivres.

Le loueur du véhicule et un intermédiaire sont placés en garde à vue.