fbpx

A LA UNE

a la une

La brillante étudiante sénégalaise Diary Sow, en classe prépa au lycée parisien Louis-le-Grand, a disparu volontairement pour des motifs encore non éclaircis. C’est en tout cas la conclusion à laquelle sont parvenus les enquêteurs français saisis de l’affaire.

Des sources proches de l’enquête l’ont confirmé à Jeune Afrique : Diary Sow, l’étudiante sénégalaise , s’est éclipsée volontairement. La jeune femme est saine et sauve, et la piste criminelle est écartée.

Depuis sa disparition, signalée le 8 janvier au commissariat du VIIIe arrondissement par le consul général du Sénégal à Paris, Amadou Diallo, les forces de police françaises ont effectué de nombreuses recherches, passant au peigne fin les comptes bancaires de Diary Sow, effectuant une enquête de voisinage, analysant son historique de navigation sur internet et fouillant sa chambre, dans la cité universitaire du XIIIe arrondissement où elle logeait. Cette dernière était vide de ses effets personnels et vêtements.

Aux États-Unis, à maintenant seulement deux jours de la fin de son mandat, on en sait un peu plus sur ce que compte faire Donald Trump et sa famille une fois la Maison Blanche quittée.

Le président sortant devrait partir s’installer en Floride, dans sa propriété de Mar-a-Lago, une luxueuse villa où Donald Trump s’est rendu à de très nombreuses reprises durant son mandat. Ses enfants devraient en faire de même. D’ailleurs, Ivanka Trump et son mari Jared Kushner ont récemment acheté un terrain sur un îlot recherché et surnommé en Floride « le bunker des milliardaires » où ils comptent faire construire une maison et où la fille du président sortant pourrait entamer une carrière politique.

Une dernière à bord d’Air Force One

Cet ultime déplacement est l’occasion de voyager pour la dernière fois à bord d’Air Force One pour le clan du président sortant. La Floride n’est pourtant pas le fief des Trump. Mais la famille ne serait plus la bienvenue à New York, terre acquise aux démocrates, où le magnat de l’immobilier à pourtant forgé sa réputation et sa fortune. Petit bémol tout de même, de nombreux résidents de Palm Beach, localité où est située le club de Donald Trump, dénoncent leur venue. Certains habitants ont d’ailleurs envoyé le mois dernier une lettre au Conseil municipal rappelant que selon un accord signé, ce club ne peut être transformé en résidence principale.

Une carrière politique pour Ivanka Trump

Ivanka Trump, qui compte s’installer également en Floride après avoir acheté, avec son mari, un terrain estimé à 32 millions de dollars au chanteur espagnol Julio Iglesias, envisagerait quant à elle une carrière politique dans cet État. Mais les comtés où elles pourraient se présenter ne lui sont pas favorables, puisqu’acquis aux démocrates. Reste que Donald Trump et sa famille seront certainement mieux reçu en Floride qu’à New York où ils sont donc désormais considérés persona non grata.

L’état d’urgence assorti d’un couvre-feu entre 21 et 05 heures du matin, à Dakar et Thiès, sera-t-il prolongé ? Le chef de l’État, Macky Sall, est attendu sur la question pour de nouvelles mesures surtout au terme de l’échéance de douze jours du couvre-feu, ce lundi, 18 janvier.

La décision devrait tombée à l’issue de la réunion du Comité national de gestion des épidémies (CNGE), qui se tient à partir de 13 heures, aujourd’hui, en présence de Macky Sall.

11 décès ont été enregistrés ces dernières 24 heures, au Sénégal. Qui fait face à une seconde vague depuis novembre dernier.
Autre interrogation, la mesure ne sera-t-elle pas élargie aux autres régions ? Ce, au moment où la situation est préoccupante à Saint-Louis qui a recensé 66 décès sur 146 cas. Sur le total des décès, 44 sont intervenus entre novembre 2020 et janvier 2021.

Louga n’échappe pas au rebond des nouvelles contaminations. 150 cas y ont été recensés durant le seul mois de décembre 2020.

Dans son bilan journalier de vendredi dernier, 15 janvier, le district sanitaire de Touba décomptait deux décès et dix nouveaux cas issus de la redoutée transmission communautaire. Kaolack a également rejoint la zone rouge.

 

L’héritier de Samsung est de retour en prison depuis ce lundi. Lee Jae-yong, vice-président de la branche électronique du conglomérat a été condamné à deux ans et demi de prison ferme pour corruption. Cette affaire est liée au scandale qui avait vu la destitution puis l’emprisonnement de l’ancienne présidente coréenne, Park Geun-hye, pose de nombreuses questions sur l’avenir de Samsung.

À peine le verdict prononcé, Lee Jae-yong a été escorté vers la prison, une décision symbolique qui prive – de fait – la plus grande entreprise sud-coréenne de son dirigeant. Alors que les procureurs avaient requis neuf ans, la cour centrale de Séoul a tranché pour deux ans et demi d’emprisonnement. Celui qui dirige Samsung depuis 2014, date à laquelle son père est tombé dans le coma avant qu’il ne décède en octobre 2020, est accusé d’avoir corrompu l’ex-présidente Park Geun-hye, et sa confidente Choï Soon-sil.

Des donations financières multiples qui avaient pour objectif de faciliter la transition du pouvoir à la tête de Samsung. Lee Jae-yong, qui a affirmé être le dernier de la famille à diriger l’empire de l’électronique lors d’excuses publiques en mai dernier, continue de disposer de nombreux soutiens notamment dans les milieux économiques.

Car son emprisonnement rend difficile toute prise de décision importante pour Samsung, qui pèse pour un cinquième de l’économie sud-coréenne. Pour autant, l’entreprise se porte très bien, portée notamment par la hausse du télétravail et la forte  demande de puces électronique. Samsung a annoncé une augmentation de 25% de son bénéfice lors du dernier trimestre de l’année 2020.

 

La Sûreté urbaine (SU) de Dakar a mis à nu une grosse mafia au Centre de contrôle technique des véhicules automobiles (CCTVA).
Selon le quotidien Libération, 12 personnes, dont des agents du CCTVA, ont été arrêtées.
Déférés au parquet le 15 janvier dernier, les mis en cause sont poursuivis pour association de malfaiteurs et corruption.
La mafia était entretenue par des individus qui proposaient aux usagers venus passer la visite technique la possibilité de contourner la file d’attente moyennant une somme de 15 000 Fcfa.
Ceci avec la complicité de certains agents qui travaillent au CCTVA.
Les personnes arrêtées  ont été prises en flagrant dans une vidéo dans laquelle un agent du CCTVA et des individus faisaient des tractations et échangeaient suspicieusement devant le centre.

Une journée sous haute tension aux États-Unis. Partout, les autorités sont en alerte alors que des milliers de manifestants pro-Trump se rassemblent devant les capitoles des États. D’importants dispositifs de sécurité ont été mis en place pour éviter la répétition des débordements du 6 janvier à Washington.

Autour de la Maison Blanche, autour du Capitole, tout le centre-ville de Washington est bloqué par des véhicules de police. Des points de contrôles ont été installés un peu partout.

En prévision de l’investiture de Joe Biden, la ville a été placée sous haute protection. Un dispositif qui pourrait être mis à l’épreuve dès ce dimanche. Des milliers de manifestants pro-Trump se sont donné rendez-vous à nouveau pour dénoncer ce qu’ils estiment être une élection volée.

Un homme a été arrêté en possession d’une arme chargée et de 500 munitions lors d’un contrôle. Il a été remis en liberté après plusieurs heures. La police ayant déterminé qu’il était en fait agent de sécurité et avait oublié qu’il avait laissé son arme dans le coffre de sa voiture.

Des manifestations doivent commencer ce dimanche dans d’autres États où la sécurité a, là aussi, été renforcée autour des capitoles locaux pour éviter les mêmes scènes du 6 janvier dernier.

Cheikh Ngaïdo Ba président des Cinéastes Sénégalais Associés ( CINESAS ).

Nous avons  appris le décès du cinéaste Ngaïdo Ba. Il est décédé des suites de maladie, ce dimanche, à l’hôpital Principal de Dakar. Ngaïdo Ba est aussi le père de l’animatrice de iTv, Sofia Ba.

Après ses études couronnées de succès à l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) en France, Cheikh Ngaido Ba, panafricaniste, rentre au bercail pour servir son pays. Patriote ardent, il a contribué à enrichir le contenu de la télévision nationale, naissante à l’époque.

Réalisateur de 1972 à 1977 à l’Office de la radio et télévision du Sénégal (Orts) devenu plus tard la Radiotélévision Sénégalaise (RTS), son riche potentiel en audiovisuel et cinéma l’a définitivement poussé à se lancer dans le septième art. Il réalise en 1978 le long métrage « Rewo dande mayo » co-produit par le Sénégal et la Mauritanie. Et pendant plus d’une dizaine d’années, Ngaïdo Ba assiste de grands cinéastes sénégalais tels que Ababacar Samb Makharam, Tidiane Aw, Momar Thiam, Mahama Johnson Traoré….

Né le 10 juin 1949, Il appartient à la troisième génération de cinéastes sénégalais. Formé sur le tas, il a commencé par être assistant d’autres metteurs en scène sénégalais comme Mahama Traoré, ou Ababacar Samb. En 1974, il entre à la télévision sénégalaise comme réalisateur, et dans le même temps met en scène deux courts-métrages : Tablo Ferray et Arret Car.

Le premier s’intéresse aux « déguerpis », ces habitants des quartiers misérables de Dakar, qu’on ne cesse de repousser au fur et à mesure que la ville grandit. Le second, de même, est un film à base sociologique, malheureusement non-terminé, faute de moyens.

Avec d’autres cinéastes, il a créé un foyer de recherches dans lequel, ensemble, ils s’attachent à réfléchir à l’expression cinématographique, à une écriture spécifique. Entre 1972-1976, il était réalisateur-producteur à l’ORTS (Office de Radio Télévision du Sénégal), l’ancêtres de l’actuelle RTS (Radio Télévision Sénégalaise). Il devint plus tard le Président des cinéastes Sénégalais associés (CINESEAS).

Ngaïdo Ba était également membre du Conseil économique social et environnemental (CESE). Et était à la tête de la Commission de l’artisanat, de la Culture, du Tourisme et des sports du CESE.

La Direction du Groupe AFRICA 7 présente ses sincères condoléances.

Patrice TALON. Président de la République du Bénin

Au Bénin, le président sortant, Patrice Talon, s’est officiellement déclaré candidat à la prochaine élection présidentielle. « Je serai candidat au nom de la bonne gouvernance », a-t-il annoncé, vendredi 15 janvier, à Adjohoun, dans l’ l’Ouémé, à 63 km de Cotonou, dernière étape de sa tournée nationale à travers le pays.

Patrice Talon a ainsi confirmé être candidat à sa propre succession pour « défendre trois choses : démocratie, nos libertés et la bonne gouvernance ».

Élu en 2006, son mandat s’achève dans moins de trois mois et l’élection présidentielle est programmée par la Commission électorale autonome le 11 avril prochain. Ce scrutin, pour lequel il est exigé des parrainages d’élus qui pourraient manquer cruellement à d’éventuels opposants, est prévu le 11 avril prochain.

Faute de députés et d’élus locaux issus de ses rangs, l’opposition, en effet, dénonce un verrouillage qui ne permet qu’au seul président Patrice Talon d’obtenir lesdits parrainages.

Ce que les Béninois défendent avec acharnement, ce n’est plus seulement deux choses ; c’est maintenant trois choses : démocratie, nos libertés et la bonne gouvernance. Pour ma part, je resterai dans l’action permettant de renforcer la bonne gouvernance. Je serai candidat à cause de ça.